Des articles

11.5 : Candidatures


11.5 : Candidatures

Dépannage des problèmes de connexion dans Oracle Applications 11i (11.5.2 – 11.5.10+) ( Framework et OSSWA) (Doc ID 342332.1)

Oracle Applications Framework - Version 11.5.10.0 à 11.5.10.2 [Version 11.5.10]
Les informations contenues dans ce document s'appliquent à toutes les plateformes.
Applications Web en libre-service Oracle - Versions : 11.5.2 à 11.5.10
Les informations contenues dans ce document s'appliquent à toutes les plateformes.

Objectif

introduction

Cette note est conçue pour vous aider à étudier les problèmes de connexion à la page d'accueil avec votre système Applications 11i. (11.5.2 et 11.5.10+)

Le fait que vous ne puissiez pas vous connecter à Oracle Applications 11i peut être le symptôme d'un problème sous-jacent complètement différent. Il est donc important que vous déterminiez la cause première de l'échec de la connexion.
Les étapes de dépannage fournies sont destinées à aider à atteindre cette cause première. Les problèmes de connexion peuvent être divisés en 2 grandes catégories. La première catégorie est celle où la page de connexion ne s'affiche pas du tout. En d'autres termes, la page principale est complètement inaccessible ou inutilisable. La deuxième catégorie de problèmes concerne les problèmes rencontrés après la saisie d'une combinaison nom d'utilisateur et mot de passe. Dans cette catégorie, il y a des choses comme : les erreurs reçues parce que le système est incapable de traiter la demande de connexion, ou après la connexion, la page d'accueil n'est pas affichée.

Cette note ne traite PAS des problèmes qui surviennent après une connexion réussie, tels que le non-lancement des formulaires ou les erreurs javascript lors de la sélection d'une responsabilité ou de responsabilités manquantes.

Cette note ne couvre PAS les problèmes de connexion SSO ou 10gAS. (Pour les problèmes d'authentification unique/portail, voir Remarque : 146469.1, Remarque : 233436.1, Remarque : 186981.1)

Tout au long de l'histoire de 11i, le processus de connexion a subi plusieurs changements. Afin de fournir le guide de dépannage le plus complet possible, nous inclurons toutes les choses qui doivent être vérifiées. Certains d'entre eux peuvent ne pas s'appliquer à votre version d'Oracle Apps.

Lorsque le contrôle nécessite une version spécifique, cela sera indiqué&hellip. Si vous n'êtes pas sûr de votre version, vérifiez et rapportez les résultats.

Certains des changements récents dans le processus de connexion incluent :
A partir du pack de maintenance FND.G / 11.5.9, il existe une nouvelle URL pour lancer les Applications, à savoir :
http://<host name>.<domain name>:<HTTP port>/oa_servlets/AppsLogin
Voir Remarque : 226825.1 - Version 11i, Mini-pack de la bibliothèque d'objets d'application Oracle FND.G

Depuis le 11.5.10.CU2, la page ICXINDEX.htm a été modifiée pour vous rediriger vers oa_servlets/AppsLogin

Approche du dépannage

Les messages d'erreur n'indiqueront pas nécessairement la cause première du problème, il est donc important de rassembler des informations sur l'étendue et la nature du problème.

&bull Cela fonctionnait-il auparavant ? Si oui, qu'est-ce qui a changé, tous les processus du serveur sont-ils en cours d'exécution ?
&bull Tous les utilisateurs sont-ils concernés ? Si non, quel est le lien commun aux utilisateurs ayant un problème ?
&bull S'il s'agit d'un problème d'utilisateur unique, cela affecte-t-il uniquement le PC ou l'ID utilisateur ? Quelles sont les options de profil de niveau utilisateur pour cet utilisateur particulier ?
&bull Le problème est-il limité à un segment de réseau ou à un PC ?
&bull Avez-vous un comportement différent entre Internet Explorer et le navigateur Netscape ?
&bull Quelle est votre architecture d'instance ? Utilisez-vous l'équilibrage de charge, RAC, SSO, etc. ?

Les conseils de dépannage ci-dessous ont été divisés en vérifications rapides qui peuvent être effectuées facilement à la volée et en vérifications détaillées pouvant impliquer des serveurs rebondissants et pouvant nécessiter la modification de fichiers/paquets, il faudra donc s'assurer qu'ils peuvent être restaurés si nécessaire.

Étapes de dépannage

Pour afficher tous les détails, connectez-vous avec votre compte My Oracle Support.

Vous n'avez pas de compte My Oracle Support ? Cliquez pour commencer !

My Oracle Support fournit aux clients un accès à plus d'un million d'articles de connaissances et à une communauté d'assistance dynamique composée de pairs et d'experts Oracle.

Oracle propose une pile complète et entièrement intégrée d'applications cloud et de services de plate-forme. Pour plus d'informations sur Oracle (NYSE:ORCL), visitez oracle.com. Oracle | Contacter et discuter | Soutien | Communautés | Connectez-vous avec nous | | | | Mentions légales | Conditions d'utilisation


Introduction à l'économétrie avec R

Le chapitre 11.2 a présenté trois approches pour modéliser la fonction d'espérance conditionnelle d'une variable dépendante binaire : le modèle de probabilité linéaire ainsi que la régression Probit et Logit.

Les exercices de ce chapitre utilisent des données sur le sort des passagers de l'océan Titanesque. Nous visons à expliquer la survie, une variable binaire, par des variables socio-économiques en utilisant les approches ci-dessus.

Dans cet exercice, nous commençons par l'ensemble de données agrégées Titanesque. Cela fait partie du paquet ensembles de données qui fait partie de la base R. La citation suivante de la description de l'ensemble de données motive la tentative de prédire la probabilité de survie :

Le naufrage du Titanic est un événement célèbre, et de nouveaux livres sont encore publiés à ce sujet. De nombreux faits bien connus — des proportions de passagers de première classe à la politique « femmes et enfants d'abord » et le fait que cette politique n'a pas entièrement réussi à sauver les femmes et les enfants de la troisième classe — se reflètent dans la survie tarifs pour différentes catégories de passagers.

Instructions:

Attribuez le Titanesque données à Titanic_1 et obtenez une vue d'ensemble.

Visualisez les taux de survie conditionnelle pour la classe de voyage (Classer), le genre (Sexe) Et l'âge (Âge) en utilisant mosaïque ().

2. Données de survie du Titanic - Ctd.

Le Titanesque l'ensemble de données de l'exercice 1 n'est pas utile pour l'analyse de régression car il est très agrégé. Dans cet exercice, vous travaillerez avec titanic.csv qui est disponible sous l'URL https://stanford.io/2O9RUCF.

Les colonnes de titanic.csv contiennent les variables suivantes :

Survécu — L'indicateur de survie

Fratrie — nombre de frères et sœurs à bord

Parents.Enfants.À Bord — nombre de parents et d'enfants à bord

tarif — le tarif payé en livre sterling

Instructions:

Importer les données de titanic.csv en utilisant la fonction lire.csv2(). Enregistrez-le dans Titanic_2.

Attribuez les noms de colonnes suivants à Titanic_2:

A survécu, Classe, Nom, Sexe, Âge, Frères et sœurs, Parents et Tarif.

Obtenez un aperçu de l'ensemble de données. Déposez la colonne Nom.

Joindre les colis corrplot et dépliant. Vérifiez s'il y a une multicolinéarité dans les données en utilisant corrplot().

read_csv() devine la spécification de la colonne ainsi que les séparateurs utilisés dans le .csv fichier. Vous devez toujours vérifier si le résultat est correct.

Vous pouvez utiliser select_if() du dépliant package pour sélectionner toutes les colonnes numériques de l'ensemble de données.

3. Données de survie du Titanic — Taux de survie

Tableaux de contingence similaires à ceux fournis par l'ensemble de données Titanesque de l'exercice 1 peut éclairer la distribution des conditions de survie et les déterminants possibles de celles-ci, par exemple la classe de passagers. Les tableaux de contingence sont facilement créés à l'aide de la base R une fonction tableau.

Instructions:

Générer un tableau de contingence pour Survécu et Classer en utilisant tableau(). Enregistrez le tableau dans t_abs.

t_abs rapporte les fréquences absolues. Transformer t_abs dans un tableau qui rapporte les fréquences relatives (par rapport au nombre total d'observations). Enregistrez le résultat dans t_rel.

Visualisez les fréquences relatives dans t_rel en utilisant barplot(). Utilisez différentes couleurs pour mieux distinguer le taux de survie et de non-survie (peu importe les couleurs que vous utilisez).

4. Données de survie du Titanic — Distributions conditionnelles de Âge

Les tableaux de contingence sont utiles pour résumer la distribution de variables catégorielles comme Survécu et Classer dans l'exercice 3. Ils ne sont cependant pas utiles lorsque la variable d'intérêt prend de nombreux entiers différents (et ils sont même impossibles à générer lorsque la variable est continue).

Dans cet exercice, il vous est demandé de générer et de visualiser des estimations de densité de la distribution de Âge sur conditionnelle Survécu pour voir s'il existe des indications sur le lien entre l'âge et les chances de survie (malgré que l'ensemble de données rapporte des nombres entiers, nous traitons Âge comme variable continue ici). Par exemple, il est intéressant de voir si la politique « les femmes et les enfants d'abord » a été efficace.

L'ensemble de données Titanic_2 des exercices précédents est disponible dans votre environnement de travail.

Instructions:

Obtenir des estimations de densité de noyau des distributions de Âge tant pour les survivants que pour le défunt.

Enregistrez les résultats dans dens_age_surv (a survécu) et dens_age_died (décédés).

Tracez les deux estimations de densité du noyau (superposez-les dans un seul graphique !). Utilisez différentes couleurs de votre choix pour rendre les estimations distinctes.

Les estimations de densité de noyau peuvent être obtenues en utilisant la fonction densité().

Utilisation terrain() et lignes() pour tracer les estimations de densité.

5. Données de survie du Titanic - Un modèle de probabilité linéaire pour Survie je

Quel est l'impact des caractéristiques socio-économiques des passagers sur la probabilité de survie ? En particulier, existe-t-il des différences systématiques entre les trois classes de passagers ? Les données reflètent-elles la politique « les enfants et les femmes d'abord » ?

Il est naturel de commencer l'analyse en estimant un modèle de probabilité linéaire simple comme (LMP) [Survived_i = eta_0 + eta_1 Class2_i + eta_2 Class3_i + u_i] avec des variables muettes (Class2_i) et (Class3_i) .

L'ensemble de données Titanic_2 des exercices précédents est disponible dans votre environnement de travail.

Instructions:

Classer est de type entier (entier), Convertir Classer à une variable factorielle.

Estimez le modèle de probabilité linéaire et enregistrez le résultat dans surv_mod.

Obtenez un résumé robuste des coefficients du modèle.

Utilisation surv_mod pour prédire la probabilité de survie pour les trois classes de passagers.

Les modèles de probabilité linéaire peuvent être estimés en utilisant lm().

Utilisation prédire() pour obtenir les prédictions. N'oubliez pas qu'un trame de données doit être fourni à l'argument nouvelles données.

6. Données de survie du Titanic - Un modèle de probabilité linéaire pour Survie II

Considérez à nouveau le résultat de l'exercice 5 :

[chapeau large_i = underset<(0.03)> <0.63>- underset<(0.05)> <0.16>Class2_i - underset<(0.04)> <0.39>Class3_i + u_i ]

(Les coefficients estimés dans ce modèle sont liés aux moyennes d'échantillon spécifiques à la classe de Survécu. Il vous est demandé de les calculer ci-dessous.)

Les coefficients hautement significatifs indiquent que la probabilité de survie diminue avec la classe de passagers, c'est-à-dire que les passagers d'une classe moins luxueuse ont moins de chances de survivre.

Ce résultat pourrait être affecté par un biais de variable omis résultant de la corrélation de la classe de passagers avec des déterminants de la probabilité de survie non inclus dans le modèle. Nous augmentons donc le modèle de telle sorte qu'il inclue toutes les variables restantes en tant que régresseurs.

L'ensemble de données Titanic_2 ainsi que le modèle surv_mod des exercices précédents sont disponibles dans votre environnement de travail. Le ARE le paquet est joint.

Instructions:

Utiliser l'objet modèle surv_mod pour obtenir les estimations spécifiques à la classe pour la probabilité de survie. Rangez-les dans surv_prob_c1, surv_prob_c2 et surv_prob_c3.

Ajuster le LMP augmenté et attribuer le résultat à l'objet LPM_mod.

Obtenez un résumé robuste des coefficients du modèle.

    Rappelez-vous que la formule une

7. Données de survie du Titanic — Régression logistique

Le chapitre 11.2 présente la régression logistique, également appelée régression Logit, qui est plus appropriée que la LPM pour modéliser la fonction de probabilité conditionnelle d'une variable de résultat dichotomique. La régression Logit utilise une fonction de lien non linéaire qui limite les valeurs ajustées entre (0) et (1) : dans la régression Logit, la log-cotes du résultat sont modélisés comme une combinaison linéaire des prédicteurs tandis que le LPM suppose que la fonction de probabilité conditionnelle du résultat est linéaire.

L'ensemble de données Titanic_2 de l'exercice 2 est disponible dans votre environnement de travail. Le paquet ARE est attaché.

Instructions:

Utilisation glm() pour estimer le modèle [egin loggauche(frac<1-P(survived_i = 1)> ight) =& , eta_0 + eta_1 Class2_i + eta_2 Ckass3_i + eta_3 Sex_i +& , eta_4 Age_i + eta_5 Siblings_i + eta_6 Perents_i + beta_7 Fare_i + u_i. finir]

Obtenez un résumé robuste des coefficients du modèle.

La trame de données passagers contient des données sur trois passagers masculins hypothétiques qui ne diffèrent que par leur classe de passagers (les autres variables sont fixées à la moyenne de l'échantillon respectif). Utilisation Logit_mod pour prédire la probabilité de survie de ces passagers.

Rappelez-vous que la formule une

. spécifie une régression de une sur toutes les autres variables de l'ensemble de données fourni comme argument Les données dans glm().

Vous devez spécifier le bon type de prédiction dans prédire().

8. Données de survie du Titanic - Régression Probit

Répétez l'exercice 7 mais cette fois, estimez le modèle Probit [egin P(Survived_i = 1vert Class2_i, Class3_i, dots, Fare_i) =& , Phi (eta_0 + eta_1 Class2_i + eta_2 Class3_i + eta_3 Sex_i +& , eta_4 Age_i + eta_5 Frères et sœurs + eta_6 Parents_i + eta_7 Fare_i + u_i). finir]

L'ensemble de données Titanic_2 des exercices précédents ainsi que le modèle Logit Logit_mod sont disponibles dans votre environnement de travail. Le paquet ARE est attaché.

Instructions:

Utilisation glm() pour estimer le modèle Probit ci-dessus. Enregistrez le résultat dans Probit_mod.

Obtenez un résumé robuste des coefficients du modèle.

La trame de données passagers contient des données sur trois passagers masculins hypothétiques qui ne diffèrent que par leur classe de passagers (les autres variables sont fixées à la moyenne de l'échantillon respectif). Utilisation Probit_mod pour prédire la probabilité de survie de ces passagers.

Rappelez-vous que la formule une

. spécifie une régression de une sur toutes les autres variables de l'ensemble de données fourni comme argument Les données dans glm().

Vous devez spécifier le bon type de prédiction dans prédire().


11.5 : Candidatures

L'accent mis dans l'exemple d'Enoch (11 :5-6) repose encore plus clairement sur l'importance de la posture spirituelle. Ce croyant fidèle, selon l'interprétation des Hébreux du texte de l'Ancien Testament, a été retiré de ce monde par Dieu sans connaître la mort (Genèse 5:24). Pourquoi? Parce que dans sa vie, il a été « loué comme quelqu'un qui a plu à Dieu », c'est-à-dire qu'il a fait plaisir à Dieu. Cette observation reflète une conviction inhérente au texte de la Genèse, qui nous dit qu'Enoch « a marché avec Dieu ». Plus important encore, cependant, l'auteur a toujours à l'esprit la citation d'Habacuc 2:3-4 (Héb. 10:37-38), qui parle du manque de plaisir de Dieu envers celui qui recule devant l'engagement. En revanche, Enoch était résolu dans son engagement, faisant ainsi plaisir à Dieu.

Bien que le texte de l'Ancien Testament ne mentionne pas la foi d'Enoch, notre auteur peut supposer qu'il illustre une telle position envers Dieu, sur la base de cette citation d'Habacuc. « Sans la foi, poursuit-il en 11 : 6, il est impossible de plaire à Dieu, car quiconque vient à lui doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le recherchent sincèrement. » En d'autres termes, on peut dire que la vie de foi a au moins trois composantes. (1) Cela implique une vie de venir à Dieu et de le chercher avec ferveur. Ce point est conforme au défi de l'auteur de s'approcher ou de s'approcher de Dieu (4 :16 10 :22). Ainsi, le peuple de Dieu est appelé à vivre une vie d'ouverture radicale et en conversation avec Dieu.

(2) Cette vie de foi implique de croire que Dieu existe. Il est absurde de penser qu'une personne peut sincèrement venir à Dieu dans la prière sans une ferme confiance en son existence. Une croyance fondamentale en Dieu soutient d'autres actes de foi dans lesquels le croyant vient à Dieu pour obtenir de l'aide.

(3) Cette vie de foi implique la confiance que Dieu récompensera ceux qui exercent une telle foi. Les actes de personnes exprimant leur confiance dans le Dieu vivant ne passent pas inaperçus ou sans récompense. Dieu, par sa nature et conformément à ses promesses, récompense ceux qui agissent avec foi envers lui.


Leçon 54 : Comment approcher Dieu (Luc 11 :5-13)

Un messager d'un laboratoire photo quittait un immeuble un jour lorsque son bip s'est déclenché. Le message lui a demandé de ramasser un colis dans une entreprise inconnue avec un nom de 12 syllabes qui déchire la langue. Le messager regarda vers le ciel et soupira : « Dieu, où suis-je censé aller ? À ce moment-là, le téléavertisseur se rallume, cette fois avec l'adresse du client.

Un homme à proximité a été témoin de cette scène. Levant les bras au ciel, il s'écria : « Pourquoi ne me réponds-tu jamais ? (De Reader's Digest [4/91], p. 127.)

Nous tous qui sommes chrétiens avons lutté avec le problème de la prière sans réponse. En fait, ce problème peut nous décourager tellement que nous commençons à penser : « À quoi bon ? et nous avons même cessé de prier. Nous entendons des histoires sur la façon dont Dieu a répondu à la prière pour les autres, mais pour nous, cela ne semble tout simplement pas fonctionner. Parfois, nous pouvons réessayer, mais nous sommes comme des garçons qui sonnent à la porte et s'enfuient. Nous ne restons pas assez longtemps pour savoir si Dieu est à la maison et s'il va ouvrir la porte et répondre à notre demande.

Jésus répond à la demande d'un disciple anonyme : « Seigneur, apprends-nous à prier » (11 :1). Dans 11:2-4, il nous donne le modèle de prière, que nous devons prier le Père au sujet de ses préoccupations et nous devons prier au sujet des besoins de la famille. Dans 11:5-13, Jésus poursuit son instruction en nous montrant comment nous devons approcher Dieu dans la prière.

Si vous vivez dans un pays avec un monarque souverain, vous ne vous contentez pas d'aller voir le roi et de lui dire : « Hé, comment ça va ? » Si vous avez un entretien avec le roi, vous avez besoin d'un encadrement sur ce qu'il faut dire et faire et ce que ne pas à dire et à faire. Vous devez savoir quelles politesses sociales sont attendues en présence du roi.

Lorsque vous vous présentez devant le Roi des rois, vous avez besoin d'un encadrement sur la façon de le faire. Certains peuvent penser que parce que Dieu est souverain et saint, nous ne devrions peut-être pas le déranger avec nos petits besoins. Ou, peut-être devrions-nous venir nous excuser et timidement, effrayés de lui faire savoir ce qui nous préoccupe vraiment. Peut-être qu'une fois que nous aurons fait connaître nos besoins, nous devrions reculer et ne plus déranger Dieu. Jésus nous montre ici comment approcher Dieu pour recevoir les choses dont nous avons besoin alors que nous cherchons à faire sa volonté :

Approchez-vous de Dieu avec une persévérance audacieuse, sachant qu'en tant que Père aimant, il pourvoira à notre bien spirituel.

L'instruction de 11:5-13 suppose l'instruction fondamentale de 11:2-4. Nous devons être enfants de Dieu à travers la nouvelle naissance avant de pouvoir nous adresser à Dieu en tant que Père et de L'approcher avec nos besoins. Nous devons nous engager à rechercher d'abord son royaume et sa gloire, afin que nos prières soient correctement motivées et dirigées.Nos prières pour nos besoins ne sont pas seulement dans le but de nous rendre heureux, mais dans le but global de voir le nom du Père sanctifié et son royaume réalisé sur la terre.

Dans ce contexte, Jésus raconte une parabole humoristique (11:5-8) pour enseigner que nous devons approcher Dieu avec audace comme son ami, persistant jusqu'à ce que nous obtenions ce dont nous avons besoin pour servir nos amis. Puis (11:9-10) Il applique la parabole en nous disant de continuer à demander, chercher et frapper dans la prière jusqu'à ce que nous obtenions la réponse dont nous avons besoin. Suivant (11:11-12) Jésus décale l'image avec une illustration ridicule, mais mémorable, d'un garçon demandant à son père un poisson ou un œuf. Le père ne donnerait pas à son fils un serpent ou un scorpion ! Puis (11:13) Jésus applique cette illustration en disant que si nous, étant mauvais, savons comment faire de bons cadeaux à nos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le Lui demandent.

L'accent mis dans toute cette section est sur recevoir des réponses à nos prières. L'ami de minuit n'est pas reparti les mains vides. Il a eu le pain pour lequel il était venu. L'application souligne que celui qui continue de demander, de chercher et de frapper recevra ce qu'il recherche. L'histoire du père et de son fils va dans le même sens : le garçon obtiendra ce qu'il demande de son père. L'application finale le ramène à la maison avec force : Combien en plus Le Père céleste répondra-t-il favorablement à ceux qui le Lui demandent ? Jean Calvin observe : « Rien n'est mieux adapté pour nous exciter à la prière qu'une pleine conviction que nous serons exaucés » (Compagnie de Calvinmmentaires [Baker], Harmonie des évangélistes, 1:351). Notre Seigneur veut que nous venions au Père et que nous continuions à venir jusqu'à ce qu'il nous donne ce dont nous avons besoin pour voir son royaume venir.

1. Approchez-vous de Dieu avec audace comme son ami, persistant jusqu'à ce que vous obteniez ce dont vous avez besoin pour servir vos amis (11:5-10).

A. L'histoire (11:5-8) :

L'histoire nous donne un incident humoristique de la culture de l'époque de Jésus. Un type a un voyageur qui passe chez lui tard dans la nuit et il n'a pas de pain frais à préparer devant lui. Vous ne pouviez pas courir au supermarché toute la nuit et acheter une miche de pain. Ils n'avaient pas de congélateurs ou de réfrigérateurs remplis de nourriture. L'hospitalité culturelle exigeait que vous lui donniez quelque chose à manger. Alors le gars se rend chez son ami à minuit. Il fait noir à l'intérieur et la porte est verrouillée. Mais, après tout, c'est son ami, et à quoi servent les amis ? Alors il se met à frapper à la porte.

A l'intérieur, la famille dormirait tous ensemble au même endroit. Il y avait probablement des animaux domestiques à l'intérieur pour la nuit, et les coups à la porte les réveilleraient aussi. Le gars, groggy, crie : « Qui est-ce ? Que voulez-vous à cette heure ? L'« ami » explique gaiement son besoin. Le gars à l'intérieur dit : « Arrête de me déranger ! La porte est verrouillée, nous avons enfin fait dormir les enfants (tous les parents savent ce que c'est !), et je ne veux pas me lever et vous donner quoi que ce soit ! Mais « l'ami » continue de frapper et de demander ! Enfin, le gars au lit se rend compte que le chemin le plus rapide pour se rendormir est de se lever et de lui donner ce qu'il veut.

Puis Jésus donne une première application (11:8) avant de la développer (11:9-10) : Hormis la question de l'amitié (qui peut être un peu tendue à cette heure de minuit !), l'hôte obtiendra ce qu'il cherchait à cause de son audace persistante. Le mot traduit par « persistance » (LSG = importunité) a l'idée d'une audace éhontée. L'idée de persistance apparaît dans les verbes au présent des versets 9 et 10.

Avant d'examiner l'application directe, examinons certaines choses à propos de l'histoire. Tout d'abord, cela nous montre que la nécessité pousse la prière audacieuse. L'hôte avait besoin de subvenir aux besoins de son ami, et il n'avait pas les ressources pour répondre à ce besoin. C'est une prise de conscience des grands besoins et de notre propre manque de ressources pour répondre à ces besoins qui nous conduira à la prière. Trop souvent, nous omettons de prier parce que nous supposons notre propre suffisance ou compétence. Nous pensons à tort que nous pouvons nous en tirer avec juste un petit coup de pouce de Dieu ici et là. Mais le fait est que nous sommes dépourvus de ressources physiques, mentales et spirituelles à moins que Dieu ne les fournisse gracieusement. Dans chaque situation, nous devons reconnaître notre besoin désespéré et appeler Dieu à l'aide.

Deuxièmement, le besoin dans ce cas n'était pas directement personnel, mais le besoin de quelqu'un d'autre. Si l'homme lui-même avait eu faim, il aurait sans doute attendu le matin pour se rendre chez son ami. Mais le besoin n'était pas le sien, c'était le besoin de l'invité de minuit qui a conduit cet homme chez son ami à cette heure inconvenante. Alors que nous devons aller hardiment vers Dieu pour trouver de l'aide pour nos propres besoins, nous devons garder à l'esprit que l'objectif principal de la prière n'est pas seulement de répondre à nos besoins, mais de faire avancer le royaume du Père. Ainsi, nous devons demander ce dont nous avons besoin pour répondre aux besoins des autres au nom des affaires du Père.

Troisièmement, l'homme avait déjà un amitié établie avant de se rendre chez son voisin à minuit. Il ne se présentait pas seulement pour la première fois ce soir-là ! Ils avaient une relation personnelle sur laquelle il agissait. Alors que Dieu est souvent aimable de se présenter pour la première fois en réponse à un coup de minuit à sa porte, le moment de le rencontrer est avant le besoin de minuit ! Si vous le connaissez comme un ami familier, vous vous sentirez plus à l'aise de frapper à sa porte à minuit quand il le faudra !

Quatrièmement, nous devons reconnaître la contraste frappant entre l'homme au lit et Dieu. L'homme au lit dormait, alors que Dieu ne dort jamais. L'homme au lit ne voulait pas être dérangé, alors que nos demandes ne dérangent pas Dieu. La demande de minuit a probablement mis à rude épreuve la relation entre ces deux amis, alors que nos demandes de minuit ne mettent pas à rude épreuve notre relation avec Dieu. Le point de Jésus est que nous devrions être hardis et persistants à adresser nos demandes à Dieu à n'importe quelle heure et dans n'importe quelle situation. Si un ami grincheux répond à ce genre de persistance audacieuse, combien plus votre Ami céleste réagira-t-il !

B. L'application (11 : 9-10) :

Jésus applique la parabole en disant aux disciples de continuer à demander, chercher et frapper, avec la promesse que s'ils le font, ils obtiendront leurs demandes. Le présent mode impératif en grec a la nuance d'une action continue, et donc je ne comprends pas ou ne suis pas d'accord avec certains commentateurs bien connus qui disent que l'idée est ne pas persistance et que si vous devez continuer à demander, vous ne demandez pas correctement (G. Campbell Morgan, Les paraboles et métaphores de Notre-Seigneur [Revell], p. 184). Je suis d'accord que Dieu n'est pas comme le voisin au lit, où vous devez continuer à l'embêter parce qu'il est réticent à vous donner ce dont vous avez besoin. Mais le fait est que Dieu ne répond pas toujours selon notre emploi du temps. Il sait quand notre foi a été suffisamment éprouvée et notre soumission à sa volonté est suffisamment complète pour que le moment soit venu pour lui d'exaucer nos demandes. Andrew Murray (Avec le Christ à l'école de prière [Livres de la flèche], p. 49) explique,

L'intercession fait partie de l'école de formation de la foi. Là, notre amitié avec les hommes et avec Dieu est mise à l'épreuve. Là, on voit si mon amitié avec les nécessiteux est si réelle, que je prendrai du temps et sacrifierai mon repos, ira même à minuit et ne cessera que lorsque j'aurai obtenu pour eux ce dont j'ai besoin. Là, on voit si mon amitié avec Dieu est si claire, que je peux compter sur Lui pour ne pas me détourner et donc prier jusqu'à ce qu'Il me donne.

De plus, l'idée de persistance est renforcée par l'intensité croissante des mots « demander », « chercher » et « frapper ». Chercher est plus fort que demander frapper est plus fort que chercher. Bien que le mot ne soit pas utilisé ici, le mot frapper renvoie à l'histoire de l'ami à minuit, frappant à la porte de son voisin jusqu'à ce que le gars se lève et lui donne ce dont il a besoin. Je suis d'accord avec Martyn Lloyd-Jones qui écrit (Le Sermon sur la Montagne [Eerdmans], 2:201),

On ne saurait exagérer l'importance de cet élément de persistance. Vous le trouvez non seulement dans l'enseignement biblique, mais aussi dans la vie de tous les saints. Le plus funeste dans la vie chrétienne est de se contenter de désirs passagers. Si nous voulons vraiment être des hommes de Dieu, si nous voulons vraiment Le connaître, marcher avec Lui et expérimenter ces bénédictions illimitées qu'Il a à nous offrir, nous devons persister à les Lui demander jour après jour. Nous devons ressentir cette faim et cette soif de justice, et alors nous serons rassasiés. Et cela ne veut pas dire que nous sommes comblés une fois pour toutes. Nous continuons à avoir faim et soif.

Si nous arrivons à réaliser que notre demande n'est pas en accord avec la volonté de Dieu ou si nous obtenons un sentiment distinct de Dieu que nous devrions cesser de prier, alors nous ne devrions pas continuer à prier pour ce besoin. Mais sinon, nous devrions continuer à demander, continuer à chercher et continuer à frapper jusqu'à ce que Dieu réponde. J'ai une demande que je pose depuis près de 28 ans, une autre que je pose depuis 25 ans et une autre que je pose depuis plus de 10 ans sans réponses adéquates. Répondre à ces demandes serait pour la gloire de Dieu et l'avancement de son royaume. Ce ne sont pas des demandes égoïstes. Alors je continue de frapper, même si parfois je me lasse. Pour des raisons que je ne comprends pas entièrement, Dieu n'a pas jugé bon d'accorder ces demandes. Mais, je crois que comme l'ami à minuit, mon travail est de continuer à frapper au nom de mes amis nécessiteux jusqu'à ce que j'obtienne de Dieu ce dont ils ont besoin.

2. Approchez-vous de Dieu avec confiance comme Son enfant, sachant que si c'est pour votre bien spirituel, le Père le donnera (11:11-13).

Jésus semble répondre à une objection silencieuse : « Si Dieu est comme le voisin groggy et réticent à minuit, alors je ne suis pas sûr de vouloir le déranger. Jésus change l'image en un père aimant qui répond aux besoins de ses enfants, puis conclut combien en plus le Père céleste répondra aux besoins de ses enfants. Son but est de nous encourager à venir à Dieu comme notre Père aimant, étant assurés qu'il prend soin de nous et qu'il répondra à nos besoins. Comme dans 11:5-10, Jésus donne une illustration suivie d'une application directe.

A. L'illustration (11:11-12):

Certains manuscrits grecs ajoutent de Matthieu la clause que si un fils demande une miche de pain, le père ne lui donnera pas une pierre (voir Matthieu 7:9). Mais probablement l'original de Luc a omis cette illustration et a ajouté l'autre sur l'œuf et le scorpion. Il n'est pas nécessaire d'harmoniser les deux récits puisque Jésus a donné le même enseignement dans deux contextes différents. Il a juste varié Ses illustrations.

L'illustration est efficace tant elle est ridicule. Aucun père terrestre ne serait assez cruel pour donner à son enfant affamé quelque chose de trompeur et de nuisible à la place de la nourriture demandée par l'enfant. Un serpent avec ses écailles argentées pourrait être confondu avec un poisson et un scorpion enroulé pourrait ressembler à un petit œuf pour un enfant. Mais quand il les prend avec confiance à son père, ils lui font du mal plutôt que de le nourrir et de répondre à ses besoins. Même si nous sommes mauvais par nature (11:13—notez comment Jésus suppose que les hommes sont mauvais même lorsqu'ils agissent avec amour envers leurs enfants), nous ne traiterions jamais nos enfants de cette manière. L'argument va du plus petit au plus grand. Comme l'exprime Calvin (p. 353) : « Si les petites gouttes produisent une telle quantité de bienfaisance, que devons-nous attendre de l'océan inépuisable ? Si les hommes pécheurs aiment tant leurs enfants et pourvoient à leurs besoins, combien plus Dieu le fera-t-il ?

B. L'application (11:13):

Puis Jésus enfonce l'application : « Si donc, étant méchants, savez faire de bons cadeaux à vos enfants, combien plus votre Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le Lui demandent ? Dans le parallèle dans Matthieu 7 :11, Jésus est plus général en disant que Dieu donnera ce qui est bon à ceux qui le Lui demandent. Mais ici Il précise le Saint-Esprit qui, étant Dieu, est le plus grand bien que l'on puisse imaginer. Alors que tous ceux qui croient vraiment en Christ reçoivent le Saint-Esprit au moment du salut (Rom. 8:9), nous avons tous besoin de connaître de plus en plus la plénitude de l'Esprit dans notre marche quotidienne. Quels que soient nos besoins, notre plus grand besoin est d'être continuellement rempli de l'Esprit de Dieu. Alors Jésus nous demande de venir comme des enfants nécessiteux et de demander au Père de répandre son Esprit sur nous.

La spécification du Saint-Esprit par Jésus montre qu'il ne promet pas de répondre à tous nos caprices pour des choses matérielles ou pour des avantages terrestres. Mais il promet que si quelque chose est pour notre bien spirituel et que nous venons comme des enfants confiants et demandons, le Père aimant nous le donnera. Il peut retarder la bénédiction parce qu'il sait que je ne suis pas encore prêt à la recevoir. Il peut avoir des objectifs de me former à la foi et à la prière qui exigent qu'il retienne la demande pour le moment présent. Il peut savoir ce que je ne sais pas, que ma demande n'est pas pour mon bien ultime, et donc il refusera ma demande parce qu'il a quelque chose de mieux pour moi. Mais Jésus enseigne que nous devons approcher Dieu avec confiance, comme un enfant viendrait à un père aimant, et si ma demande est pour mon bien spirituel, le Père me la donnera. Andrew Murray (p. 37) le dit : « Le don paternel est la réponse divine à une vie d'enfant.

Ainsi, le verset 13 nous ramène au point de départ de l'instruction de Jésus sur la prière (11:2), à savoir que nous devons apprendre à connaître Dieu comme notre Père céleste. Martyn Lloyd-Jones (p. 202) déclare,

C'est l'un de nos principaux problèmes, n'est-ce pas ? Si vous deviez me demander d'énoncer en une phrase ce que je considère comme le plus grand défaut de la plupart des vies chrétiennes, je dirais que c'est notre incapacité à connaître Dieu comme notre Père comme nous devrions le connaître.… Ah oui, nous disons que nous savons cela et croyez-le. Mais le savons-nous dans notre quotidien et dans notre vie ? Est-ce quelque chose dont nous sommes toujours conscients ? Si seulement nous prenions cela en main, nous pourrions sourire face à toutes les possibilités et éventualités qui nous attendent.

L'un des stratagèmes originaux de Satan était d'amener Eve à douter que Dieu soit bon. Son commandement était de lui cacher quelque chose de bien. Il utilise toujours ce stratagème pour faire chuter les chrétiens et éloigner les incroyants de Dieu : Si votre Dieu est bon, pourquoi permet-il tant de douleur et de souffrance dans le monde ? Pourquoi un Dieu bon permet-il à un petit enfant dans un pays déchiré par la guerre de se faire arracher les jambes par une mine terrestre ? Pourquoi un Dieu bon permet-il à un adorable petit bambin de mourir lentement et douloureusement d'un cancer ? Pourquoi un Dieu bon permet-il que ses serviteurs qui se consacrent à son œuvre soient tués par des hommes mauvais ? Les questions difficiles pourraient durer éternellement.

La Bible ne passe pas sous silence ces problèmes et ne prétend pas qu'ils n'existent pas. Le Livre de Job nous montre qu'une réponse partielle est centrée sur notre finitude et notre état de péché et sur la sainteté infinie de Dieu. Nous, en tant que créatures pécheresses, n'osons défier le Tout-Puissant Saint. Il est parfaitement juste de permettre à l'homme le plus juste de la terre de souffrir des choses terribles, parce que même cet homme n'a pas de droit sur Dieu. De plus, les Écritures montrent que la résolution finale du problème de la souffrance et du mal réside dans l'éternité, pas dans cette vie, quand Dieu récompensera les justes et punira les méchants.

Mais l'existence de la douleur et du mal dans ce monde ne mine pas la bonté de Dieu ou son amour paternel pour ses enfants. Même lorsque nous ne comprenons pas pourquoi Dieu permet les épreuves que nous souffrons, nous devons venir à Lui avec foi et demander une plus grande mesure de Son Saint-Esprit. Continuez à demander et à chercher et à frapper. Jésus promet que nous ne serons pas renvoyés les mains vides. Approchez-vous de Dieu avec une persévérance audacieuse, sachant qu'en tant que Père aimant, il vous donnera ce qui est pour votre bien spirituel. Il lui est impossible de faire quoi que ce soit de mal envers nous.

Conclusion

Un père avec un fils de trois ans venait de passer par la routine du coucher consistant à lire une histoire, à écouter ses prières, à répondre à une douzaine de questions, à le serrer dans ses bras et à dire bonsoir quatre ou cinq fois avant de se glisser hors de la chambre. Enfin, après une longue et dure journée, il pouvait se détendre.

Il s'est assis dans son fauteuil et c'était calme pendant environ cinq minutes avant d'entendre : « Papa, je peux boire de l'eau ? » Il a dit : « Non, mon fils, tais-toi et dors. » C'était calme pendant quelques minutes avant, plus fort qu'avant, il a entendu: "Papa, je peux boire de l'eau?" « Fils, j'ai dit de se taire et d'aller dormir ! » Il y eut à nouveau le silence, mais cela ne dura pas longtemps. "Papa, s'il te plaît puis-je boire de l'eau ? Le père pouvait voir qu'il n'allait nulle part, alors il a dit: "Fils, si j'entends un son de plus dans cette pièce, je vais te fesser!" On pouvait entendre une mouche voler. Le silence fut épais pendant environ une minute. Puis il entendit : « Papa, quand tu viendras ici pour me donner une fessée, veux-tu m'apporter un verre d'eau ? Maintenant, le papa savait que son fils avait vraiment soif ! Pourquoi? Parce qu'il était hardiment persistant dans sa demande.

Nous avons tous des amis qui viennent nous voir à minuit. Nous n'avons pas en nous ce dont ils ont besoin. Mais nous avons un Ami et Père céleste qui a de quoi répondre à leurs besoins. Il nous invite à le déranger à toute heure et à continuer de frapper jusqu'à ce que nous obtenions ce dont nos amis ont besoin.

Questions de discussion

  1. Comment savons-nous quand (le cas échéant) arrêter de persister dans la prière lorsque Dieu ne répond pas ?
  2. Que répondriez-vous à un critique qui a évoqué des cas d'horribles souffrances comme preuve que Dieu n'est pas bon ? Pourquoi est-il crucial d'affirmer la bonté de Dieu même lorsque nous souffrons ?
  3. Pourquoi Dieu tarde-t-il à répondre à des prières qui seraient apparemment pour que sa gloire réponde maintenant ?
  4. Est-ce une échappatoire que de prier : « Si Ta volonté est faite ? » Pouvons-nous connaître à l'avance la volonté de Dieu pour une situation spécifique ?

Copyright, Steven J. Cole, 1999, Tous droits réservés.

Sauf indication contraire, toutes les citations des Écritures proviennent de la New American Standard Bible, édition mise à jour © The Lockman Foundation


Prérequis des applications CTI

Vous devez avoir des pools de périphériques configurés avant de pouvoir configurer Cisco Unified Communications Manager pour les applications CTI.

Ajoutez et configurez des téléphones IP pour chaque application CTI. Pour plus d'informations sur l'ajout et la configuration de téléphones IP, consultez Téléphones IP Cisco Unified.

Configurez les utilisateurs finaux et les utilisateurs d'applications qui utiliseront les applications CTI.

Computer Telephony Integration (CTI) fournit des informations d'adresse IP via les interfaces JTAPI et TAPI, qui peuvent prendre en charge les adresses IPv4 et IPv6. Si vous souhaitez prendre en charge les adresses IPv6, assurez-vous que vos applications utilisent une version d'interface client JTAPI /TAPI qui prend en charge IPv6.


Vous pouvez migrer une application PowerBuilder depuis n'importe quelle version de PowerBuilder directement vers n'importe quelle version ultérieure. Avant de migrer vers une version ultérieure, lisez ce document pour en savoir plus sur les modifications apportées à PowerBuilder qui pourraient affecter votre application.

1. Migration depuis n'importe quelle version de PowerBuilder

1.1 Assistant de migration

Avant d'ouvrir les PBL créés dans une version antérieure, utilisez l'assistant de migration dans la nouvelle version pour vérifier s'il n'y a pas de syntaxe obsolète ou l'utilisation de nouveaux mots réservés. Pour ouvrir l'assistant de migration, sélectionnez Fichier>Nouveau dans la barre de menus de PowerBuilder et sélectionnez Assistant de migration dans la page Outils de la boîte de dialogue Nouveau.

1.2 Migration des PBL

Vous devez migrer les PBL créés avec des versions antérieures de PowerBuilder vers la nouvelle version. Vous devez toujours sauvegarder les PBL et PBT avant de migrer.

La boîte de dialogue Migrer l'application s'ouvre automatiquement après l'ouverture d'un espace de travail contenant des cibles PowerScript créées à l'aide d'une version antérieure. Si vous ajoutez un PBT contenant de tels PBL à un espace de travail ouvert, ou ajoutez des PBL créés dans une version antérieure de PowerBuilder à la liste des bibliothèques d'une cible, la boîte de dialogue Migrer l'application ne s'ouvre pas automatiquement. Pour ouvrir la boîte de dialogue, sélectionnez chaque cible contenant des PBL créés à l'aide de versions antérieures de PowerBuilder dans l'arborescence des systèmes et sélectionnez Migrer dans le menu contextuel.

Veuillez lire la section sur la migration des cibles dans le PowerBuilder Guide de l'utilisateur avant de migrer vos applications.

1.3 Migration des profils de base de données (IM)

Pour utiliser des profils de base de données qui ont été configurés dans une version antérieure de PowerBuilder, cliquez avec le bouton droit sur n'importe quel élément de la boîte de dialogue Profils de base de données dans la version antérieure de PowerBuilder et sélectionnez Exporter le(s) profil(s) dans le menu contextuel. Vous pouvez ensuite importer les profils que vous sélectionnez dans la boîte de dialogue Profils de base de données dans la version ultérieure de PowerBuilder.

1.4 DLL d'exécution (IM)

Les applications que vous créez à l'aide de n'importe quelle version de PowerBuilder doivent être déployées avec les DLL d'exécution PowerBuilder de la même version. Si l'ordinateur de développement est mis à jour avec une nouvelle version, les applications et composants PowerBuilder .NET doit être reconstruit et redéployé avec les nouveaux fichiers d'exécution.

1.5 Migration des applications d'extension PowerBuilder

Importez le fichier d'extension PowerBuilder (pbXXX###.pbx, où XXX est une abréviation utilisée pour le type d'extension, et ### représente la version actuelle de PowerBuilder) dans votre projet PowerBuilder migré, puis effectuez une génération complète avant de déployer l'application .

1.6 Comportement du paramètre GetFileOpenName Initdir

Le paramètre initdir dans GetFileOpenName utilise des algorithmes différents dans Windows 7 et dans Windows 2000/XP/Vista.

Windows 7:
  1. Si initdir a la même valeur que celle sélectionnée dans la première instance de la boîte de dialogue Ouvrir ou Enregistrer sous de l'application, alors il utilise le chemin que l'utilisateur a sélectionné le plus récemment comme répertoire initial.
  2. Si le nom de fichier contient un chemin, ce chemin est le répertoire initial.
  3. Si initdir n'est pas NULL, il spécifie le répertoire initial.
  4. Si initdir est NULL et que le répertoire courant contient des fichiers des types de filtres spécifiés, le répertoire initial est le répertoire courant.
  5. Sinon, le répertoire initial est le répertoire des fichiers personnels de l'utilisateur courant.
  6. Si aucune autre condition n'est remplie, le répertoire initial est le dossier Desktop.
Windows 2000/Windows XP/Windows Vista :
  1. Si le nom de fichier contient un chemin, ce chemin est le répertoire initial.
  2. Sinon, initdir spécifie le répertoire initial
  3. Si l'application a déjà utilisé une boîte de dialogue Ouvrir ou Enregistrer sous, le chemin le plus récemment utilisé est sélectionné comme répertoire initial. Cependant, si une application n'est pas exécutée pendant une longue période, son chemin enregistré est ignoré.
  4. Si initdir est NULL et que le répertoire courant contient des fichiers des types de filtres spécifiés, le répertoire initial est le répertoire courant.

2. Migration depuis PowerBuilder 12.5.2 ou une version antérieure

2.1 SAP JVM remplace JDK

PowerBuilder n'utilise plus le Java Runtime Environment (JRE) ou le Java Development Kit (JDK). Il utilise la JVM SAP. Ne tenez pas compte de la mention du JDK dans l'aide en ligne.

2.2 Marque SAP

Toute la marque de l'entreprise mentionnée dans la documentation est mise à jour vers SAP pour InfoMaker et PowerBuilder.

Toute la marque de l'entreprise mentionnée dans la documentation est mise à jour vers SAP pour InfoMaker et PowerBuilder.

Pour obtenir des informations à jour sur la documentation de PowerBuilder et InfoMaker, rendez-vous sur :
http://help.sap.com/powerbuilder
http://help.sap.com/infomaker

2.3 Nouvelles fonctions SoapConnection

Depuis PowerBuilder 12.5.x, il existe deux fonctions dans la classe SoapConnection pour le moteur de services Web .NET uniquement :

  • EnablePreAuthentication - S'applique uniquement aux services Web qui utilisent un mécanisme d'authentification de base. Appelez cette fonction pour pré-authentifier la demande.
    Syntaxe : <conn>.EnablePreAuthentication()
  • SetKeepAlive- S'il faut établir une connexion persistante à la ressource Internet.
    Syntaxe : <conn>.SetKeepAlive(Booléen <value)

2.4 Migration de cibles .NET à partir de versions antérieures de PowerBuilder

Pour les composants de service Web .NET, vous devrez peut-être supprimer ou installer des fichiers de prise en charge sur les ordinateurs de développement et de déploiement.

Pour les projets .NET, vérifiez ou effectuez les étapes suivantes avant de redéployer les projets .NET migrés :

  • Pour toutes les cibles .NET, désinstallez les versions antérieures des fichiers d'exécution de PowerBuilder (assemblys système et dll Windows 32) sur toutes les machines de déploiement. Installez ensuite les fichiers d'exécution pour la version actuelle de PowerBuilder à l'aide de Runtime Packager ou d'un autre outil, comme décrit dans la section « Liste de contrôle pour le déploiement » de la section Déploiement d'applications et de composants sur .NET.
  • Pour les cibles de service Web .NET, effacez les fichiers temporaires ASP.NET de l'application ou du composant sur les machines de développement et déployées. Les fichiers temporaires se trouvent dans le répertoire C:WindowsMicrosoft.NETFramework<version>Temporary ASP.NET Files<projectName>, où <version> est généralement v2.0.50727 et <projectName> est le nom de l'application Web du projet ou son service Web virtuel. nom du répertoire.
  • Pour les projets Windows Forms .NET, sélectionnez PLEIN pour le type de reconstruction de projet avant de redéployer vos applications depuis PowerBuilder Classic pour la première fois.
  • Pour migrer des solutions .PBWX à partir d'une version antérieure, ouvrez son fichier .PBWX à l'aide du menu Fichier. Si vous double-cliquez ou glissez-déposez le fichier dans PowerBuilder .NET 12.6, l'assistant de conversion Visual Studio s'ouvre de manière inappropriée. Vous pouvez utiliser les méthodes de double-clic et de glisser-déposer pour ouvrir les solutions PowerBuilder 12.6.

2.5 Migration des cibles EAServer

PowerBuilder .NET ne prend pas en charge les cibles EAServer.

2.5.1 Accès aux composants EAServer à partir de cibles .NET

PowerBuilder installe les dll EAServer, com.sybase.iiop.net.dll et com.sybase.ejb.net.dll dans le Global Assembly Cache (GAC) sur l'ordinateur de développement et nécessite ces dll sur l'ordinateur d'exécution pour les applications qui accèdent aux composants EAServer à partir de cibles .NET. Utilisez Runtime Packager pour installer ces dll dans le GAC sur les ordinateurs de déploiement.

REMARQUE: Les dll installées par le programme d'installation de PowerBuilder ont été testées et sont compatibles avec EAServer 6.3.1. Cependant, si vous utilisez une version d'EAServer autre que 6.3.1, SAP vous recommande de copier les dll (assembly) du répertoire EAServer/lib vers le GAC de tous les ordinateurs sur lesquels vous déployez vos applications. Si vous exécutez ou réexécutez ensuite Runtime Packager, vous devez également recopier ces dll (assembly) dans le GAC, car Runtime Packager les écrase.

2.6 Limite de taille du fichier d'importation

Voir la note de la section 13.3 pour une mise à jour.

2.7 Prise en charge OData

PowerBuilder Classic et PowerBuilder .NET peuvent utiliser des sources de données OData.

2.7.1 Profil de base de données

Définissez un profil de base de données pour accéder à un service OData dans PowerBuilder à l'aide de l'interface OData.

2.7.2 Peintre de base de données

Vous pouvez vous connecter au service OData et travailler avec le peintre de base de données.

  • Définir une source de données OData avec le peintre de profils de base de données
  • Se connecter à une source de données OData dans la vue Objets
  • Ajouter des tableaux à la vue Mise en page des objets par glisser-déposer ou via le menu contextuel
  • Afficher les propriétés des tables et des colonnes dans la vue Propriétés par glisser-déposer ou le menu contextuel
  • Glissez-déposez un tableau dans la vue Colonnes
  • Appelez la fonction Modifier les données dans la vue Résultats de Database Painter

Comme OData n'est pas une source SQL, certaines fonctionnalités ne sont pas prises en charge :

  • La vue de session ISQL n'est pas activée
  • Vous ne pouvez pas créer, modifier ou supprimer des tables
  • Vous ne pouvez pas créer d'utilisateurs ou de groupes d'utilisateurs
  • Vous ne pouvez pas intégrer d'instructions SQL dans powerscript

2.7.3 Créer une DataWindow à l'aide d'un service OData

Sélectionnez la source de données du service OData dans l'expert DataWindow.

2.7.4 Définir les informations de connexion pour le service OData

Utilisez l'objet Transaction SQLCA (ou l'objet transaction défini par l'utilisateur) pour récupérer et afficher les données du service OData dans une DataWindow ou une banque de données.

2.8 Applications Windows 64 bits

Créez une application native 64 bits dans PowerBuilder Classic. Pour créer une application 64 bits, sélectionnez la plate-forme dans l'onglet Général de Project Painter.

Si vous devez fournir des versions 32 bits et 64 bits de votre application, vous devez utiliser des projets et des dossiers distincts pour la sortie de déploiement.

Il n'y a pas d'IDE pour le développement 64 bits. La phase de conception utilise la même interface 32 bits et les fonctionnalités 64 bits s'affichent au moment de l'exécution lorsque vous déployez l'application.
Lorsque vous cliquez sur le bouton running man, le projet s'exécute comme une application 32 bits.

32 bits reste la valeur par défaut pour les applications nouvelles et migrées. Pendant le processus de déploiement, PowerBuilder vérifie et signale les fonctionnalités non prises en charge utilisées dans l'application.

2.8.1 Nouvelle propriété pour l'objet d'environnement

La nouvelle propriété ProcessBitness identifie si l'application est un processus 32 bits ou 64 bits.

Voir Objets et contrôles pour plus d'informations sur l'objet Environnement. Consultez la référence PowerScript pour en savoir plus sur le ObtenirEnvironnement une fonction.

2.8.2 Nouveau type de données

Le type de données longptr est de 4 octets sur la plate-forme 32 bits et de 8 octets sur la plate-forme 64 bits. Sur la plate-forme 32 bits, longptr est le même tant que vous pouvez continuer à utiliser long là où longptr est requis dans les applications 32 bits. Dans les applications 64 bits, l'utilisation de longs pour conserver les variables longptr entraînera une troncature des données de 8 octets à 4 octets, ou une corruption de la mémoire si vous passez une variable de référence longue lorsqu'une référence longptr est requise. Si vous souhaitez passer au 64 bits, utilisez longptr partout où cela est nécessaire. Cela ne nuit pas au 32 bits.

Étant donné que PowerBuilder n'a pas de type de données correspondant au type de pointeur C++ et qu'il n'y a pas d'opérations de pointeur dans PowerBuilder, longptr n'est pas un type de données PowerBuilder à part entière. Vous pouvez l'utiliser pour conserver/transmettre des descripteurs de fenêtre, de base de données et d'autres objets qui sont essentiellement des adresses mémoire. Faire des opérations complexes sur le type longptr peut ne pas fonctionner. Si vous souhaitez représenter/calculer des entiers longs de 8 octets, utilisez longlong.

2.8.3 Configuration requise

L'environnement de conception nécessite :

  • SDK Windows pour Windows 7 ou version ultérieure
  • .NET Framework 4.0 ou version ultérieure
  • Système d'exploitation Windows 64 bits à tester (le développement ne nécessite que 32 bits)

L'environnement d'exécution nécessite :

  • Système d'exploitation Windows 64 bits
  • Fichiers système PowerBuilder 12.6 64 bits
  • Bibliothèques tierces 64 bits, telles que les pilotes de base de données et les dll externes
  • Plus de 4 Go de mémoire physique pour éviter les problèmes de performances

2.8.4 Limites

  • Pour consommer des services Web, vous devez utiliser le moteur .Net. EasySOAP n'est pas pris en charge
  • Vous pouvez utiliser des composants OLE et ActiveX dans vos applications, mais vous devez utiliser les versions 32 bits dans l'IDE PowerBuilder Classic. Lors de l'exécution, les composants ActiveX 64 bits appropriés doivent être installés.
  • L'en-tête RichText DataWindow ne s'affiche pas lorsque la propriété HeaderFooter est true jusqu'à ce que vous appeliez ShowHeadFoot(true). Si tu ne le fais pas:
    • Selecttext (long ll, long c1, longl2, long c2, band b Header!) renvoie 0 et le texte sélectionné est "" (chaîne de longueur 0)
    • Selecttext (long ll, long c1, long l2, long c2, band b Footer!) renvoie 0 et le texte sélectionné est "" (chaîne de longueur 0)

    2.8.5 Fonctionnalités non prises en charge

    • exécution COM+
    • Génération de code machine
    • Tablette
    • SDK PBNI pour le développement d'extensions PowerBuilder 64 bits
    • Colonne de style DataWindow RichText
    • Contrôle Web DataWindow pour ActiveX
    • Barre d'état
    • Tableau quadrillé
    • Fonction ClearAll()
    • Effacer (vrai) fonction
    • Changer le pointeur ne fonctionne pas sur les contrôles RichTextEdit
    • La molette de la souris ne défile pas sur une page RichTextEdit
    • Prise en charge du serveur d'applications

    REMARQUE: Si vous sélectionnez Propriétés dans le menu contextuel de la boîte de dialogue Objet RichTextEdit, l'application se bloque si vous sélectionnez l'onglet Spécifications d'impression et cliquez sur OK.

    2.8.6 Différences de comportement

    Le mode d'aperçu RichText se comporte différemment en 64 bits, il s'apparente plus à un aperçu avant impression

    2.8.7 Interface native de PowerBuilder (PBNI)

    Vous ne pouvez utiliser que les extensions PowerBuilder 32 bits dans l'IDE PowerBuilder Classic. Pour l'exécution, empaquetez et distribuez des bibliothèques d'extension 64 bits avec vos applications 64 bits. Les noms de fichiers de votre extension 64 bits doivent correspondre aux noms de fichiers 32 bits, car l'application y fait référence par nom de fichier.

    2.8.8 OrcaScript

    Pour créer des applications natives 64 bits avec OrcaScript, utilisez la nouvelle option X64 pour créer des commandes exécutables.

    Syntaxe : exécutable de construction <exeName> < iconName> <pbrName> <pbdflags> <machinecode> <newvstylecontrols> x64

    2.9 DockableWindows

    Dans PowerBuilder Classic, vous pouvez définir des comportements d'ancrage pour les feuilles qui s'ouvrent dans la fenêtre de cadre MDI (interface de documents multiples).

    • Types de fenêtres et états d'accueil
      De nouveaux types de fenêtres permettent aux feuilles de s'ouvrir dans l'un des quatre états suivants : ancré, flottant, document à onglets ou fenêtre à onglets. Les nouvelles valeurs WindowTypes sont mdilock ! et mdilockhelp!.
    • Vous pouvez obtenir le statut de chaque feuille ouverte en utilisant le type énuméré WindowDockState
      • WindowDockStateAmarré !
      • FenêtreDockStateFlottant !
      • WindowDockStateTabbedDocument!
      • WindowDockStateTabbedWindow!
      • Feuilles ouvertes dans un état spécifique
        Les nouvelles versions d'OpenSheet() vous permettent d'ouvrir une feuille à un emplacement d'ancrage spécifique, dans un groupe d'onglets spécifique ou en tant que document
        • OpenSheetAsDocument()
        • OpenSheetDocked()
        • OpenSheetInTabGroup()
        • OuvrirFeuilleAvecParmAsDocument()
        • OuvrirFeuilleAvecParmDocked()
        • OpenSheetWithParmInTabGroup()
        • Persistez l'état MDI
          Vous pouvez paramétrer l'application pour que, lorsque l'utilisateur lance l'application, les feuilles soient ouvertes dans la même position et dans le même état que lorsque l'utilisateur les a fermées.
          Pour conserver les états des feuilles ouvertes, il est important d'associer un ID de chaîne significatif à chaque feuille ouverte.
          • Définissez-le comme argument lors de l'utilisation de la fonction OpenSheetAsDocument(), OpenSheetWithParmAsDocument(), OpenSheetDocked(), OpenSheetWithParmDocked(), OpenSheetInTabGroup() ou OpenSheetWithParmInTabGroup()
          • Définissez-le à l'aide de la fonction SetSheetID()

          Vous pouvez utiliser une fonction pour stocker l'état MDI dans le Registre lorsque l'application se ferme. Vous pouvez ensuite utiliser les autres fonctions pour charger et ouvrir les feuilles dans leurs états d'ancrage et les présenter.

          SetSheetID() - définit l'identifiant unique d'une feuille ouverte

          SavingDockingState() – Stocke l'état MDI dans le registre

          LoadDockingState () – Charge deux tableaux de taille égale : tapez les noms des feuilles persistantes et les identifiants correspondants.

          OpenSheetFromDockingState() – Ouvre une ou plusieurs feuilles persistantes dans une fenêtre de cadre MDI pour les fenêtres ancrables.

          CommitDocking() – Une fois toutes les feuilles persistantes ouvertes, cette fonction les organise et les rend visibles.

          2.10 Nouvelle option pour la commande OrcaScript

          À partir de PowerBuilder 12.5, en plus des fonctions complètes, migrées et incrémentielles, il existe une nouvelle option : 3pass

          Cette option effectue une reconstruction complète de l'application. Vous devez l'utiliser au lieu de complet lorsqu'il existe des relations héritées complexes.

          3. Migration depuis PowerBuilder 12.5 ou une version antérieure

          3.1 Cible de formulaires Web supprimée

          PowerBuilder 12.5.2 a supprimé la cible Web Forms. Si vous utilisez des formulaires Web dans PowerBuilder 12.5.1 ou une version antérieure, vous ne devez pas installer 12.5.2 GA. Les EBF pour 12.5.2 incluront des correctifs pour les formulaires Web ainsi que des problèmes pour d'autres fonctionnalités.

          4. Migration depuis PowerBuilder 12.1 ou une version antérieure

          4.1 RTF et images dans l'objet DataWindow

          PowerBuilder 12.5 introduit les blobs de base de données RTF, Image et XPS, ainsi que les fonctions d'expression RichText et RichTextFile pour les champs calculés.

          La fonctionnalité RTF, Image et XPS Database Blob est un port de la fonctionnalité existante de PowerBuilder .NET.

          La fonction d'expression RichText prend comme argument une expression de chaîne interprétée comme un fichier RTF et la restitue comme telle. Si l'argument n'est pas RTF, rien ne s'affiche.

          Le RichTextFile prend comme argument une interprétation d'expression de chaîne du nom du fichier RTF et le restitue comme tel. Si l'argument n'est pas un fichier RTF, rien ne s'affiche.

          4.2 Contrôles dessinés par l'utilisateur dans les objets DataWindow

          La peinture (expr) les fonctions d'expression vous permettent de dessiner des objets dans la DataWindow tels que des polygones, des pointes de flèches, des secteurs, etc. La fonction d'expression Paint prend un argument d'expression de chaîne et renvoie la même chaîne. Cela vous permet de peindre à l'intérieur d'une DataWindow d'une manière qui respecte la position et l'ordre z des autres objets DataWindow. Il doit contenir un appel de fonction à une fonction globale de dessin avec une logique de rendu. Si expr est une expression de chaîne et la valeur n'est pas nulle, le champ calculé rendra l'expression de chaîne évaluée.

          Cette fonctionnalité fournit également les fonctions de support suivantes :

          • ObtenirPeintureDC()
          • ObtenirPeintureRectX()
          • ObtenirPeintureRectY()
          • GetPaintRectWidth()
          • ObtenirPeintureRectHeight()

          4.3 Fenêtre de contrôle transparent Valeur et propriété de transparence

          PowerBuilder 12.5 introduit deux nouvelles fonctionnalités pour les contrôles de fenêtre :

          • valeur transparente pour le contrôle de fenêtre BackColor
          • propriété de transparence pour le contrôle de fenêtre

          Les contrôles suivants prennent en charge la nouvelle valeur et la nouvelle propriété :

          Bouton Image

          Bouton radio

          StaticHyperLink

          SingleLineModifier

          MultiLigneModifier

          RichTextModifier

          DropDownListBox

          DownDownPictureListBox

          4.4 Prise en charge des nouveaux types de données ASE 15.5 (IM)

          PowerBuilder et InfoMaker prennent en charge les nouveaux types de données dans ASE 15.5 : BIGTIME et BIGDATETIME.

          • BIGTIME : comprend l'heure, la minute, la seconde et la fraction de seconde. La fraction est stockée à six décimales.
          • BIGDATETIME : comprend l'année, le mois, le jour, l'heure, la minute, la seconde et la fraction de seconde. La fraction est stockée à six décimales.

          4.5 Partage de sources de données avec .NET

          Une nouvelle prise en charge est ajoutée pour le partage des connexions ADO.NET. PowerBuilder 12.5 offre la possibilité de partager des connexions ADO.NET entre PowerBuilder (Win32) et des assemblys .NET tiers exposés dans COM. Une application native PowerBuilder offre la possibilité d'importer une connexion ADO.NET à partir d'un assembly .NET tiers et d'exporter une connexion ADO.NET vers un assembly tiers. Cette fonctionnalité existe déjà dans PowerBuilder.NET, mais l'IDE PowerBuilder Classic prend en charge une version native de cette fonctionnalité à l'aide de .NET COM Interop. Deux méthodes ont été ajoutées au PowerBuilder Transaction NVO :

          • bool SetAdoConnection(oleobject connectionProxy) Importe une connexion ADO.NET externe.
          • oleobject GetAdoConnection() Exporte une connexion ADO.NET à partir d'une instance PB Transaction connectée.

          Vous pouvez appeler ces deux méthodes pour obtenir ou définir le proxy pour partager une connexion de base de données ADO.NET entre une application PB et un assembly .NET tiers.

          4.6 Propriété AutoWidth (IM)

          Dans le rapport de style de présentation Grid, la propriété AutoWidth vous permet de choisir l'option pour calculer automatiquement la largeur d'une colonne. La propriété AutoWidth prend l'une de ces valeurs numériques :

          • 0 - Pas de largeur automatique : il s'agit de la valeur par défaut.
          • 1 - AutoWidth est calculé pour les lignes visibles (monotone) et ne diminue pas lorsque la colonne la plus large est réduite lors du défilement.
          • 2 - AutoWidth est calculé pour les lignes visibles (non monotone)
          • 3 - AutoWidth est calculé pour toutes les lignes récupérées.

          Vous pouvez définir la propriété AutoWidth :

          • Dans le peintre - dans la vue Propriétés, sélectionnez l'une des valeurs dans la liste déroulante pour la propriété AutoWidth.
          • Dans les scripts - définissez la propriété AutoWidth sur l'une des valeurs numériques.

          4.7 Prise en charge de la séquence de tabulation, de l'activation et de l'affichage des propriétés du rectangle de mise au point

          Ces propriétés sont prises en charge dans PowerBuilder Classic DataWindow. PowerBuilder .NET WPF DataWindow prend en charge uniquement la séquence de tabulation et activé. La propriété Tab Sequence n'est pas exprimable, mais Enabled et Show Focus Rectangle le sont.

          • La valeur par défaut de Tab Sequence est zéro pour tous les contrôles non-colonne, reproduisant le comportement précédent. Vous pouvez le modifier au besoin.
          • La valeur par défaut de la propriété Enabled est "yes."
          • La valeur par défaut de la propriété Show Focus Rectangle est "no."

          Noter: La propriété Show Focus Rectangle est prise en charge uniquement dans PowerBuilder Classic.

          Les contrôles DataWindow suivants ont désormais les propriétés Tab Sequence, Enabled et Show Focus Rectangle :

          • Bouton (Afficher le rectangle de mise au point ne s'applique pas)
          • Champ calculé
          • Graphique
          • Photo
          • TableBlob
          • Texte

          Le contrôle Column n'a pas la propriété Enabled car il possède des mécanismes existants qui produisent le même effet. PowerBuilder Classic prend en charge ces propriétés pour les objets OLE et les blobs de base de données OLE.

          5. Migration depuis PowerBuilder 12.0 ou une version antérieure

          5.1 Prise en charge ASE 15.5 (IM)

          Dans PowerBuilder et InfoMaker 12.1, vous pouvez accéder à Adaptive Server Enterprise 15.5. Cependant, aucune prise en charge des nouvelles fonctionnalités ASE 15.5 n'est ajoutée.

          5.2 Prise en charge de SQL Anywhere 12.0 (IM)

          Dans PowerBuilder et InfoMaker 12.1, vous pouvez accéder à SQL Anywhere version 12.0. Cependant, aucune prise en charge des nouvelles fonctionnalités de SQL Anywhere n'est ajoutée.

          5.3 Propriété HasMinHeight

          PowerBuilder Classic 12.1 possède une nouvelle propriété de hauteur et une nouvelle fonction d'expression de hauteur pour l'objet DataWindow. Cette propriété n'est prise en charge que dans PowerBuilder Native. Il n'est pas pris en charge dans Windows Forms, Web Forms ou PowerBuilder .NET. HasMinHeight s'applique uniquement aux colonnes dont la taille automatique est activée. Lorsque Autosize height et HasMinHeight sont tous deux vrais, la valeur de hauteur sera la valeur maximale entre la valeur de hauteur automatique (la valeur calculée lorsque la hauteur Autosize est définie sur true) et la valeur spécifiée dans la propriété Height. Par exemple:

          5.4 Fonction FontHeight

          PowerBuilder Classic 12.1 a une nouvelle fonction d'expression de hauteur pour l'objet DataWindow. Cette fonction n'est prise en charge que dans PowerBuilder Native. Il n'est pas pris en charge dans Windows Forms, Web Forms ou PowerBuilder .NET. La nouvelle fonction d'expression DataWindow FontHeight vous permet de trouver la hauteur de la police d'une colonne ou d'un champ calculé. Cette fonction prend le nom de la colonne comme argument. Utilisez cette fonction pour définir la hauteur minimale de la taille de la police.

          5.5 Fonction de recherche

          La fenêtre de données Trouver La fonction a maintenant un argument buffer. Vous pouvez utiliser le nouvel argument pour rechercher des données dans le champ Delete! ou Filtrez ! amortir. La valeur par défaut est Primaire ! L'argument est facultatif.

          6. Migration depuis PowerBuilder 11.5.1 ou une version antérieure

          6.1 Fonctionnalité obsolète

          La possibilité de créer un composant COM ou COM+ n'est plus disponible. Cependant, vous pouvez toujours vous connecter aux composants COM et COM+ à partir des applications client-serveur PowerBuilder standard.

          6.2 PowerBuilder Classique et PowerBuilder .NET

          PowerBuilder 12.0 s'installe avec deux IDE distincts. L'IDE PowerBuilder bien connu est renommé PowerBuilder Classic. Le nouvel IDE s'appelle PowerBuilder .NET.

          L'EDI PowerBuilder Classic conserve les mêmes fonctionnalités de base que dans les versions précédentes de PowerBuilder. L'IDE PowerBuilder .NET héberge le shell isolé de Visual Studio et est conçu pour être conforme aux spécifications de langage commun pour .NET.

          PowerBuilder .NET inclut un nouveau type de cible (WPF Window Application) et deux nouveaux types de projet (WPF Window et WCF Client Proxy). Vous pouvez migrer les cibles client-serveur PowerBuilder Classic et Windows Forms vers PowerBuilder .NET à l'aide de l'assistant de cible d'application de fenêtre WPF.

          Le type de cible Assemblage .NET est disponible à la fois dans PowerBuilder Classic et dans PowerBuilder .NET, mais dans PowerBuilder .NET, vous pouvez profiter des améliorations du langage pour une conformité .NET plus complète. Vous pouvez également migrer des cibles d'assemblage .NET de PowerBuilder Classic vers PowerBuilder .NET.

          Pour plus d'informations sur les cibles et les projets PowerBuilder .NET, consultez le Guide des fonctionnalités de PowerBuilder .NET.

          6.3 Prise en charge de la plate-forme (IM)

          PowerBuilder 12.0 ajoute la prise en charge de la plate-forme Windows 7 Professionnel 32 bits et a également été testé sur Windows XP (SP3), Windows XP Tablet PC (SP 3), Windows Server 2003 (SP 2) et Windows Vista (SP 2) . PowerBuilder 12.0 maintient la prise en charge du déploiement vers Windows Server 2008 (SP 2), mais ne prend plus en charge le déploiement vers Windows 2000.

          6.4 Nouvelles propriétés, fonctions et paramètres de base de données

          Les nouveaux éléments suivants sont documentés dans l'aide en ligne de PowerBuilder 12.0 :

          • Propriété OriginalSize pour les boutons et les contrôles d'image dans les objets DataWindow
          • Syntaxe claire (gridFlag) pour les contrôles RichTextEdit
          • Fonction ClearAll pour les contrôles RichTextEdit
          • Les fonctions CloseUserObject, OpenUserObject et OpenUserObjectWithParm sont prises en charge pour les objets utilisateur visuels
          • Fonctions PBAddCookie et PBGetCookies pour les objets proxy de service Web
          • Onze méthodes SoapPBCookie pour obtenir et définir les propriétés des cookies
          • Quatre méthodes SoapConnection pour définir les conditions de contournement du serveur proxy
          • Paramètre de base de données GenerateEqualIsNull pour toutes les connexions de base de données
          • Paramètre de base de données NCharBind pour les connexions SQL Server (SNC)

          6.5 Améliorations apportées à Runtime Packager

          Dans PowerBuilder 12.0, Runtime Packager est amélioré pour permettre la génération d'un module de fusion Microsoft (fichier MSM) au lieu d'un fichier MSI.

          Si vous sélectionnez l'option Composants PowerBuilder .NET, le fichier MSM ou MSI créé par Runtime Packager inclut désormais les fichiers d'exécution requis pour les applications développées dans le nouvel IDE PowerBuilder .NET. Cependant, le package d'installation que vous créez avec l'option Composants PowerBuilder .NET inclut toujours les fichiers d'exécution requis pour les applications et les composants .NET que vous développez dans l'IDE PowerBuilder Classic.

          Dans Runtime Packager, vous pouvez également sélectionner une option pour inclure les fichiers DLL requis pour l'exportation de données de graphique ou de DataWindow vers un fichier au format Microsoft Excel 2007. Les fichiers Sybase.PowerBuilder.DataWindow.Excel12.dll et PBDWExcel12Interop120.dll sont ajoutés au fichier MSM ou MSI lorsque vous cochez la case Prise en charge de MS Excel12 et créez un package d'installation à partir de Runtime Packager. Le format Microsoft Excel 2007 requiert également .NET Framework 3.0 ou version ultérieure, mais celui-ci doit être installé séparément sur l'ordinateur d'exécution, car il n'est pas inclus dans le package généré à partir de Runtime Packager.

          6.6 Améliorations de l'interface ADO.NET

          L'interface ADO de PowerBuilder 12 a été étendue pour prendre en charge les fournisseurs ADO.NET. Désormais, vous pouvez vous connecter au moment de l'exécution à n'importe quelle source de données qui adhère au modèle de fournisseur commun ADO.NET 2.0.

          Fournisseur ADO .NET

          Améliorations de l'interface ADO.NET

          ADO.NET pour Oracle

          Mises à jour des pilotes ODP.NET
          Les pilotes pour ces versions ODP.NET sont mis à jour :

          • Pour Oracle 10g, le pilote Oracle.DataAccess.dll a été mis à niveau de la version 10.1.0.301 à 2.102.2.20
          • Pour Oracle 11, le pilote Oracle.DataAccess.dll version 2.111.6.20 a été ajouté

          Les deux pilotes sont compatibles ADO.NET 2.0.

          L'interface PowerBuilder ADO.NET n'inclut plus de pilote pour Oracle ODP.NET 9i. Les utilisateurs de ce fournisseur doivent migrer vers Oracle ODP.NET 10g.

          Nouvelles fonctionnalités d'ODP.NET 2.0 pour Oracle 10.2 et versions antérieures

          • Identifiant client : L'identifiant client est un attribut prédéfini pour l'espace de noms de contexte d'application Oracle, USERENV. Comme l'authentification proxy, l'identifiant client permet de suivre les identités des utilisateurs. Cependant, contrairement à l'authentification proxy, l'identifiant client ne nécessite pas de sessions distinctes pour l'utilisateur proxy et l'utilisateur final. De plus, l'identifiant client n'a pas besoin d'être un utilisateur de base de données et peut être défini sur n'importe quelle chaîne. Plus important encore, l'identifiant client permet aux développeurs ODP.NET d'utiliser le contexte d'application et Oracle Label Security, et de configurer plus facilement une base de données privée virtuelle (VPD) Oracle. Configurez l'identifiant client pour les fournisseurs de données Oracle ADO.NET dans l'onglet Driver Specific de la boîte de dialogue Database Profile Setup.
          • Optimisations du pool de connexions pour les bases de données RAC : Un fournisseur de données Oracle pour ADO.NET optimise le regroupement de connexions pour les bases de données Real Application Cluster (RAC) en équilibrant les demandes de travail entre les instances Oracle RAC, en fonction des conseils d'équilibrage de charge et des exigences de service. En outre, le pool de connexions ODP.NET peut être activé pour libérer de manière proactive les ressources associées aux connexions qui ont été coupées lorsqu'un service, une instance ou un nœud Oracle RAC tombe en panne. Spécifiez les optimisations du pool de connexions ODP.NET en tant qu'arguments du paramètre ProviderString DBParm. Vous pouvez saisir des paramètres spécifiques au pilote au bas de l'onglet Connexion de la boîte de dialogue Configuration du profil de base de données.
          • Récupération d'objets volumineux : Vous pouvez récupérer des colonnes entières de données d'objets volumineux (LOB) même si la liste de sélection ne contient pas de clé primaire, d'ID de ligne ou de clé unique. Pour utiliser cette amélioration, définissez la valeur de la propriété InitialLOBFetchSize sur -1 pour les objets CLOB et BLOB.
          • LONGUE récupération : Vous pouvez récupérer des colonnes entières de données LONG et LONGRAW même si la liste de sélection ne contient pas de clé primaire, d'ID de ligne ou de clé unique. Pour utiliser cette amélioration, définissez la valeur de la propriété InitialLONGFetchSize sur -1.
          • XMLType : Le type de données Oracle XMLType est mappé au type de chaîne PowerBuilder, avec ces limitations :
            • XMLType ne peut pas être utilisé dans les clauses Where dans les instructions PowerBuilder Embedded SQL ou dans un objet DataWindow.
            • XMLType les colonnes ne peuvent pas être sélectionnées directement par un curseur Oracle.
            • XMLType ne peut pas être un paramètre d'une procédure ou d'une fonction, car PowerBuilder lie XMLType comme un chaîne de caractères type, mais Oracle ne prend pas en charge cette utilisation.

            Nouvelles fonctionnalités pour ODP.NET 2.0 pour Oracle 11g

            • Configuration ODP.NET : Les développeurs peuvent désormais configurer ODP.NET à l'aide de fichiers de configuration, notamment le fichier de configuration d'application .NET, web.config et machine.config. Les paramètres du fichier machine.config remplacent les paramètres du registre. Les paramètres du fichier de configuration de l'application ou du fichier web.config remplacent les valeurs du fichier machine.config.
            • Optimisations supplémentaires du pool de connexions pour RAC et Data Guard : ODP.NET nettoie désormais le pool de connexions lorsque l'événement d'arrêt de la base de données est reçu de Real Application Clusters (RAC) ou d'Oracle Data Guard. Cela s'ajoute aux événements pour lesquels ODP.NET a précédemment nettoyé le pool de connexions : nœud en panne, membre du service en panne et service en panne.
            • Regroupement de connexions d'utilisateurs authentifiés par Windows : Vous pouvez désormais gérer les connexions authentifiées par le système d'exploitation dans le cadre des pools de connexions ODP.NET, via la gestion des comptes Windows.
            • Compteurs de performances du pool de connexions : ODP.NET publie des compteurs de performances pour le regroupement de connexions, qui peuvent être affichés à l'aide de l'Analyseur de performances Windows. Pour PowerBuilder, les compteurs peuvent être définis dans le registre Windows ou dans le fichier de configuration de l'application.

            Les fonctionnalités ADO.NET 1.1 suivantes ne sont pas prises en charge :

            • Types définis par l'utilisateur Oracle : PowerBuilder ne prend pas en charge les types UDT.
            • Opérations de copie en bloc : ADO.NET 1.1 permet aux applications de charger efficacement de grandes quantités de données d'une table d'une base de données vers une autre table de la même base de données ou d'une autre. PowerBuilder ne prend pas en charge les copies en bloc au lieu de cela, il utilise des pipelines pour les opérations de copie de table.

            ADO.NET pour Adaptive Server Enterprise

            Les pilotes pour ces versions d'ADO.NET sont mis à jour :

            • Le pilote ASE 12.5x ADO.NET, Sybase.Data.AseClient.dll, est mis à jour de la version 1.1.411.0 à 1.1.670.0. Le pilote ASE 12.5x ADO.NET est compatible ADO.NET 1.1 et ne prend pas en charge ADO.NET 2.0.
            • Le pilote ASE 15 ADO.NET est mis à jour de Sybase.Data.AseClient.dll Version 1.15.50.0 vers Sybase.AdoNet2.AseClient.dll 1.15.325.0. Le pilote ASE 15 ADO.NET est compatible ADO.NET 2.0.

            Nouvelles fonctionnalités pour ASE 15

            Le pilote ASE 15 ADO.NET prend en charge ces nouveaux types d'identité ASE :

            • Bigint identité
            • Int identité
            • SmallInt identité
            • Tinyint identité
            • non signé bigint identité
            • non signé entier identité
            • non signé petit entier identité

            ADO.NET pour Microsoft SQL Server

            Nouvelles fonctionnalités pour SQL Server 2005 et versions antérieures

            • xml, varchar(max) et nvarchar(max) sont mappés au type de chaîne PowerBuilder varbinary(max) est mappé au type de blob PowerBuilder.
            • PowerBuilder prend en charge la mise en miroir de la base de données SQL Server et un événement DBNotification est déclenché lors du basculement. Un nouveau paramètre DBParm, FailoverPartner, vous permet de définir le serveur partenaire de basculement SQL Server, comme dans l'interface SQL Native Client (SNC)
            • Les notifications de requête ne sont pas prises en charge par l'interface PowerBuilder ADO pour SQL Server.

            Nouvelles fonctionnalités pour SQL Server 2008

            Les fonctionnalités SQL Server 2008 suivantes sont prises en charge :

            Le serveur SQL date, heure et dateheure2 les types de données sont mappés à PowerBuilder date, heure et dateheure les types. varbinary(max) (filestream ) est mappé au PowerBuilder goutte taper. L'échelle maximale de temps ou alors dateheure2 est 6.

            • Les nouvelles commandes T-SQL prennent en charge :
              • Instruction MERGE
              • Ensembles de regroupement
              • Constructeurs de lignes
              • Conseils de tableau
              • La nouvelle commande T-SQL fonctionne dans l'interface PowerBuilder ADO pour SQL Server, comme dans l'interface SNC.

              Ces fonctionnalités de SQL Server 2008 sont ne pas prise en charge:

              ADO.NET pour SQL Anywhere

              Connectez-vous à une base de données SQL Anywhere à l'aide d'un fournisseur iAnywhere.Data.SQLAnywhere. Les applications PowerBuilder peuvent effectuer toutes les opérations liées à la base de données, telles que l'exploration d'objets de base de données SQL Anywhere tels que les tables et les procédures, et la récupération et la mise à jour des données dans Database Painter.

              ADO.NET pour Informix

              Le type Informix DATETIME HOUR TO SECOND est traité comme le type TIME dans PowerBuilder. De plus, la colonne de type TIME s'affiche dans Database Painter sous la forme DATETIME, car les deux variantes du type Informix DATETIME sont indiscernables dans le schéma de l'ensemble de résultats.

              Le pilote IBM.Data.Informix ne prend pas en charge le dbparm BindSPInput.

              ADO.NET pour DB2

              PowerBuilder prend en charge DB2 à l'aide du fournisseur System.Data.Odbc pour les opérations d'exécution et de conception.

              7. Migration depuis PowerBuilder 11.5 ou une version antérieure

              7.1 Prise en charge du déploiement pour la plate-forme Windows 2000 (IM)

              À la demande du client, PowerBuilder 11.5.1 inclut le déploiement et la prise en charge de l'exécution pour la plate-forme Windows 2000 qui était auparavant interrompue avec la version PowerBuilder 11.5. Cependant, Windows 2000 n'est pas pris en charge en tant que plate-forme de développement et la prise en charge de l'exécution peut être supprimée dans les futures versions de PowerBuilder.

              7.2 Prise en charge du JDK 1.6 (MI)

              Les applications et composants PowerBuilder 11.5.1 incluent la prise en charge de JDK1.6_02, que vous pouvez éventuellement installer avec le programme d'installation Sybase EAServer 6.2.

              7.3 Certification FIPS 140-2 (IM)

              L'environnement de développement PowerBuilder 11.5.1 répond aux exigences de chiffrement de la norme FIPS (Federal Information Processing Standard) comme indiqué dans la publication 140-2 du National Institute of Standards and Technology du gouvernement des États-Unis. Pour répondre à ces normes, PowerBuilder embarque les modules cryptographiques Certicom 5.x. La prise en charge est certifiée pour l'environnement de développement PowerBuilder uniquement, pas pour les applications d'exécution créées avec PowerBuilder. La norme FIPS 140-2 exige que les mots de passe soient cryptés. L'interface utilisateur de PowerBuilder 11.5.1 affiche tous les mots de passe sous forme de chaînes d'astérisques. Certains fichiers avec des mots de passe, tels que les profils de base de données, que vous exportez à partir de PowerBuilder 11.5.1, ne peuvent pas être correctement importés dans les versions antérieures de PowerBuilder en raison de la protection améliorée par mot de passe. Cependant, vous pouvez toujours importer des fichiers contenant des mots de passe non cryptés à partir de versions antérieures de PowerBuilder. Lorsque vous enregistrez ces fichiers dans (ou les exportez depuis) ​​PowerBuilder 11.5.1, les mots de passe sont chiffrés à l'aide d'une méthode compatible FIPS.

              7.4 Prise en charge des formats Microsoft Office 2007 Excel (IM)

              PowerBuilder 11.5.1, vous pouvez également enregistrer des données DataWindow et des graphiques au format .XLSX et .XLSB (Excel12), avec ou sans en-têtes de colonne. Étant donné que .NET Framework 3.0 ou version ultérieure doit être installé sur les ordinateurs de développement et d'exécution pour utiliser cette fonctionnalité, vous ne pouvez pas enregistrer de données dans ces formats sur les ordinateurs Windows 2000.

              Outre la restriction de plate-forme Windows 2000, le même niveau de prise en charge est fourni que pour Microsoft Office 2003. Vous pouvez utiliser la commande PowerScript SaveAs avec des graphiques ou des contrôles DataWindow pour enregistrer des données aux formats Excel 2007 en définissant l'argument saveastype sur XLSX ! ou XLSB ! Vous pouvez également exporter des données DataWindow aux formats Excel 2007 en sélectionnant l'un des éléments Excel12 dans la liste déroulante de la boîte de dialogue Enregistrer sous qui s'affiche lorsque vous sélectionnez l'élément de menu Enregistrer les lignes sous dans le peintre DataWindow.

              La prise en charge d'Excel 2007 dépend des assemblys fortement nommés suivants :

                • Sybase.PowerBuilder.DataWindow.Excel12.dll Cet assembly est installé dans le GAC.
                • PBDWExcel12Interop115.dll Cet assembly est installé dans le répertoire Sybase/Shared/PowerBuilder.

                Ces DLL sont déployées par Runtime Packager lorsque vous cochez la case Prise en charge de MS Excel12.

                7.5 Prise en charge de la mise en miroir de SQL Anywhere 11.0 (IM)

                PowerBuilder 11.5.1 vous permet de tirer parti de la mise en miroir de bases de données SQL Anywhere 11.0. La mise en miroir de bases de données est une configuration de deux ou trois serveurs de bases de données qui coopèrent pour conserver des copies de la base de données et des fichiers journaux des transactions. Si le serveur principal devient indisponible en raison d'une défaillance matérielle ou logicielle, le serveur miroir négocie avec le serveur arbitre SQL Anywhere pour s'approprier la base de données et assumer le rôle de serveur principal.

                7.6 Assistance Informix 11.5 (MI)

                Les applications et composants PowerBuilder 11.5.1 fonctionnent correctement avec le SGBD Informix 11.5 via l'interface I10, bien que les nouvelles fonctionnalités Informix 11.5 ne soient pas prises en charge dans cette version. Vous pouvez utiliser le pilote de base de données 110 Informix v10.x pour vous connecter au SGBD Informix 11.5, mais cela nécessite également que vous mettiez à niveau le client Informix d'Informix SDK 2.9 vers Informix SDK 3.5.

                7.7 Prise en charge de Microsoft SQL Server 2008 (IM)

                PowerBuilder 11.5 incluait la prise en charge de la plupart des nouvelles fonctionnalités de SQL Server 2008, mais le produit SQL Server publié n'était pas disponible pour des tests complets avant la date de sortie de PowerBuilder.Cependant, ces fonctionnalités ont été testées avec PowerBuilder 11.5.1. Ils sont décrits dans le Guide des nouvelles fonctionnalités de PowerBuilder 11.5 et dans l'aide en ligne.

                8. Migration depuis PowerBuilder 11.2 ou une version antérieure

                8.1 Modifications du répertoire pour la conformité FDCC (IM)

                La Federal Desktop Core Configuration (FDCC) est une norme de sécurité mandatée par l'Office of Management and Budget (OMB) des États-Unis. Bien que la plupart des fichiers PowerBuilder soient installés par défaut dans les sous-répertoires Program FilesSybase, l'accès en écriture à ces sous-répertoires est généralement limité aux utilisateurs administratifs. Par conséquent, pour répondre aux exigences FDCC, dans PowerBuilder 11.5 et versions ultérieures, tous les fichiers accessibles en écriture sont installés, copiés ou créés dans des répertoires où les utilisateurs standard ont un accès en écriture.

                8.1.1 Contraintes FDCC sur certaines fonctionnalités de PowerBuilder (IM)

                Plusieurs fonctionnalités de PowerBuilder peuvent encore nécessiter un accès en écriture aux sous-répertoires Program FilesSybase, ou nécessiter la possibilité d'ajouter une imprimante système. Par exemple, pour enregistrer une DataWindow dans un fichier PDF, vous devez d'abord copier les fichiers PSCRIPT.DLL, PSCRIPT.NTF et PS5UI.DLL dans le répertoire Program FilesSybaseSharedPowerBuilderdrivers, et vous devez installer Sybase Imprimante Datawindow PS. Cela doit être fait par un administrateur avant qu'un utilisateur standard puisse enregistrer une DataWindow dans un fichier PDF.

                Lors de l'utilisation du débogage à distance sur un poste de travail configuré FDCC avec le pare-feu Windows activé, la connexion au serveur échoue si pb115.exe n'est pas inclus dans la liste des exceptions de pare-feu au niveau du domaine. Pour utiliser le débogage à distance dans ces circonstances, vous devez ajouter pb115.exe à (ou sélectionner PowerBuilder 11.5 dans la liste des programmes pour) la liste des exceptions de pare-feu au niveau du domaine.

                8.1.2 Fichiers partagés par tous les utilisateurs (IM)

                Dans le cadre de sa configuration de conformité FDCC, PowerBuilder installe des fichiers inscriptibles qui sont partagés par tous les utilisateurs dans le répertoire C:Documents and SettingsAll UsersDocumentsSybasePowerBuilder 11.5 sur Windows XP et Windows 2003, et dans C:Users PublicDocumentsSybasePowerBuilder 11.5 sous Windows Vista et Windows 2008. Ces fichiers incluent :

                  • Les bases de données EASDemo (easdemo115.db et easdemo115u.db)
                  • Tous les répertoires et fichiers d'exemples de code
                  • L'aide Windows de PowerBuilder et les fichiers d'aide HTML compilés
                  • Les répertoires et fichiers de la boîte à outils de traduction

                  Pour InfoMaker, les fichiers inscriptibles partagés par tous les utilisateurs sont installés dans le répertoire C:Documents and SettingsAll UsersDocumentsSybaseInfoMaker 11.5 sous Windows XP et Windows 2003, et sous Windows Vista et Windows 2008, dans C:Users PublicDocumentsSybaseInfoMaker 11.5. Cela comprend :

                  8.1.3 Fichiers réservés aux utilisateurs individuels (IM)

                  D'autres fichiers accessibles en écriture sont installés dans les sous-répertoires par défaut Program FilesSybase, mais sont copiés dans des emplacements différents la première fois qu'un utilisateur démarre PowerBuilder ou InfoMaker. De cette façon, chaque utilisateur de PowerBuilder ou d'InfoMaker obtient une copie privée de ces fichiers.

                  Le tableau 1 répertorie les fichiers copiés et mis à jour dans les répertoires de tous les utilisateurs qui exécutent une instance de PowerBuilder ou InfoMaker. La variable de chemin dans l'en-tête du tableau (UserName) correspond au nom d'utilisateur d'un utilisateur PowerBuilder ou InfoMaker. Pour Windows XP et 2003, cela se trouve dans le répertoire C:Documents and Settings. Pour Windows Vista et 2008, cela se trouve dans le répertoire C:Users.

                  Tableau 1. Nouveaux emplacements de répertoire pour certains fichiers PowerBuilder et InfoMaker installés

                  Sous Windows XP et 2003 : Paramètres locauxApplication DataSybasePowerBuilder 11.5

                  • Fichiers d'initialisation (PB.INI, PBLAB115.INI, PBODB115.INI)
                  • Fichiers de licence (PB115.LIC, pb115_sysam.properties)

                  Sous Windows XP et 2003 : Mes DocumentsSybasePowerBuilder 11.5Tutorial

                  Sous Windows XP et 2003 : Paramètres locauxApplication DataSybaseInfoMaker 11.5

                    • Fichiers d'initialisation (IM.INI, PBLAB115.INI, PBODB115.INI)
                    • Fichiers de licence (IM115.LIC, im115_sysam.properties)

                    Sous Windows XP et 2003 : Mes DocumentsSybaseInfoMaker 11.5Tutorial

                    Les emplacements des fichiers PowerBuilder accessibles en écriture réservés à un usage individuel sont définis dans les entrées de registre HKEY_CURRENT_USER pour chaque utilisateur PowerBuilder. Par exemple, l'emplacement du fichier PB.INI qui est copié dans le répertoire de données d'application local de chaque utilisateur est enregistré sous la clé de registre HKEY_CURRENT_USERSybasePowerBuilder11.5InitPath.

                    8.2 Fonctionnalités obsolètes

                    Les éléments suivants ont été supprimés et ne sont plus disponibles dans PowerBuilder à partir de la version 11.5 :

                      • Option IE Web Control (PBWebControlSource) dans les projets Web Forms
                      • Interface de base de données Oracle 8/8i (O84)
                      • Cibles JSP (utilisez plutôt Sybase Workspace)
                      • Projets de serveur d'automatisation
                      • Plug-in DataWindow et plug-in de fenêtre PowerBuilder
                      • Fenêtre PowerBuilder ActiveX
                      • Navigateur UDDI dans les projets de proxy de service Web

                      9. Migration depuis PowerBuilder 11.1 ou une version antérieure

                      9.1 Fonctionnalité de mise à jour AJAX pour les applications Web Forms

                      PowerBuilder 11.2 utilise la fonctionnalité de mise à jour AJAX (Asynchronous JavaScript and XML) pour les applications Web Forms. Avec ASP.NET AJAX, les pages Web Forms sont mises à jour en actualisant les régions individuelles de chaque page de manière asynchrone.

                      L'amélioration AJAX pour les applications Web Forms ne nécessite aucune modification dans l'IDE PowerBuilder et vous n'avez pas besoin de modifier votre code PowerScript pour utiliser la fonctionnalité AJAX. Cependant, PowerBuilder ne peut pas déployer une application Web Forms à moins qu'AJAX ne soit installé sur le serveur Web. Vous pouvez télécharger et installer les extensions Microsoft ASP.NET AJAX version 1.0 sur les ordinateurs de développement et de déploiement à partir du site Web ASP.NET à l'adresse http://www.asp.net/ajax/downloads/archive.

                      9.2 Telerik RadControls remplace les contrôles Web IE dans les applications Web Forms

                      PowerBuilder 11.2 utilise Telerik RadControls pour les menus, barres d'outils et autres contrôles dans les applications Web Forms par défaut. Bien que cela ne soit pas recommandé, vous pouvez utiliser IE Web Controls au lieu de RadControls, mais vous devez modifier la propriété globale PBWebControlSource pour votre application et installer IE Web Controls sur le serveur.

                      Si vous devez utiliser les contrôles Web IE, vous devez télécharger les contrôles Web IE à partir du site Web de Microsoft et installer les contrôles sur le serveur Web. Après avoir installé les contrôles, vous devez définir la sélection PBWebControlSource sur « IE », soit dans l'onglet Configuration de Project Painter avant de déployer votre application, soit dans le fichier Web.config après avoir déployé votre application.

                      10. Migration depuis PowerBuilder 11.0 ou une version antérieure

                      10.1 Migration vers Microsoft Vista (IM)

                      L'un des changements les plus importants de Windows Vista est l'introduction du contrôle de compte d'utilisateur (UAC). UAC est le mécanisme que Vista utilise pour limiter les privilèges par défaut que les utilisateurs exécutent sur Vista. La limitation de ces privilèges vise à réduire la probabilité que les actions d'un utilisateur affectent la configuration du système ou l'état et les paramètres d'autres utilisateurs.

                      10.1.1 Exécution de PowerBuilder (IM)

                      PowerBuilder écrit généralement dans plusieurs fichiers du répertoire Program Files, y compris pb.ini, PB110_sysam.properties et des exemples de code, des didacticiels et des fichiers de base de données de démonstration. Si une application est exécutée sans privilèges administratifs, Vista l'empêche d'écrire dans la sous-arborescence HKEY_LOCAL_MACHINE dans le registre, le répertoire Program Files et le répertoire Windows. Au lieu de cela, les modifications sont écrites dans une zone accessible en écriture du registre et dans le répertoire local de l'utilisateur. C'est ce qu'on appelle la virtualisation.

                      Par exemple, si vous démarrez PowerBuilder sans privilèges administratifs, le fichier pb.ini est écrit dans Program FilesSybasePowerBuilder 11.0pb.ini dans le répertoire C:Users<your_name>AppDataVirtualStore.

                      Pour éviter les problèmes qui résulteraient de ce comportement, sous Vista, vous devez démarrer PowerBuilder 11.1 avec des privilèges administratifs en cliquant avec le bouton droit sur pb110.exe dans le menu Démarrer ou dans l'Explorateur et en sélectionnant Exécuter en tant qu'administrateur dans son menu contextuel.

                      10.1.2 DLL signées requises pour le déploiement (IM)

                      Lorsque vous exécutez une application sur Vista, Vista vous avertit si l'application utilise des DLL qui n'ont pas été signées avec un certificat Authenticode. Si vous souhaitez déployer votre application avec la certification Windows Vista Logo, toutes les DLL que vous distribuez avec doivent être signées. Les DLL d'exécution PowerBuilder et toutes les autres DLL PowerBuilder sont signées.

                      10.1.3 Exigence du composant de compatibilité IIS 6 pour les formulaires Web sur IIS 7 (Vista)

                      Si vous déployez une application Web Forms sur un serveur distant exécutant IIS 7, ou si vous publiez une application cliente intelligente sur un serveur local ou distant exécutant IIS 7, le composant Vista Metabase Compatibility d'IIS 7 doit être installé sur le serveur. Ce composant n'est pas installé par défaut. Il n'est pas nécessaire de déployer une application Web Forms sur un serveur local.

                      Vous pouvez l'installer à partir de la page Programmes et fonctionnalités du panneau de configuration Windows. Sélectionnez Activer ou désactiver les fonctionnalités Windows, puis sélectionnez Services d'information Internet>Outils de gestion Web>Compatibilité de gestion IIS 6>Compatibilité de la métabase IIS et de la configuration IIS 6.

                      10.1.4 Conditions d'autorisation pour les applications Web Forms sur IIS 7 (Vista)

                      Lorsque vous déployez une nouvelle cible Web Forms, un répertoire temporaire est créé dans le répertoire Inetpubwwwrootapplication_name, où application_name est le nom de votre application, et plusieurs sous-répertoires sont créés dans le répertoire Inetpubwwwrootapplication_name_root. Les fichiers sont écrits et supprimés de ces répertoires. Par conséquent, le groupe IIS_IUSRS doit disposer des autorisations complètes sur temp et application_name_root.

                      Avant qu'une application PowerBuilder .NET Web Forms se connecte à une base de données SQL Anywhere, vous devez soit démarrer la base de données manuellement, soit accorder au groupe IIS_IUSRS sur IIS 7 les autorisations par défaut pour les répertoires SybaseShared et SybaseSQL Anywhere, en veillant à remplacer les autorisations de tous les objets enfants dans ces répertoires. Des autorisations complètes sont requises pour la base de données et les fichiers journaux de base de données utilisés par votre application.

                      Si vous n'accordez pas les autorisations utilisateur appropriées pour les répertoires Sybase et que votre configuration de base de données est définie pour démarrer la base de données automatiquement, votre application ne pourra pas se connecter à la base de données. SQL Anywhere ne peut accéder aux fichiers que si le groupe d'utilisateurs IIS_IUSRS a le droit d'y accéder.

                      10.1.5 Certaines propriétés de calendrier ne sont pas prises en charge sur Vista (IM)

                      Le système d'exploitation Vista ne prend pas en charge plusieurs propriétés pour les contrôles DatePicker, EditMask et MonthCalendar et le calendrier déroulant dans une colonne DataWindow. Les propriétés suivantes ne sont pas prises en charge sous Vista :

                      • Propriétés de DatePicker : CalendarBackColor, CalendarFontName, CalendarFontWeight, CalendarItalic, CalendarTextColor, CalendarTextSize, CalendarTitleBackColor, CalendarTitleTextColor, CalendarTrailingTextColor, CalendarUnderLine
                      • Propriétés du masque d'édition : CalendarBackColor, CalendarTextColor, CalendarTitleBackColor, CalendarTitleTextColor, CalendarTrailingTextColor
                      • Propriétés de MonthCalendar : FaceName, MonthBackColor, TextColor, TextSize, TitleBackColor, TitleTextColor, TrailingTextColor, Underline
                      • Propriétés des contrôles de colonne dans les objets DataWindow avec un style de calendrier déroulant EditMask : DDCal_BackColor, DDCal_TextColor, DDCal_TitleBackColor, DDCal_TitleTextColor, DDCal_TrailingTextColor

                      En outre, le système d'exploitation Vista ne prend pas en charge la propriété WeekNumbers pour le contrôle DatePicker. Lorsque cette propriété a la valeur true, le contrôle DatePicker ne s'affiche pas correctement. La même limitation s'applique au contrôle MonthCalendar lorsque WeekNumbers est true et Autosize est false.

                      10.1.6 Les cibles JSP ne sont pas prises en charge sur Vista

                      Sur le système d'exploitation Vista, vous pouvez créer une cible JSP et une page JSP, mais le composant utilisé pour implémenter la vue Page de l'éditeur HTML et son éditeur de script intégré n'est pas pris en charge sur le système d'exploitation Vista, par conséquent les cibles JSP ne sont pas prises en charge sur Vista.

                      11. Migration depuis PowerBuilder 10.5

                      11.1 Migration des cibles EAServer

                      Dans PowerBuilder 11, l'assistant de cible EAServer Component crée une cible EAServer spécialisée au lieu d'une cible Application. Après avoir migré une cible EAServer existante vers PowerBuilder 11, vous ne pouvez pas démarrer le débogueur distant pour déboguer la cible sauf si vous ouvrez le Peintre de projet et sélectionnez le menu Déboguer ou l'élément de barre d'outils, ou sélectionnez Déboguer dans le menu contextuel du projet dans l'arborescence des systèmes . Pour vous assurer que votre cible se comporte correctement, vous devez utiliser l'assistant de cible de composant EAServer pour créer une nouvelle cible EAServer, sélectionner « Utiliser une bibliothèque existante et un projet de composant EAServer » dans l'assistant, puis sélectionner votre bibliothèque et composant migrés.

                      12. Migration depuis PowerBuilder 10 ou une version antérieure

                      12.1 Modifications de la barre d'outils dans PowerBuilder 10.5

                      Dans le menu Painter, vous pouvez désormais ajouter une barre d'outils à une fenêtre principale autonome ainsi qu'à un cadre MDI. PowerBuilder ajuste la taille de la fenêtre principale pour accueillir la barre d'outils. Si votre application utilise actuellement un objet utilisateur visuel comme barre d'outils dans une fenêtre principale, les ajustements effectués par PowerBuilder peuvent affecter l'affichage de votre barre d'outils et entrer en conflit avec les ajustements effectués par vos scripts pour afficher la micro-aide.

                      Vous pouvez remplacer votre objet utilisateur de barre d'outils par une barre d'outils conçue dans le menu Painter ou continuer à utiliser votre barre d'outils existante. Pour vous assurer que votre barre d'outils existante s'affiche correctement, définissez la propriété ToolbarVisible de la fenêtre sur false dans un script ou sur la page Barre d'outils de la vue Propriétés. Pour éviter les conflits, vous devez également déplacer tout code d'ajustement de position de la micro-aide dans un événement qui s'exécute après l'événement Open de la fenêtre.

                      12.2 Modifications des icônes dans PowerBuilder 10.5 (IM)

                      Dans PowerBuilder 10.5, de nombreuses icônes utilisées dans les interfaces utilisateur PowerBuilder et InfoMaker ont été modifiées. Lorsque vous migrez une application vers PowerBuilder 10.5, toutes les icônes de stock utilisées dans l'application sont mises à jour automatiquement. Pour les utilisateurs qui préfèrent utiliser les icônes existantes, un fichier zip contenant 24 fichiers d'icônes et plus de 500 fichiers bitmap utilisés dans les versions précédentes des produits est disponible sur le site Web CodeXchange.

                      12.3 Migration des composants vers EAServer 6.0.1 ou version ultérieure

                      Les appels intercomposants à partir d'un composant PowerBuilder exécuté dans EAServer 6.0.1 nécessitent des proxys pour tous les composants appelés. Avec les versions antérieures d'EAServer, un composant PowerBuilder est parfois capable d'appeler un autre composant PowerBuilder s'exécutant sur le même serveur sans utiliser de proxy, car la machine virtuelle PowerBuilder crée un proxy pour le composant de manière dynamique en utilisant des noms de méthode qui correspondent aux noms du composant méthodes.

                      Dans EAServer 6.0.1 et versions ultérieures, les composants PowerBuilder sont encapsulés en tant qu'EJB, fournissant une couche de sécurité supplémentaire et empêchant la machine virtuelle PowerBuilder de générer un proxy avec des noms qui correspondent dynamiquement aux noms de méthode du composant. Par conséquent, vous devez créer un objet proxy pour tous les composants que vous appelez avec des appels intercomposants. Sans objet proxy, l'objet TransactionServer ne peut pas obtenir les noms de méthode corrects du composant que vous appelez.

                      12.4 Création d'une application cliente EJB pour EAServer 6.x

                      La création d'applications clientes EJB pour les EJB s'exécutant dans EAServer 6.x nécessite que vous suiviez des étapes supplémentaires lorsque vous créez le proxy client EJB et lorsque vous créez le client.

                      Pour générer un proxy pour un EJB déployé sur EAServer 6.x :

                      1. Copiez le répertoire packagename du répertoire %DJC_HOME%deployejbjars sur le serveur vers l'ordinateur client, où packagename est le package qui contient l'EJB que vous souhaitez utiliser.
                      2. Ajoutez ce répertoire au chemin de classe dans la boîte de dialogue Sélectionner un composant EJB dans le Painter du projet proxy EJB.
                      3. Générez le proxy.

                      Pour créer une application cliente EJB pour un EJB déployé sur EAServer 6.x :

                      1. Copiez le fichier eas-server-14.jar (ou eas-server-15.jar si vous utilisez JDK 1.5.x) du répertoire %DJC_HOME%lib sur l'ordinateur client et incluez son chemin complet dans le chemin de classe du client.
                      2. Copiez les fichiers de raccord du répertoire %DJC_HOME%genfilesjavaclasses sur l'ordinateur client et incluez ce chemin dans le chemin de classe du client.
                      3. Copiez le répertoire packagename du répertoire %DJC_HOME%deployejbjars sur le serveur vers l'ordinateur client, où packagename est le package qui contient l'EJB que vous souhaitez utiliser et incluez ce chemin dans le chemin de classe du client.

                      Si vous avez copié ces fichiers et répertoires dans un répertoire du client appelé EAServer6 et que vous souhaitez utiliser un EJB dans le package de mappage de données, le paramètre de chemin de classe client peut ressembler à ceci :

                      12.5 Types de système PowerBuilder comme noms de variables dans les proxys

                      Dans PowerBuilder 10.5 et versions ultérieures, les types de système ne peuvent pas être utilisés comme noms de variables dans les proxys de service Web. Si un type de système PowerBuilder est utilisé comme nom de variable, l'expert Proxy de service Web renomme la variable en appliquant le préfixe ws_. Si vous migrez des applications de service Web à partir de PowerBuilder 10.2 ou une version antérieure et que vous régénérez les proxys de service Web dans PowerBuilder 10.5 ou une version ultérieure, votre code devra peut-être être modifié pour refléter le changement de noms de variables.

                      Les types de système PowerBuilder incluent non seulement les objets et les contrôles répertoriés dans la page à onglet Système du navigateur PowerBuilder, mais également les types énumérés répertoriés dans la page Énuméré du navigateur, tels que la bande, le bouton, l'encodage, l'emplacement et le jour de la semaine. Par exemple, si vous créez un service Web à partir d'un objet utilisateur de classe personnalisée PowerBuilder et que l'une de ses fonctions a un argument de chaîne nommé location, dans le proxy généré pour ce service Web, l'argument est remplacé par la chaîne ws_location.

                      12.6 Performances OLE DB avec Microsoft SQL Server

                      Dans PowerBuilder 10.5.2 et versions ultérieures, lorsque vous utilisez l'interface de base de données OLE DB avec une base de données Microsoft SQL Server et récupérez des données dans une DataWindow ou utilisez un curseur SQL intégré dans une instruction SELECT, les curseurs côté serveur sont utilisés pour prendre en charge l'exécution de plusieurs commandes . Si cela a un impact négatif sur les performances, essayez d'augmenter la taille du paramètre de base de données Block à 500 ou plus, ou d'ajouter la ligne suivante à la section [Microsoft SQL Server] dans le fichier d'initialisation PBODB pour désactiver les curseurs côté serveur : ServerCursor = 'NON'

                      12.7 Changement de comportement d'OpenTab

                      Une modification a été apportée dans PowerBuilder 10.2.1 Build 9716, PowerBuilder 10.5.1 Build 6505 et PowerBuilder 11.0 Build 5021, pour corriger un comportement anormal lorsque la propriété SelectedTab était appliquée au moment de l'exécution à un onglet dont la propriété Visible était définie sur false.

                      À la suite de ce changement, il y a un changement dans le comportement des fonctions OpenTab et OpenTabWithParm. Dans les versions précédentes, l'appel de la fonction OpenTab ou OpenTabWithParm pour ouvrir un objet utilisateur en tant que page à onglet affichait la page à onglet même si la propriété Visible de l'objet utilisateur était définie sur false. Dans les versions actuelles, la propriété Visible de l'objet utilisateur doit être définie sur true pour que la page à onglet s'affiche.

                      12.8 Contrôle RichTextEdit et modifications RichText DataWindow (IM)

                      PowerBuilder 10.5 utilise un nouvel éditeur de texte enrichi pour prendre en charge le contrôle RichTextEdit et le style de présentation RichText DataWindow.Le nouvel éditeur apporte un look moderne et inclut de nouvelles fonctionnalités, notamment la possibilité de nommer et d'utiliser des styles de formatage. Le nouvel éditeur de texte enrichi prend en charge un sous-ensemble de la spécification RTF version 1.6. La plupart des propriétés et fonctions des objets de texte enrichi dans les versions précédentes de PowerBuilder continuent d'être prises en charge par le nouvel éditeur. Lorsque vous importez des objets de texte enrichi à partir de versions précédentes de PowerBuilder, toutes les propriétés et fonctions obsolètes sont ignorées.

                      Certaines différences de comportement peuvent vous obliger à apporter des modifications à vos applications. Par exemple, lorsque vous migrez des applications créées dans des versions antérieures de PowerBuilder, la propriété InputFieldsVisible dans les contrôles RichTextEdit et dans les objets RichText DataWindow est automatiquement définie sur « false » dans les applications migrées. Vous devez définir cette propriété sur « true » pour voir les données dans les champs de saisie. Vous devez définir cette propriété et la propriété InputFieldNamesVisible sur « true » pour afficher les étiquettes de texte pour les champs de saisie dans un contrôle de texte enrichi.

                      Pour plus d'informations sur les modifications, consultez la section sur les améliorations de texte enrichi dans le guide Nouvelles fonctionnalités de PowerBuilder 10.5 sur le site Web Sybase Product Manuals.

                      12.9 Certains fichiers PSR doivent être régénérés (IM)

                      Les fichiers PSR créés dans les versions de PowerBuilder 10.0 ou 10.0.1 avant la version EBF 6044 ne peuvent pas être ouverts dans les versions ultérieures de PowerBuilder ou InfoMaker. Vous devez régénérer le fichier PSR dans une version ultérieure.

                      13. Migration depuis PowerBuilder 9 ou une version antérieure

                      13.1 Modifications Unicode (IM)

                      PowerBuilder 10 est compatible Unicode. Le code source des PBL PowerBuilder 10 est encodé en UTF-16LE. UTF-16LE est un schéma de codage Unicode qui sérialise une séquence d'unités de code UTF-16 sous la forme d'une séquence d'octets au format little-endian, dans laquelle les valeurs numériques à plusieurs octets sont stockées avec l'octet le moins significatif en premier. Les PBL développés dans les versions antérieures de PowerBuilder contiennent du code source au format ANSI ou DBCS. Lorsque vous migrez des applications vers PowerBuilder 10, chaque PBL est d'abord migrée vers la nouvelle version de PowerBuilder, comme dans les versions précédentes. Ensuite, PowerBuilder convertit le code source ANSI ou DBCS en Unicode, effectue une génération complète et enregistre le code source dans le même fichier.

                      À la suite de ce changement, de nouvelles fonctions ont été ajoutées et des modifications ont été apportées à la syntaxe des fonctions liées aux fichiers et aux appels de fonctions externes. Pour plus d'informations sur ces modifications, consultez la section Support Unicode dans la rubrique Nouvelles fonctionnalités de l'aide en ligne et la section sur Unicode dans Techniques d'application.

                      13.2 Modifications automatiques apportées lors de la migration

                      Lorsque vous migrez une application à partir d'une version précédente, le code source est converti en Unicode et les modifications suivantes sont apportées automatiquement à votre code source :

                      La clause ALIAS POUR nom de fonction ansi est ajouté aux déclarations de fonctions externes qui renvoient un type de données string, char ou structure ou ont une valeur string, char ou structure comme argument. Cela indique que les arguments et/ou les valeurs de retour doivent être traités comme ANSI. Si une clause ALIAS FOR est déjà présente, seul ansi est ajouté. Si ansi n'est pas ajouté au nom de la fonction, les chaînes sont traitées comme Unicode.

                      Le De Ansi, DeUnicode, ÀAnsi, et VersUnicode les fonctions seront supprimées d'une future version de PowerBuilder. L'outil de migration les remplace par la syntaxe appropriée du Goutte ou alors Chaîne de caractères une fonction.

                      Aucune modification n'est apportée au code si le PBL a déjà été migré vers PowerBuilder 10.

                      Dans un environnement DBCS, vous pouvez cocher la case "Convertir automatiquement les fonctions de manipulation de chaînes DBCS" dans la boîte de dialogue Migrer l'application pour modifier votre code afin de se conformer aux modifications requises pour la prise en charge Unicode. Faire ne pas cochez cette case dans un environnement SBCS. Si vous cochez cette case, le suffixe W est supprimé des fonctions de manipulation de chaînes PowerScript telles que LongueurW et DroiteTrimW, et un suffixe A est ajouté aux fonctions PowerScript suivantes : Remplir , La gauche, Len, Milieu, Pos, Remplacer, et Droite. Les modifications apportées aux fonctions de manipulation de chaînes décrites dans la documentation s'appliquent également aux fonctions d'expression DataWindow. Cependant, le processus de migration ne modifie pas automatiquement les fonctions d'expression DataWindow.

                      13.3 Limite de taille du fichier d'importation

                      PowerBuilder 10.0 et les versions ultérieures sont compatibles Unicode. Si votre application utilise la méthode ImportFile pour importer des fichiers texte très volumineux (environ 839 000 lignes) dans un DataWindow ou un DataStore, ImportFile renvoie le code d'erreur -15. Des fichiers texte plus volumineux peuvent être importés dans les versions ANSI de PowerBuilder.

                      REMARQUE: Les bulletins de publication des versions antérieures répertoriaient la limite de taille pour les fichiers volumineux à environ 839 000 lignes. La taille limite dépend du nombre de colonnes, ainsi que du nombre de lignes.

                      13.4 Migration des cibles Web et JSP

                      Les cibles Web qui utilisent PowerDynamo ne peuvent pas être migrées directement vers PowerBuilder 10 et doivent être réécrites à l'aide d'un modèle alternatif tel que JavaServer Pages ou Active Server Pages. Pour plus d'informations sur la conversion de sites Web PowerDynamo créés à l'aide de PowerBuilder en JSP, consultez le document technique Conversion de pages Web 4GL de PowerDynamo en JSP.

                      Les cibles Web et JSP qui utilisent Web DataWindow et qui ont été créées dans des versions antérieures de PowerBuilder doivent être modifiées pour utiliser le composant HTMLGenerator100. La plupart des autres cibles Web et JSP peuvent être ouvertes et déployées dans PowerBuilder 10 sans modification. Voir Section 13.5, "Modifications du modèle d'objet JSP" pour une exception. Par mesure de précaution, vous devez faire des copies de sauvegarde des répertoires cibles avant d'apporter des modifications.

                      13.5 Modifications du modèle d'objet JSP

                      Les variables de contrôle globales dans le modèle d'objet JSP ont été remplacées par des variables locales pour sécuriser les threads des pages JSP. Si vous souhaitez faire référence à un autre contrôle dans un événement côté serveur, vous devez qualifier le nom du contrôle avec la chaîne "psPage". Par exemple, dans les versions précédentes, le code suivant dans l'événement ServerAction d'un bouton définit le contexte d'un contrôle d'édition sur une seule ligne :

                      Dans PowerBuilder 10 (et PowerBuilder 9 build 7151 et versions ultérieures), utilisez plutôt l'instruction suivante :

                      13.6 Le texte DBCS dans les propriétés de l'objet n'est pas converti correctement (IM)

                      Les applications DBCS peuvent être migrées avec succès sur des systèmes d'exploitation avec des paramètres régionaux compatibles DBCS. Cependant, sur un système d'exploitation avec des paramètres régionaux anglais, les caractères DBCS s'affichent comme des caractères parasites lorsque la propriété font d'un objet est définie sur une police qui ne prend pas en charge les caractères DBCS. Pour contourner ce problème, remplacez la police par Tahoma après la migration. [CR 355908]

                      13.7 Encodage de chaîne XML

                      Dans PowerBuilder 10, l'analyseur XML ne peut pas analyser une chaîne qui utilise un code de caractères à huit bits tel que windows-1253. Par exemple, une chaîne avec la déclaration suivante ne peut pas être analysée :

                      chaîne ls_xml
                      ls_xml += '<?xml version="1.0" encoding="windows-1253"?>'

                      Vous devez utiliser une valeur de codage Unicode telle que UTF16-LE.

                      13.8 Erreurs d'exécution dans EAServer

                      Dans PowerBuilder 7, si une exception d'exécution était déclenchée par un composant PowerBuilder exécuté dans EAServer, la transaction était annulée et l'exception était renvoyée au client. Dans PowerBuilder 8, le comportement a été modifié afin que la transaction soit validée avant que l'exception ne soit renvoyée. Dans les versions PowerBuilder 10, PowerBuilder 9.0.2 et EBF de PowerBuilder 8 et PowerBuilder 9.0.1 datées du 27 février 2004 ou ultérieures, le comportement par défaut est revenu au comportement de PowerBuilder 7 et la transaction est annulée.

                      Dans PowerBuilder 10, PowerBuilder 9.0.2, PowerBuilder 9.0.1 EBF Build 7066 et versions ultérieures, et PowerBuilder 8.0.4, vous pouvez contrôler ce comportement à l'aide de la variable d'environnement PBRollbackOnRTError. Lorsque cette variable d'environnement est définie sur 'y', 'yes' ou 'true', la transaction est annulée avant que l'exception ne soit renvoyée au client. [CR 319543]

                      13.9 Utilisation de masques avec des caractères "as is"

                      Vous pouvez définir un masque qui contient des caractères "as is" qui apparaissent toujours dans le contrôle ou la colonne. Par exemple, vous pouvez définir un masque numérique tel que Rs0000.00 pour représenter les roupies indiennes dans une colonne de devise. Dans PowerBuilder 9.0.1 ou version ultérieure, vous ne pouvez pas entrer de signe plus ou moins pour représenter des nombres positifs ou négatifs dans un masque contenant des caractères "as is". Dans les versions précédentes, vous pouviez entrer un signe plus ou moins, mais le comportement résultant était incohérent dans les colonnes DataWindow.

                      La méthode préférée pour créer un masque d'édition de devise consiste à utiliser le [devise(7)] - International masquer. Vous pouvez modifier le nombre entre parenthèses, qui correspond au nombre de caractères du masque incluant deux décimales. Lorsque vous utilisez ce masque, PowerBuilder utilise le symbole de devise et le format définis dans la section des paramètres régionaux du panneau de configuration Windows. Vous pouvez saisir des valeurs négatives dans une colonne qui utilise un masque de devise. [CR 309118]

                      13.10 Format des fichiers WMF enregistrés à partir de DataWindows modifié

                      Dans PowerBuilder 9.0, le format des fichiers WMF créés en enregistrant un objet DataWindow a été modifié pour résoudre un problème de blocage. Toutefois, le correctif a supprimé les informations d'en-tête qui permettent d'afficher le fichier WMF dans d'autres applications. Le format a été modifié pour restaurer les informations d'en-tête tout en préservant le correctif. Ce changement est dans PowerBuilder 9.0 EBF builds 6096 et supérieur et dans PowerBuilder 9.0.1, 9.0.2 et 10. [CR 292406]

                      13.11 Les composants MTS/COM+ doivent être redéployés

                      En raison des modifications apportées à la machine virtuelle PowerBuilder dans PowerBuilder 9.0.1, vous devez redéployer les composants existants vers MTS ou COM+ si vous souhaitez les appeler à partir de PowerBuilder 9.0.1 et des clients ultérieurs. Si vous ne redéployez pas les composants, les appels aux fonctions des objets TransactionServer et ErrorLogging renvoient des valeurs incorrectes.

                      13.12 Modification du comportement de la fonction Date

                      Lorsque vous utilisez la fonction Date avec un argument de chaîne, PowerBuilder tente de faire correspondre la chaîne d'entrée à un format de date dans les paramètres régionaux de l'ordinateur. Dans PowerBuilder 10 et versions ultérieures, si aucune correspondance complète n'est trouvée, PowerBuilder tente une correspondance partielle. Par exemple, si vous utilisez Date('01-JAN-1900') et que PowerBuilder trouve la correspondance partielle (jj-MMM-aa), PowerBuilder analyse les deux premiers nombres de l'année et obtient 19. L'année à 2 chiffres est interprétée comme une année entre 1930 et 2029, et la date renvoyée est le 1/1/2019.

                      14. Migration depuis PowerBuilder 8 ou une version antérieure

                      14.1 Format modifié des fichiers PSR (IM)

                      Le format des fichiers PSR créés dans PowerBuilder a été modifié afin d'améliorer l'intégrité des données pour le Enregistrer sousAscii une fonction. Par conséquent, les fichiers PSR créés dans les versions plus récentes de PowerBuilder ne peuvent pas être ouverts dans les versions antérieures à cette modification. Cette modification a été apportée dans PowerBuilder 8.0 build 7063 et PowerBuilder 7.0.3 build 10102.

                      14.2 Modifications du contrôle du code source

                      PowerBuilder 8 a fourni une connexion directe aux systèmes de contrôle de source externes compatibles SCC, et des modifications supplémentaires ont été apportées dans PowerBuilder 9.0. Avant de migrer un projet contrôlé à la source de PowerBuilder 8 ou antérieur vers PowerBuilder 9 ou 10, lisez le chapitre sur l'utilisation du contrôle de source dans PowerBuilder Guide de l'utilisateur.

                      14.3 Changement de comportement de ScrollToRow

                      La méthode ScrollToRow déclenche les événements RowFocusChanging et RowFocusChanged. Dans PowerBuilder 7, les deux événements se sont produits après le passage du focus à la nouvelle ligne. Ce comportement a été modifié dans PowerBuilder 9 afin que RowFocusChanging puisse être codé pour annuler le défilement. Cependant, cette modification a provoqué le déclenchement des deux événements avant que le focus ne passe à la nouvelle ligne. Dans PowerBuilder 9.0.1 Build 7136 et versions ultérieures, l'événement RowFocusChanging est déclenché avant le défilement et l'événement RowFocusChanged est déclenché après le défilement. [CR 345104]

                      14.4 Exigences de déploiement Web ActiveX (IM)

                      Microsoft a cessé de livrer la machine virtuelle Microsoft Java à partir de la version Windows XP SP 1a et de la version Windows 2000 SP 4, et la machine virtuelle Microsoft Java n'est pas prise en charge dans PowerBuilder 9 ou version ultérieure. Si vous utilisez le contrôle Web DataWindow pour ActiveX et que votre page Web utilise une connexion JDBC, Web ActiveX a des exigences de déploiement supplémentaires :

                      • Sun JRE 1.2 ou version ultérieure doit être installé sur le client. Les utilisateurs peuvent télécharger la dernière version du JRE à partir du site Web Sun Java.
                      • Le chemin du fichier jvm.dll (. JREinclient pour JRE 1.4 ou version ultérieure et . JREinclassique pour JRE 1.2 ou 1.3) doit être ajouté à la variable d'environnement système PATH de chaque utilisateur.
                      • Les fichiers suivants doivent se trouver dans un répertoire de la variable d'environnement système PATH du client : pbjvm90.dll, pbvm90.dll, et libjcc.dll pour PowerBuilder 9, ou pbjvmXXX.dll et pbshrXXX.dll pour les versions ultérieures.
                      • Le pbjdbc12XXX.jar qui contient les fichiers de classe requis par Web ActiveX, doit être déployé sur le client. Vous pouvez déployer le fichier JAR en le référençant dans l'attribut CODEBASE de l'élément Object de votre page Web.
                      • Les classes Java requises par la couche cliente de votre fournisseur de base de données doivent être disponibles sur le client. Ils peuvent être ajoutés à un fichier CAB référencé dans l'attribut CODEBASE de l'élément Objet de votre page Web. Par exemple, si vous utilisez Sybase jConnect pour vous connecter à une base de données, le jconn2.jar doit être inclus dans le fichier CAB. Si la couche cliente est fournie dans un fichier JAR, elle peut être référencée directement dans l'attribut CODEBASE.

                      15. Migration depuis PowerBuilder 7 ou une version antérieure

                      15.1 Ajouter des cibles à un espace de travail

                      Pour ajouter une cible à votre espace de travail qui utilise une application construite dans PowerBuilder 7 ou une version antérieure, utilisez l'assistant Cible d'application existante sur la page Cible de la boîte de dialogue Nouveau. Une fois l'assistant terminé, la boîte de dialogue Migrer l'application s'ouvre, vous permettant de migrer l'application vers PowerBuilder 10. Pour plus d'informations sur l'utilisation des espaces de travail et des cibles, reportez-vous au chapitre 1 du Guide de l'utilisateur.

                      15.2 PowerBuilder distribué n'est pas pris en charge

                      PowerBuilder 7 était la dernière version de PowerBuilder à intégrer la fonctionnalité PowerBuilder distribuée. Sybase a recommandé l'utilisation d'EAServer à la place de PowerBuilder distribué pour les applications distribuées et Web dans PowerBuilder 7 et versions ultérieures.

                      L'objet Transport et ses propriétés et méthodes associées sont obsolètes dans PowerBuilder 8 et versions ultérieures et ont été supprimés de PowerBuilder 9. Les propriétés et méthodes supplémentaires qui ont été utilisées pour PowerBuilder distribué et sont donc obsolètes incluent :

                      • ConnexionDébut et ConnexionFin événements sur l'objet Application
                      • ObtenirInfoServeur, RemoteStopConnection, et RemoteStopEcoute fonctions sur l'objet Connection
                      • SetConnect fonction pour les objets proxy
                      • Chaîne de connexion et Trace propriétés sur l'objet Connection
                      • Informations de connexion structure

                      Les générateurs JavaBeans Proxy et Web.PB ont également été utilisés avec des applications PowerBuilder distribuées et ont été supprimés de la boîte de dialogue Nouveau.

                      15.3 Mots réservés

                      De nouveaux mots réservés ont été ajoutés au langage PowerScript dans PowerBuilder 8 pour prendre en charge la gestion des exceptions. Si vous utilisez l'un des nouveaux mots réservés ( ESSAYER, PRISE, FINALEMENT , JETER, et JETÉS ) comme identifiants dans les applications existantes, vous devez modifier ces identifiants en leur donnant des noms non conflictuels. Vous pouvez exécuter l'assistant de migration, disponible sur la page à onglet Outil de la boîte de dialogue Nouveau, pour localiser l'utilisation incorrecte des nouveaux mots réservés.

                      15.4 Modification de l'événement SystemError

                      Dans PowerBuilder 7 ou version antérieure, si une erreur se produit qui n'est pas interceptée par un événement Error ou ExternalException, l'événement SystemError de l'application est déclenché immédiatement. Si aucun code n'est associé à l'événement SystemError, l'application est arrêtée. Sinon, après l'exécution de l'événement SystemError, le contrôle revient à l'emplacement dans le code où l'erreur s'est produite.

                      Dans PowerBuilder 8 et versions ultérieures, si une erreur se produit qui n'est pas interceptée par le mécanisme de gestion des exceptions ou par un événement Error ou ExternalException, le script se termine et la pile d'appels est déroulée. Si l'erreur survient à la suite d'un Événement déclencheur appel dans un script, le script appelant se termine et la pile d'appels est déroulée. Dans la plupart des cas, l'événement SystemError n'est pas déclenché tant que la pile des appels n'est pas vide. Si un événement d'une fenêtre de réponse a provoqué l'erreur, l'événement SystemError est déclenché dès que l'événement de fenêtre de réponse se termine.

                      En raison de ce changement de comportement, le code qui suit l'instruction qui a provoqué l'erreur n'est pas exécuté après le déclenchement de l'événement SystemError, comme il l'aurait été dans les versions précédentes. Cette modification a un impact majeur sur les applications qui reposent sur le comportement précédent consistant à rendre le contrôle au script où l'erreur s'est produite. Le code qui repose sur ce comportement doit être modifié dans PowerBuilder 8 et versions ultérieures.

                      Vous pouvez gérer les erreurs potentielles en enveloppant le code qui peut provoquer une erreur dans un bloc try-catch pour empêcher le déclenchement de l'événement SystemError lorsqu'une erreur d'exécution se produit. Il est toujours conseillé de coder l'événement SystemError pour gérer les exceptions non interceptées. Vous ne devez pas autoriser l'application à continuer après l'appel de l'événement SystemError. L'événement SystemError doit nettoyer et arrêter l'application.

                      15.5 Modification de la fonction IsValid

                      Le Est valable la fonction retourne maintenant faux si passé un argument de type Tout qui ne peut pas être converti en un PowerObject. Dans PowerBuilder 7 et versions antérieures, passer un objet non valide à Est valable causé une erreur système. Vous devez également prendre note du changement d'événement SystemError décrit dans la section précédente.

                      15.6 Format des options de couleur modifié (IM)

                      Vous pouvez spécifier des couleurs personnalisées pour chaque composant des représentations de table graphique dans la base de données ou le peintre SQL Select en sélectionnant Design>Options>Object Colors. Les couleurs que vous spécifiez sont enregistrées dans votre PB.INI fichier dans la section [Base de données]. Le format dans lequel ces couleurs sont stockées a changé dans PowerBuilder 8 et versions ultérieures pour prendre en charge le nombre accru de couleurs système Windows et de couleurs personnalisées disponibles pour les contrôles. Par exemple, ce sont des définitions de couleurs pour les lignes représentant des clés dans un PowerBuilder 7 PB.INI:

                      ForeignKeyLineColor=0 0 255
                      IndexKeyLineColor=255 0 0
                      PrimaryKeyLineColor=0 128 0

                      Ce sont les entrées correspondantes dans un PowerBuilder 8 ou version ultérieure PB.INI:

                      Si vous prévoyez d'utiliser votre PowerBuilder 7 PB.INI ou la section [Base de données] de celui-ci, avec PowerBuilder 8 ou version ultérieure, vous devez d'abord supprimer tous les paramètres de couleur dans la section [Base de données]. Si vous ne le faites pas, les couleurs utilisées peuvent rendre les tableaux illisibles dans PowerBuilder 8 ou version ultérieure. Vous pouvez réinitialiser les couleurs personnalisées dans la page Couleurs des objets de la boîte de dialogue Préférences de la base de données dans PowerBuilder 8 ou version ultérieure.

                      15.7 Problèmes de migration de Web DataWindow

                      Vous avez peut-être utilisé des solutions de contournement pour résoudre les problèmes de rendu Netscape dans les versions antérieures à PowerBuilder 7.0.2 C3. Certaines de ces solutions de contournement peuvent ne pas fonctionner correctement dans les versions ultérieures en raison des améliorations apportées au rendu Netscape.

                      Plus précisément, si vous avez utilisé des champs calculés ou des champs de texte contenant uniquement des espaces, le générateur Web DataWindow crée désormais une entrée de tableau pour ces champs, ce qui rend le tableau deux fois plus large. Si vous constatez ce comportement, supprimez ces champs d'espace réservé et utilisez une mise en page plus standard.

                      15.8 La méthode DataWindow renvoie des valeurs pour la propriété DataObject vide

                      Dans PowerBuilder 8.0.2 et versions ultérieures, la valeur renvoyée lorsqu'aucun objet DataWindow n'est affecté à un contrôle DataWindow ou à un magasin de données a été standardisée pour les méthodes répertoriées dans le tableau 2. Certaines de ces valeurs renvoyées sont différentes des valeurs renvoyées dans PowerBuilder 7 et versions antérieures. SetFilter est inclus dans le tableau, mais sa valeur de retour a été modifiée de 1 à -1 dans PowerBuilder 8.0.4, et non dans PowerBuilder 8.0.2.

                      Tableau 2 : Valeurs de retour lorsqu'aucun objet DataWindow n'est affecté

                      Valeur de retour

                      ObtenirDateItem, GetItemDateTime, GetItemTime, ObtenirItemDecimal,
                      Obtenir le numéro d'article, GetItemStatus

                      GetItemString

                      15.9 Changement de comportement de ScrollNextRow et ScrollPriorRow

                      Dans PowerBuilder 8 et versions ultérieures, les méthodes DataWindow DéfilementLigneSuivant et ScrollPriorRow déclencher ces événements dans l'ordre indiqué :

                      Dans PowerBuilder 7 et versions antérieures, l'événement ScrollVertical était déclenché avant les autres événements. Vous ne devez plus utiliser ces méthodes dans l'événement ScrollVertical. Cela provoque le déclenchement répété de la même série d'événements jusqu'à ce que la dernière ou la première ligne de la DataWindow soit atteinte. [CR 323263]

                      15.10 Modification du comportement des fonctions OpenSheet

                      Dans PowerBuilder 8 et versions ultérieures, le Feuille Ouverte et OuvrirFeuilleAvecParm les fonctions peuvent générer une erreur d'exécution en cas d'échec au lieu de renvoyer -1. Par exemple, cela se produit lorsque l'option type de fenêtre l'argument est invalide. Pour vous assurer que cette erreur est interceptée, enveloppez l'appel dans une instruction try-catch en plus de vérifier la valeur de retour :

                      entier li_ret
                      essayer
                      li_ret = OpenSheet(w_child, "w_child_1", MDI_User, 2, Original !)
                      si li_ret <> 1 alors MessageBox("OpenSheet failed", "Check arguments")
                      catch (RuntimeError rt)
                      MessageBox("OpenSheet failed", rt.GetMessage() )
                      // Traiter l'erreur
                      essayer de finir

                      16. Migration depuis PowerBuilder 6.5 ou une version antérieure

                      16.1 Rapports imbriqués dans les objets DataWindow renommés (IM)

                      Dans PowerBuilder 7 et versions ultérieures, chaque objet d'un objet DataWindow doit avoir un nom. Pendant la migration, les objets sans nom se voient attribuer des noms en fonction des paramètres de préfixe définis par l'utilisateur, généralement dw_1, dw_2, etc. Étant donné que les noms sont attribués séquentiellement, un objet peut se voir attribuer un nom déjà utilisé par un autre objet dans l'objet DataWindow. Cela peut provoquer un comportement inattendu. Par exemple, nommer un rapport sans nom avec un nom déjà utilisé pour un autre objet DataWindow, tel que dw_2, pourrait provoquer un Obtenir l'enfant/Partager les données ou alors Récupérer pour trouver et utiliser le mauvais objet DataWindow.

                      Pour contourner ce problème, sélectionnez Design>Options dans le peintre DataWindow et modifiez le préfixe de l'objet DataWindow dans l'onglet Préfixes avant la migration. Après avoir migré l'objet DataWindow, vous pouvez remodifier le préfixe.

                      16.2 Les icônes des fenêtres doivent être attribuées

                      Une fenêtre n'hérite plus de son icône de l'application qui contient la fenêtre. Pour utiliser l'icône de l'application, vous devez l'affecter explicitement à la fenêtre après la migration à l'aide de la nouvelle valeur énumérée AppIcon!.

                      16.3 Les événements de contrôle ListView et TreeView ont été modifiés

                      PowerBuilder 7 et versions ultérieures utilisent les contrôles Microsoft ListView et TreeView. Par conséquent, vous pouvez constater des changements de comportement qui vous obligent à remapper certains événements. Lorsque vous effectuez des actions de souris, certains événements ne se déclenchent pas et certains se déclenchent dans un ordre différent des versions précédentes.

                      16.3.1 TreeView

                      Dans PowerBuilder 7 et versions ultérieures, l'événement pbm_rbuttonup ne se déclenche pas, mais est immédiatement suivi d'un événement pbm_tvnrclicked (l'événement stock RightClicked! pour un TreeView). Par conséquent, vous pouvez copier n'importe quel code de pbm_rbuttonup vers RightClicked ! ou faites un clic droit ! événement déclencheur quel que soit le code existant dans le pbm_rbuttonup. Dans PowerBuilder 6 tous les deux pbm_rbuttonup et pbm_tvnrclicked firent.

                      De plus, dans PowerBuilder 7 et versions ultérieures, l'utilisation du bouton droit de la souris pour sélectionner un élément TreeView précédemment non sélectionné provoque le focus de l'élément TreeView précédent lorsque le bouton est relâché. Dans PowerBuilder 6, l'utilisation du bouton droit de la souris pour sélectionner un élément TreeView provoque sa sélection permanente. Pour dupliquer ce comportement dans PowerBuilder 7 et versions ultérieures, placez la ligne de code this.SelectItem(handle) dans le clic droit ! événement de TreeView avant de déclencher (ou d'exécuter) le code de l'événement pbm_rbuttonup.

                      Dans PowerBuilder 7 et versions ultérieures, l'événement pbm_tvnrdoubleclick (l'événement stock RightDoubleClicked!) ne se déclenche pas mais est immédiatement précédé d'un événement pbm_rbuttondblclk. Par conséquent, vous pouvez copier n'importe quel code de RightDoubleClicked! à l'événement pbm_rbuttondblclk ou faire en sorte que l'événement pbm_rbuttondblclk déclenche le code existant dans le RightDoubleClicked! un événement. Les deux événements se déclenchent dans PowerBuilder 6.

                      16.3.2 ListView

                      Dans PowerBuilder 7 et versions ultérieures, l'événement pbm_rbuttonup ne fait pas se déclenche si vous utilisez un clic droit sur un élément ListView spécifique, mais il Est-ce que feu si vous faites un clic droit dans la zone blanche de la ListView où il n'y a pas d'éléments. Un nouvel événement, pbm_contextmenu, se déclenche toujours lorsque le bouton droit de la souris est relâché. Le Tableau 3 montre quand les événements sont déclenchés dans PowerBuilder 7 et versions ultérieures.


                      Planifiez comment organiser votre papier

                      La dernière étape à compléter avant de commencer votre projet est de choisir une structure organisationnelle. Pour certains devoirs, cela peut être déterminé par les exigences de l'instructeur. Par exemple, si l'on vous demande d'explorer l'impact d'un nouveau dispositif de communication, une structure de cause à effet est évidemment appropriée. Dans d'autres cas, vous devrez déterminer la structure en fonction de ce qui convient à votre sujet et à votre objectif. Pour plus d'informations sur les structures utilisées en écriture, voir le chapitre 10 “Modes rhétoriques”.

                      Le but de l'article de Jorge était principalement de persuader. Dans cet esprit, il a planifié le schéma suivant.

                      Exercice 3

                      Passez en revue les structures organisationnelles décrites dans cette section et au chapitre 10 « Modes rhétoriques » 8221. En travaillant avec les notes que vous avez organisées précédemment, suivez ces étapes pour commencer à planifier l'organisation de votre papier.

                      1. Créez un plan qui comprend votre thèse, les principaux sous-thèmes et les points d'appui.
                      2. Les principaux titres de votre plan deviendront des sections ou des paragraphes dans votre document. N'oubliez pas que vos idées doivent constituer l'épine dorsale du document. Pour chaque section principale de votre plan, écrivez une phrase de sujet indiquant le point principal que vous ferez dans cette section.
                      3. Au fur et à mesure que vous terminez l'étape 2, vous constaterez peut-être que certains points sont trop complexes pour être expliqués dans une phrase. Déterminez si des sections importantes de votre plan doivent être divisées et notez des phrases de sujet supplémentaires si nécessaire.
                      4. Passez en revue vos notes et déterminez comment les différentes informations s'intègrent dans votre plan en tant que points d'appui.

                      Collaboration

                      Veuillez partager le plan que vous avez créé avec un camarade de classe. Examinez le plan de votre camarade de classe et voyez si des questions vous viennent à l'esprit ou si vous voyez un domaine qui bénéficierait d'un point supplémentaire ou d'une clarification. Renvoyez les contours les uns aux autres et comparez les observations.

                      Écrire au travail

                      Les structures décrites dans cette section et le chapitre 10 “Modes rhétoriques” peuvent également vous aider à organiser les informations dans différents types de documents sur le lieu de travail. Par exemple, les rapports d'incidents médicaux et les rapports de police suivent une structure chronologique. Si l'entreprise doit choisir entre deux fournisseurs pour fournir un service, vous pouvez écrire un e-mail à votre superviseur comparant et contrastant les choix. Comprendre quand et comment utiliser chaque structure organisationnelle peut vous aider à rédiger des documents sur le lieu de travail de manière efficace et efficiente.


                      Créer la base de données 9i et migrer la base de données source

                      • Installez le logiciel (soit à partir d'un support logiciel standard, soit à partir d'un support 11i).
                      • Mise à niveau vers 9.2.0.8.
                      • Appliquer le correctif 5035661
                        unzip -qo p5035661_11i_LINUX.zip -d $ORACLE_HOME
                      • Installez OPatch (patch 6880880 version 10.1).
                      • Appliquez le correctif 5391326 à l'aide d'OPatch.
                      • Suivez les sections 2 et 3 pour créer la nouvelle base de données et importer le ou les fichiers de vidage générés à partir de la base de données source :
                        Processus d'exportation/importation 9i pour Oracle Applications version 11i (Doc ID 230627.1)
                      • Définissez le paramètre d'initialisation suivant avant d'importer la base de données :
                        événement = � niveau de contexte du nom de trace 32768”
                      • Les tablespaces de la base de données nouvellement créée doivent être gérés par dictionnaire.

                      Tutoriel logiciel, Éducation - http://www.dwcrk.com/

                      Les prérequis pour les applications de bureau Bentley 8.11.5 doivent être exécutés avant l'installation de MicroStation 8.11.5 ou de l'une des versions 8.11.5 des produits dérivés de MicroStation V8i (Bentley View, ProjectWise Navigator ou MicroStation PowerDraft). Il s'agit simplement d'une séquence d'installation de divers packages Microsoft qui doivent être en place avant que MicroStation 8.11.5 ou ses produits dérivés s'installent et s'exécutent correctement.

                      Contenu Windows Installer Version 3.1v2
                      Microsoft.NET Framework 3.5
                      Analyseur Microsoft XML (MSXML) 6 SP 1 (32 bits)
                      Analyseur Microsoft XML (MSXML) 6 SP 1 (64 bits)
                      Noyau Microsoft Visual Basic pour Applications
                      Microsoft Visual Basic pour Applications localisé
                      DirectX 9c
                      Contrôle d'édition DHTML pour les applications (avec compatibilité Vista)

                      Les droits d'auteur de tous les composants appartiennent à Microsoft Corporation ou à l'une de ses sociétés affiliées, filiales ou concédants de licence.

                      Les prérequis pour les applications de bureau Bentley 8.11.5 nécessitent un minimum de 400 Mo pour installer tous ses composants. Veuillez noter que Microsoft Internet Explorer v6.0 ou version ultérieure avec une puissance de chiffrement de 128 bits doit être installé sur votre poste de travail avant l'installation des prérequis pour les applications de bureau Bentley.

                      Remarque importante : il est fortement recommandé de fermer tous les programmes et de désactiver tout logiciel antivirus en cours d'exécution avant l'installation de ce logiciel. Assurez-vous de réactiver votre logiciel antivirus lorsque vous avez terminé.

                      1. Dans une fenêtre de l'explorateur, cliquez sur Configuration des prérequis 8.11.5.exe.
                      La boîte de dialogue Prérequis pour les applications de bureau Bentley s'ouvre, vous invitant à installer ou à annuler.

                      2. Cliquez sur Installer.
                      Les prérequis MicroStation sont installés sur votre ordinateur. Une boîte de dialogue vous avertit lorsque l'installation est terminée.

                      3. Cliquez sur OK.
                      Une boîte de dialogue vous informe que vous devez redémarrer votre ordinateur avant que les nouveaux paramètres ne prennent effet.

                      4. Cliquez sur Oui pour redémarrer votre ordinateur.
                      Vous avez maintenant les prérequis appropriés installés pour exécuter MicroStation 8.11.5 et ses produits dérivés.