Des articles

Section 2.4E : Exercices


C'est en forgeant qu'on devient forgeron

Résoudre une formule pour une variable spécifique

Dans les exercices suivants, résolvez la formule donnée pour la variable spécifiée.

Résoudre la formule (C=πd) pour .

Répondre

(d=frac{C}{π})

Résoudre la formule (C=πd) pour (π).

Résoudre la formule (V=LWH) pour L.

Répondre

(L=frac{V}{WH})

Résoudre la formule (V=LWH) pour H.

Résoudre la formule (A=frac{1}{2}bh) pour b.

Répondre

(b=frac{2A}{h})

Résoudre la formule (A=frac{1}{2}bh) pour h.

Résoudre la formule

(A=frac{1}{2}d_1d_2) pour (d_1).

Répondre

(d_1=frac{2A}{d_2})

Résoudre la formule

(A=frac{1}{2}d_1d_2) pour (d_2.)

Résoudre la formule

(A=frac{1}{2}h(b_1+b_2)) pour (b_1).

Répondre

(b_1=frac{2A}{h}−b_2)

Résoudre la formule

(A=frac{1}{2}h(b_1+b_2)) pour (b_2).

Résoudre la formule

(h=54t+frac{1}{2}à^2) pour une.

Répondre

(a=frac{2h−108t}{t^2})

Résoudre la formule

(h=48t+frac{1}{2}à^2) pour une.

Résoudre (180=a+b+c) pour une.

Répondre

(a=180−b−c)

Résoudre (180=a+b+c) pour c.

Résoudre la formule

(A=frac{1}{2}pl+B) pour p.

Répondre

(p=frac{2A−2B}{l})

Résoudre la formule

(A=frac{1}{2}pl+B) pour je.

Résoudre la formule

(P=2L+2W) pour L.

Répondre

(L=frac{P−2W}{2})

Résoudre la formule

(P=2L+2W) pour W.

Dans les exercices suivants, résolvez la formule de oui.

Résoudre la formule

(8x+y=15) pour oui.

Répondre

(y=15−8x)

Résoudre la formule

(9x+y=13) pour oui.

Résoudre la formule

(−4x+y=−6) pour oui.

Répondre

(y=−6+4x)

Résoudre la formule

(−5x+y=−1) pour oui.

Résoudre la formule

(x−y=−4) pour oui.

Répondre

(y=4+x)

Résoudre la formule

(x−y=−3) pour oui.

Résoudre la formule

(4x+3y=7) pour oui.

Répondre

(y=frac{7−4x}{3})

Résoudre la formule

(3x+2y=11) pour oui.

Résoudre la formule

(2x+3y=12) pour oui

Répondre

(y=frac{12−2x}{3})

Résoudre la formule

(5x+2y=10) pour oui.

Résoudre la formule

(3x−2y=18) pour oui.

Répondre

(y=frac{18−3x}{−2})

Résoudre la formule

(4x−3y=12) pour oui.

Utiliser des formules pour résoudre des applications de géométrie

Dans les exercices suivants, résolvez à l'aide d'une formule géométrique.

Un drapeau triangulaire a une superficie de 0,75 pied carré et une hauteur de 1,5 pied. Quelle est sa base ?

Répondre

1 pied

Une fenêtre triangulaire a une superficie de 24 pieds carrés et une hauteur de six pieds. Quelle est sa base ?

Quelle est la base d'un triangle d'une aire de 207 pouces carrés et d'une hauteur de 18 pouces ?

Répondre

23 pouces

Quelle est la hauteur d'un triangle d'une aire de 893 pouces carrés et d'une base de 38 pouces ?

Les deux petits angles d'un triangle rectangle ont des mesures égales. Trouvez les mesures des trois angles.

Répondre

(45°,45°,90°)

La mesure du plus petit angle d'un triangle rectangle est (20°) inférieure à la mesure du prochain grand angle. Trouvez les mesures des trois angles.

Les angles d'un triangle sont tels qu'un angle est deux fois le plus petit angle, tandis que le troisième angle est trois fois plus grand que le plus petit angle. Trouvez les mesures des trois angles.

Répondre

(30°,60°,90°)

Les angles d'un triangle sont tels qu'un angle est 20 fois plus grand que le plus petit angle, tandis que le troisième angle est trois fois plus grand que le plus petit angle. Trouvez les mesures des trois angles.

Dans les exercices suivants, utilisez le théorème de Pythagore pour trouver la longueur de l'hypoténuse.

Répondre

15

Répondre

25

Dans les exercices suivants, utilisez le théorème de Pythagore pour trouver la longueur de la jambe. Arrondissez au dixième si nécessaire.

Répondre

8

Répondre

12

Répondre

10.2

Répondre

9.8

Dans les exercices suivants, résolvez à l'aide d'une formule géométrique.

La largeur d'un rectangle est inférieure de sept mètres à sa longueur. Le périmètre est de 58 mètres. Trouvez la longueur et la largeur.

Répondre

18 mètres, 11 mètres

La longueur d'un rectangle est de huit pieds de plus que la largeur. Le périmètre est de 60 pieds. Trouvez la longueur et la largeur.

La largeur du rectangle est de 0,7 mètre inférieure à la longueur. Le périmètre d'un rectangle est de 52,6 mètres. Trouve les dimensions du rectangle.

Répondre

(13,5) m, (12,8) m

La longueur du rectangle est inférieure de 1,1 mètre à la largeur. Le périmètre d'un rectangle est de 49,4 mètres. Trouve les dimensions du rectangle.

Le périmètre d'un rectangle de 150 pieds. La longueur du rectangle est le double de la largeur. Trouvez la longueur et la largeur du rectangle.

Répondre

25 pi, 50 pi

La longueur du rectangle est trois fois la largeur. Le périmètre d'un rectangle est de 72 pieds. Trouvez la longueur et la largeur du rectangle.

La longueur du rectangle est de trois mètres moins de deux fois la largeur. Le périmètre d'un rectangle est de 36 mètres. Trouve les dimensions du rectangle.

Répondre

7 mètres, 11 mètres

La longueur d'un rectangle est de cinq pouces plus de deux fois la largeur. Le périmètre est de 34 pouces. Trouvez la longueur et la largeur.

Le périmètre d'un triangle est de 39 pieds. Un côté du triangle est un pied plus long que le deuxième côté. Le troisième côté est deux pieds plus long que le deuxième côté. Trouvez la longueur de chaque côté.

Répondre

12 pi, 13 pi, 14 pi

Le périmètre d'un triangle est de 35 pieds. Un côté du triangle est cinq pieds plus long que le deuxième côté. Le troisième côté est trois pieds plus long que le deuxième côté. Trouvez la longueur de chaque côté.

Un côté d'un triangle est deux fois le plus petit côté. Le troisième côté mesure cinq pieds de plus que le côté le plus court. Le périmètre est de 17 pieds. Trouvez les longueurs des trois côtés.

Répondre

3 pi, 6 pi, 8 pi

Un côté d'un triangle est trois fois le plus petit côté. Le troisième côté mesure trois pieds de plus que le côté le plus court. Le périmètre est de 13 pieds. Trouvez les longueurs des trois côtés.

Le périmètre d'un champ rectangulaire est de 560 mètres. La longueur est de 40 mètres de plus que la largeur. Trouvez la longueur et la largeur du champ.

Répondre

120 m, 160 m

Le périmètre d'un atrium rectangulaire est de 160 pieds. La longueur est de 16 pieds de plus que la largeur. Trouvez la longueur et la largeur de l'atrium.

Un stationnement rectangulaire a un périmètre de 250 pieds. La longueur est de cinq pieds plus de deux fois la largeur. Trouvez la longueur et la largeur du parking.

Répondre

40 pi, 85 pi

Un tapis rectangulaire a un périmètre de 240 pouces. La longueur est de 12 pouces plus de deux fois la largeur. Trouvez la longueur et la largeur du tapis.

Dans les exercices suivants, résolvez. Réponses approximatives au dixième près, si nécessaire.

Une guirlande lumineuse de 13 pieds sera fixée au sommet d'un poteau de 12 pieds pour un affichage de vacances, comme illustré. À quelle distance de la base du poteau doit-on ancrer l'extrémité de la guirlande lumineuse ?

Répondre

5 pieds

Pam veut mettre une banderole sur la porte de son garage en diagonale, comme illustré, pour féliciter son fils pour son diplôme universitaire. La porte de garage mesure 12 pieds de haut et 16 pieds de large. Quelle doit être la longueur de la bannière pour s'adapter à la porte de garage ?

Chi prévoit de tracer un chemin en diagonale de pavés dans son jardin de fleurs, comme illustré. Le jardin fleuri est un carré de 10 pieds de côté. Quelle sera la longueur du chemin ?

Répondre

14,1 pieds

Brian a emprunté une échelle à coulisse de 20 pieds pour peindre sa maison. S'il place la base de l'échelle à six pieds de la maison comme indiqué, jusqu'où le haut de l'échelle s'élèvera-t-il ?

Mathématiques de tous les jours

Conversion de la température Lors d'une tournée en Grèce, Tatiana a vu que la température était de 40° Celsius. Résoudre pour F dans la formule (C=frac{5}{9}(F−32)) pour trouver la température Fahrenheit.

Répondre

(104° ext{F})

Conversion de la température Yon était en visite aux États-Unis et il a vu qu'un jour la température à Seattle était de 50° Fahrenheit. Résoudre pour C dans la formule (F=frac{9}{5}C+32) pour trouver la température Celsius

Christa veut mettre une clôture autour de son parterre de fleurs triangulaire. Les côtés du parterre de fleurs mesurent six pieds, huit pieds et 10 pieds. De combien de mètres de clôture aura-t-elle besoin pour clôturer son parterre de fleurs ?

Répondre

24 pieds

Jose vient de retirer l'ensemble de jeux pour enfants de sa cour arrière pour faire place à un jardin rectangulaire. Il veut mettre une clôture autour du jardin pour empêcher le chien d'entrer. Il a un rouleau de clôture de 50 pieds dans son garage qu'il prévoit d'utiliser. Pour s'adapter à la cour arrière, la largeur du jardin doit être de 10 pieds. Combien de temps peut-il faire de l'autre côté ?

Exercices d'écriture

Si vous devez poser du carrelage sur le sol de votre cuisine, avez-vous besoin de connaître le périmètre ou la superficie de la cuisine ? Expliquez votre raisonnement.

Répondre

Les réponses varieront.

Si vous devez installer une clôture autour de votre cour arrière, avez-vous besoin de connaître le périmètre ou la superficie de la cour arrière? Expliquez votre raisonnement.

Regardez les deux figures ci-dessous.

Quelle figure semble avoir la plus grande surface ? Lequel semble avoir le plus grand périmètre ?

Calculez maintenant l'aire et le périmètre de chaque figure. Lequel a la plus grande surface ? Lequel a le plus grand périmètre ?

ⓒ Les résultats de la partie (b) étaient-ils les mêmes que vos réponses de la partie (a) ? Cela vous surprend-il ?

Répondre

Les réponses varieront. Les zones sont les mêmes. Le rectangle (2×8) a un périmètre plus grand que le carré (4×4).

Les réponses varieront.

Écrivez un problème de géométrie lié à votre expérience de vie, puis résolvez-le et expliquez toutes vos étapes.

Auto contrôle

Après avoir terminé les exercices, utilisez cette liste de contrôle pour évaluer votre maîtrise des objectifs de cette section.

ⓑ Que vous apprend cette liste de contrôle sur votre maîtrise de cette section ? Quelles mesures allez-vous prendre pour vous améliorer?


Section 2.4E : Exercices

Bureau : 234B, Ingénierie 1
Téléphone : (312) 567-3128
Courriel : kaul [at] math.iit.edu

Heure : 13h50, mardi et jeudi.
Lieu : 124, ingénierie 1 Bldg.

Heures de bureau : de midi à 13h les mardis et jeudis, sans rendez-vous et sur rendez-vous. Les questions envoyées par courrier électronique sont également encouragées.

le Document d'information sur le cours a une description détaillée du cours - sujets, manuels, politique d'évaluation des étudiants, ainsi que d'autres informations pertinentes. Lisez-le attentivement!

Excellents conseils de Doug West sur la façon d'écrire des solutions de devoirs dans un cours comme celui-ci et sur la façon d'écrire des solutions de devoirs pour des problèmes basés sur des preuves.

Pourquoi devons-nous apprendre des preuves?
Comprendre les mathématiques - un guide d'étude
Sur une note plus abstraite, voici une discussion sur le langage et la grammaire des mathématiques - ce que vous commencez à apprendre dans un cours comme celui-ci.

Excellents conseils pour les majors en mathématiques, en particulier ceux qui envisagent de poursuivre des études supérieures, par Terry Tao, médaillé Fields 2006. Lecture obligatoire.

  • Jeudi 9/9 : Les dates et les programmes des examens #1 et #2 ont été annoncés ci-dessous.
  • Jeudi, 8/26 : HW#1 a été téléchargé ci-dessous.
    Veuillez prendre note de la « Politique importante » indiquée dans la section Devoirs ci-dessous.
  • Mardi 24/8 : Consultez régulièrement cette page Web pour les devoirs, les annonces, etc.
  • Examen #1 : jeudi 14 octobre. Sujets : Tout ce qui est couvert en classe jusqu'au cours magistral du jeudi 30 septembre inclus. Cela correspond au matériel couvert dans HW#1 à HW#6.
  • Examen #2 : mardi 23 novembre. Sujets : Tout couvert en classe du mardi 5 octobre au jeudi 11 novembre (y compris les deux jours). Cela correspond au matériel couvert dans HW#7 à HW#11.
  • Examen final : jeudi 9 décembre, 10h30-12h30 . Sujets : Tous les sujets étudiés au cours du semestre, à l'exception des cryptosystèmes dans le dernier cours.

Vous n'avez qu'à soumettre des solutions à problèmes écrits .
Cependant, la résolution de la majorité des problèmes suggérés est fortement encouragé. La résolution de ces problèmes améliorera votre compréhension du matériel de cours et vous préparera mieux aux examens.

    Exercices supplémentaires. Ce fichier contenant problèmes intéressants de l'extérieur du manuel sera mis à jour tout au long du semestre.


Raison de blocage: L'accès depuis votre zone a été temporairement limité pour des raisons de sécurité.
Temps: sam. 3 juil. 2021 11:34:23 GMT

À propos de Wordfence

Wordfence est un plugin de sécurité installé sur plus de 3 millions de sites WordPress. Le propriétaire de ce site utilise Wordfence pour gérer l'accès à son site.

Vous pouvez également lire la documentation pour en savoir plus sur les outils de blocage de Wordfence, ou visiter wordfence.com pour en savoir plus sur Wordfence.

Généré par Wordfence le samedi 3 juillet 2021 11:34:23 GMT.
L'heure de votre ordinateur : .


Exemple 7-2

Un rat est choisi au hasard dans une cage de rats mâles ((M)) et femelles ((F)). Une fois sélectionné, le sexe du rat sélectionné est noté. L'espace échantillon est donc :

Définissez la variable aléatoire (X) comme suit :

Notez que la variable aléatoire (X) affecte un et un seul nombre réel (0 et 1) à chaque élément de l'espace échantillon ((M) et (F)). Le support, ou espace, de (X) est (<0, 1>).

Notez que nous n'avons pas nécessairement besoin d'utiliser les chiffres 0 et 1 comme support. Par exemple, nous aurions pu alternativement (et peut-être arbitrairement ?!) utiliser les nombres 5 et 15, respectivement. Dans ce cas, notre variable aléatoire serait définie comme (X = 5) si le rat est un mâle, et (X = 15) si le rat est une femelle.


Section 2.4E : Exercices

Jusqu'à présent, nous avons considéré les réactions d'oxydoréduction pour des processus spontanés. Lorsqu'elles sont configurées comme une pile ou une batterie voltaïque, de telles réactions peuvent être utilisées comme source d'électricité. Cependant, il est possible d'aller dans l'autre sens. En forçant l'électricité dans une cellule, nous pouvons provoquer une réaction d'oxydoréduction qui ne serait normalement pas spontanée. Dans ces circonstances, la cellule est appelée cellule électrolytique. Une cellule dans laquelle l'électricité est forcée pour provoquer une réaction non spontanée. , et le processus qui se produit dans la cellule est appelé électrolyse. Le processus de production d'une réaction d'oxydoréduction non spontanée se produit en forçant de l'électricité dans une cellule. (Figure 14.5 "Électrolyse").

Dans une cellule électrolytique, l'électricité est forcée à travers la cellule pour induire une réaction redox non spontanée. Ici, la réaction redox 2H2O → 2H2 + O2 est causée par l'introduction d'électricité, qui est fournie par la batterie.

L'électrolyse a de nombreuses applications. Par exemple, si NaCl est fondu à environ 800°C dans une cellule électrolytique et qu'un courant électrique la traverse, le sodium élémentaire apparaîtra à la cathode et le chlore élémentaire apparaîtra à l'anode lorsque les deux réactions suivantes se produisent :

Na + + e − → Na 2Cl − → Cl2 + 2e −

Normalement, nous nous attendons à ce que le sodium élémentaire et le chlore réagissent spontanément pour produire du NaCl. Cependant, en utilisant un apport d'électricité, nous pouvons forcer la réaction opposée à se produire et générer les éléments. Le lithium, le potassium et le magnésium peuvent également être isolés des composés par électrolyse.

Un autre élément isolé par électrolyse est l'aluminium. L'aluminium était autrefois un métal difficile à isoler sous sa forme élémentaire. En fait, le sommet du Washington Monument a une capsule de 2,8 kg d'aluminium métallique, qui à l'époque - 1884 - était le plus gros morceau d'aluminium élémentaire jamais isolé. Cependant, en 1886, l'Américain Charles Hall et le Français Paul Héroult ont élaboré presque simultanément un procédé électrolytique pour isoler l'aluminium de la bauxite, un minerai d'aluminium dont la formule chimique est AlOX(OH)3 − 2X. Les réactions de base sont les suivantes :

Al 3+ + 3e − → Al 2O 2− → O2 + 4e −

Avec le développement du procédé Hall-Héroult, le prix de l'aluminium a été multiplié par 200 et l'aluminium métal est devenu courant. Tant d'aluminium élémentaire est produit aux États-Unis chaque année qu'il a été estimé que l'électrolyse de l'aluminium utilise 5% de toute l'électricité du pays. (Le recyclage de l'aluminium nécessite environ 1/70e de l'énergie du raffinage de l'aluminium à partir du minerai, ce qui illustre les énormes économies d'énergie que le recyclage permet.)

Une autre application de l'électrolyse est la galvanoplastie Le dépôt d'une fine couche de métal sur un objet à des fins de protection ou de décoration. , qui est le dépôt d'une fine couche de métal sur un objet à des fins de protection ou de décoration (figure 14.6). Essentiellement, un objet métallique est connecté à la cathode d'une cellule électrolytique et immergé dans une solution d'un cation métallique particulier. Lorsque la cellule électrolytique est en fonctionnement, un mince revêtement du cation métallique est réduit au métal élémentaire sur la surface de l'objet l'épaisseur du revêtement peut être aussi faible que quelques micromètres (10 -6 m). Les bijoux, les ustensiles de cuisine, les contacts électriques et les pièces de voiture comme les pare-chocs sont des articles courants qui sont galvanisés. L'or, l'argent, le nickel, le cuivre et le chrome sont des métaux communs utilisés dans la galvanoplastie.


Polluants atmosphériques dangereux liés aux aéronefs et aux aéroports : Besoins en recherche et analyse (2008)

Malheureusement, ce livre ne peut pas être imprimé à partir de l'OpenBook. Si vous devez imprimer des pages de ce livre, nous vous recommandons de le télécharger au format PDF.

Visitez NAP.edu/10766 pour obtenir plus d'informations sur ce livre, pour l'acheter en version imprimée ou pour le télécharger en format PDF gratuit.

Vous trouverez ci-dessous le texte non corrigé de ce chapitre, lu à la machine, destiné à fournir à nos propres moteurs de recherche et moteurs externes un texte de recherche très riche et représentatif des chapitres de chaque livre. Parce qu'il s'agit de matériel NON CORRIGÉ, veuillez considérer le texte suivant comme un proxy utile mais insuffisant pour les pages de livre faisant autorité.

9L'objectif central de ce projet est de produire un programme de recherche priorisé qui comble les lacunes de nos connaissances liées aux HAP liés aux aéroports. La capacité actuelle des chercheurs, exploitants d'aéroports, consultants et autres à évaluer les risques pour la santé associés à l'exposition humaine aux HAP liés à l'aviation repose sur un certain nombre de critères, notamment les sources, la toxicité et la chimie des HAP. Une activité qui aidera grandement à atteindre cet objectif est d'identifier les polluants à considérer comme HAP liés à l'aviation et de classer leur importance relative. De manière générale, ce rapport vise à fournir une analyse de niveau de dépistage des composés organiques volatils (COV) émis dans les aéroports afin d'aider à prioriser les composés qui pourraient présenter un risque d'inhalation pour les personnes à l'aéroport ou à proximité. Ce risque est fonction de la toxicité de chaque espèce moléculaire et du degré d'exposition à cette espèce. L'exposition humaine totale est une fonction complexe des émissions, de la chimie, de la dispersion, de la durée d'exposition, de l'emplacement et de la population touchée et n'est pas facilement condensée en une formule simple (voir la figure 1 de la section 1.4). Pour déterminer quelles sources sont les plus importantes, il faut savoir quel groupe d'exposition est d'intérêt. Les passagers aériens se trouvent à proximité immédiate des émissions de GAV lorsqu'ils voyagent vers et depuis l'aéroport, et passent quelques heures à l'intérieur des bâtiments de l'aéroport et plusieurs heures à l'intérieur de la cabine de l'avion elle-même. Les résidents des communautés avoisinantes sont probablement à proximité soit de GAV, soit des aéronefs eux-mêmes, selon la configuration géographique des routes, de l'aérodrome et des logements. Les employés de l'aéroport peuvent être à proximité de pratiquement toutes les sources liées à l'aéroport. Comme le montre la carte d'un aéroport hypothétique de la figure 2, certaines collectivités proches de l'aéroport hypothétique sont les plus proches de l'aérodrome, tandis que d'autres collectivités voisines sont les plus proches de la circulation routière. L'évaluation de la source la plus importante pour chaque groupe d'exposition possible doit être effectuée au cas par cas, et ce rapport ne tente pas de le faire. Au lieu de cela, ce rapport examine uniquement les émissions globales liées aux aéroports. La FAA a adopté une approche connexe mais plus simple pour développer une liste de composés HAP liés aux aéroports dans un récent examen des émissions de HAP (URS 2003). La FAA a sélectionné les composés HAP qui sont émis en plus grande quantité dans les activités liées aux aéroports. Cette approche a abouti à leur totalisation de 10 composés HAP liés à l'aviation sur la base des taux d'émission en masse (voir tableau 1, deuxième colonne). La toxicité relative des composés n'a pas été directement prise en compte. La difficulté avec cette approche est que les toxicités relatives des divers composés ont le potentiel de varier beaucoup plus que leurs taux d'émission. L'un des points forts de cette approche est que la méthodologie est plus simple puisque bon nombre des facteurs de toxicité sont incertains. L'approche utilisée dans ce rapport est de peser l'importance des PAD à la fois par leur taux d'émission relatif et leur toxicité, même si les données toxicologiques sont clairement incomplètes. Des estimations des émissions relatives de HAP peuvent être faites en fonction des espèces moléculaires pour les différentes sources présentes dans les aéroports. Comme indiqué dans la section suivante, la source la plus importante de la plupart des HAP en phase gazeuse dans les aéroports est l'avion lui-même. De plus, la grande majorité (> 90 %) des émissions de HAP des aéronefs se produisent lorsque les aéronefs sont au roulage ou au ralenti. Ce rapport se concentre donc principalement sur cette source de HAP (émissions de ralenti/de taxi des avions) pour générer une liste des composés HAP les plus importants liés à l'aviation. Cette liste est complétée le cas échéant par des informations concernant les émissions des sources fixes des aéroports, GAV ou GSE. Dans le tableau 3, la priorité relative de plus de 50 espèces organiques émises par les moteurs à turbine d'avion et le GSE est calculée. La première colonne identifie les composés. Les deuxième et troisième colonnes indiquent les concentrations basées sur le risque (RBC) pour chaque espèce si elles sont disponibles. Les globules rouges de la deuxième colonne reflètent les risques pour la santé non cancérigènes, tandis que ceux de la troisième colonne sont dérivés d'estimations du risque de cancer. Il y a une discussion détaillée des sources et des méthodes utilisées pour estimer les globules rouges plus loin dans la section 4. Les globules rouges S E C T I O N 2 Intégration des taux d'émission avec la toxicologie - Priorisation des polluants atmosphériques dangereux dans les aéroports

10 Composé RBC non cancéreux RBC cancer Mi n RBC (mg/m 3 ) Aérien EI(x)/EI(HCHO ) GSE EI(x)/EI(HCHO ) Aérien Impact relatif GS E Impact relatif me thane 0,227 éthane 0,042 éthène 1 2,1E+03 9,2E-01 9,2E -0 1 1,256 1 propane 0,006 acétylène 0,3 2 pr ouvert e 3,1E+03 3,1E +0 3 0,368 0 1- butène e 3,1E +03 3,1E +0 3 0,142 0 1,3- butadiène 2,1E-0 3 8 .1E-05 8.1E -0 5 0,13 7 0,059 1689 72 7 c2-butène 0,017 1- pentène 3,1E+03 3,1E +0 3 0,063 0 n- pentane 1,9E+01 1,9E +0 1 0,016 0 2,2,4-triméthylpentane 1,9E+01 1,9E +0 1 0 à 0,1 0 C5-ène 0,029 2 - méth yl -2 -butène 0,015 C5- ène 0,022 2- méthyl pentane 1,9E+01 1,9E +0 1 0,033 0 1- hexène 6,5E-01 6,5E -0 1 0,0 6 0 benz ène 1.0E-0 2 3 .1E-04 3.1E -0 4 0.13 7 0.378 439 1210 1- heptène 0.03 6 n- hexane 7.3E-01 7.3E -0 1

0,01 0,06 2 0 n-heptane 1,9E+01 1,9E +0 1 0,005 0 toluène e 5,2E+00 5,2E +0 0 0,05 2 0,450 0 hex anal 0,014 1- octène 0,022 n- octane 1,0E-01 1,0 E -0 1 0,005 0 éthylbenz en e 1,0E+00 9,7E-04 9,7E -0 4 0,01 4 0 ,119 14 12 2 m, p- xy lene 1,0E-01 1,0E -0 1 0,02 3 0 . 403 0 st yr ène 1,0E+00 1,0E +0 0 0,02 5 0,007 0 0 0 4 0 o- xylène 1,0E-01 1,0E -0 1 0,023 0 1- nonène 0,0 2 n- nonane 1,0E +00 1,0E +0 0 0,005 0 phénol 2,1E-01 2,1E -0 1 0,016 0 1- décène 0,015 n- décan e 1,0E+00 1,0E +0 0 0,026 0 C4- benzène 0,018 n- undécane 1,0 E+00 1,0E +0 0 0,036 0 C5- cyclohexane 0,021 C5- benzène 0,017 naphtalène e 3,1E-0 3 2 ,4E-05 2,4E -0 5 0,044 1808 naphtalène e 7,2E-0 5 7,2E -0 5 0,044 615 n- dodécane 1,0E+00 1,0E +0 0 0,035 0 C13- alkane 1,0E+00 1,0E +0 0 0,014 0 C14- alkane 1,0E+00 1,0E +0 0 0,014 0 2- me th yl naphtalène 2.1E-01 2.1E -0 1 0,017 0 1- méth yl naphtalène 2.1E-01 2.1E -0 1 0,0 2 0 forme aldéhyde de 0,01 1.9E-0 4 1.9E -0 4 1 0,150 5342 80 1 forme aldéhyde de 0,01 4,4E-0 1 1,0E -0 2 1 0,150 100 15 acétaldé de 4.1E-0 1 1 .1E-03 1.1E -0 3 0.34 7 0 .029 314 27 acétaldé de 9.4E-0 3 1 .1E-03 1.1E -0 3 0,34 7 0 .029 314 27 a ro léine 2.1E-05 2.1E -0 5 0,29 3 0,002 1404 8 9 9 pr opal 0,059 0,07 2 acétone 3,2E+01 3,2E +0 1 0,0 3 0 butanal 4,1E- 0 1 1 .1E-03 1.1E -0 3 0,078 71 ben za ldeh yde 0,038 gly oxal 0,14 8 me th yl gl yo xal 0,122 dim ethy ln apthalene 2,1E-01 2,1E -0 1 0,0 1 0 autres HAP 4,4E-0 5 4,4E -0 5 0,001 23 crotonaldehy de 0 à 0. 1 Tableau 3. Pondération toxicité-émissions des HAP émis par les sources aéroportuaires.


UNITÉ 4223 – 331 EFFECTUER DES MESURES PHYSIOLOGIQUES

UNITÉ 4223 – 331 EFFECTUER DES MESURES PHYSIOLOGIQUES (HSC 3052).

RÉSULTAT 2 COMPRENDRE LES ÉTATS PHYSIOLOGIQUES MESURABLES.

Expliquer les principes de la pression artérielle, y compris :
Maintien de la pression artérielle
Différenciation entre pression artérielle systolique et diastolique
Limite normale de la pression artérielle
Conditions d'hypertension ou d'hypotension
Afin de maintenir une bonne tension artérielle, nous devons maintenir un mode de vie sain, faire de l'exercice quotidiennement et manger sainement.
Prévenir l'hypertension artérielle connue sous le nom d'hypertension (140/90 ou plus), dont les chances augmentent avec l'âge, le surpoids, le fait d'avoir un parent souffrant d'hypertension artérielle, une mauvaise alimentation, ce qui nous expose à un risque de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral.
L'hypotension artérielle est connue sous le nom d'hypotension (100/60 ou moins), peut chuter après une opération, ne pas boire suffisamment, une prise de position rapide peut vous donner le vertige.
La limite normale de la pression artérielle se situe entre 100/60 et 140/90. La pression artérielle systolique est lorsqu'une force de pompage cardiaque provoque une tension et la pression artérielle diastolique est lorsque votre cœur est au repos (détente).

Expliquez le principe de la température corporelle pour inclure :
Maintien de la température corporelle
Température corporelle normale
Fièvre, hyperpyrexie et hypothermie
La température corporelle est normalement de 37 degrés, peu importe la température de l'environnement ou le niveau d'activité de l'individu.

L'hypothalamus est le centre de régulation de la température du cerveau, il contient des récepteurs sensibles à la température du sang circulant dans le cerveau et la peau en tant que récepteur sensible qui envoie également des informations sur la température de la peau à l'hypothalamus.

La fièvre est une température corporelle élevée 38degrés, de la fièvre, qui est souvent un symptôme d'infection. Dans un cas où la température corporelle augmente de plus de 38 degrés, est une hyperpyrexie, une fièvre élevée, cela peut indiquer un problème médical grave ou entraîner des effets secondaires importants de toute exposition extrême au soleil ou infection virale. Nous pourrions utiliser un ventilateur pour faire baisser la température corporelle, ouvrir la fenêtre et prendre du paracétamol.

L'hypothermie se produit lorsque la température corporelle est froide, la température basse de 35 degrés ou moins, les personnes âgées et les bébés sont plus souvent à risque et doivent être traités comme une urgence médicale. La personne a probablement du mal à respirer et peut perdre connaissance à mesure que la température baisse. Nous pourrions utiliser des couvertures supplémentaires et des vêtements chauds pour augmenter la température corporelle.

Expliquer le principe des fréquences respiratoires pour inclure :
Fréquences respiratoires normales
Facteurs affectant les fréquences respiratoires chez les personnes malades et bien portantes
La fréquence respiratoire est le nombre de respirations qu'un individu prend par minute. Le taux est généralement mesuré lorsque l'individu est au repos et consiste simplement à compter le nombre de respirations pendant 60 secondes en comptant le nombre de fois que la poitrine se lève et s'abaisse en 60 secondes.

Les taux respiratoires peuvent augmenter avec la maladie, d'autres conditions médicales et la fièvre. Lors de la vérification de la respiration, il est important de noter si la personne a des difficultés à respirer.

La fréquence respiratoire normale pour les adultes est de 12 à 20 respirations par minute.

Chez les individus en bonne santé, la fréquence respiratoire est affectée lors de l'exercice, de la drogue et de l'alcool. Chez les personnes malades, elle peut être affectée si elles souffrent de troubles respiratoires chroniques tels que la maladie pulmonaire obstructive chronique qui peut entraîner un essoufflement, l'asthme est un trouble inflammatoire chronique des voies respiratoires, une oppression thoracique, un essoufflement et un épisode de respiration sifflante.

Expliquez le principe de la fréquence du pouls pour inclure :
Limite de fréquence cardiaque normale
Facteurs affectant la fréquence du pouls – augmentation ou diminution
Sites de pouls sur le corps
L'exigence des résultats de l'oxymétrie de pouls
Les taux de pouls normaux sont de 60 à 100.
Une fréquence cardiaque rapide (tachycardie) peut être le résultat de notre mode de vie, de l'anxiété, des exercices, du stress et de certains troubles. Le ralentissement du rythme cardiaque (bradycardie) peut être causé par l'âge, plus on vieillit, plus le système électrique du cœur fonctionne anormalement crises cardiaques et infections cardiaques.

Il y a peu d'endroits sur le corps où l'on peut mesurer un pouls comme le poignet (radial), le cou (carotide), le dessus du pied (pédale), l'avant-bras (brachial), l'aine (fémorale) et la tempe.
L'oxymétrie de pouls est nécessaire pour vérifier l'oxygène dans le corps. Tous les organes ont besoin d'oxygène pour leur métabolisme, mais le cerveau et le cœur sont particulièrement sensibles au manque d'oxygène. Pour prévenir les conséquences de la désaturation, en utilisant l'oxymétrie de pouls, nous pouvons vérifier la quantité totale d'hémoglobine dans le corps. Nous pouvons trouver l'oxymétrie de pouls sur le bout des doigts, sauf sur le pouce comme notre propre pulsation ou lobe de l'oreille et aussi sur les orteils.
Expliquer le principe de l'indice de masse corporelle (IMC) en relation avec le contrôle du poids/alimentation.

L'IMC est la mesure de notre propre poids par rapport à notre taille. L'IMC peut aider à déterminer si nous avons un poids santé, un surpoids ou une obésité. Les individus sont également à risque de contracter de nombreuses maladies telles que les maladies cardiaques, l'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète de type 2 et certains types de cancer. Une personne ayant un IMC élevé devrait effectuer une évaluation plus approfondie en commençant par l'alimentation, le changement de mode de vie, les antécédents familiaux et l'activité physique.
Expliquer les principaux facteurs qui influencent les changements dans les mesures physiologiques.

Différents facteurs peuvent influencer les changements de mesure physiologique tels que la maladie, les infections, le stress, le mode de vie, la détérioration.

Expliquer l'importance d'effectuer des mesures physiologiques.

L'importance d'entreprendre des mesures physiologiques est de garantir l'état de santé de l'individu et est également nécessaire après la chirurgie, car les patients des unités de soins intensifs nécessitent une surveillance continue et reçoivent parfois des médicaments nécessitant une mesure physique. Nous prenons ces mesures physiologiques sur les individus pour nous assurer qu'ils fonctionnent comme ils sont censés le faire. Lorsque nous effectuons des mesures physiologiques telles que la mesure de la température, du pouls et de la respiration, nous surveillons les signes d'anomalie. Ensuite, être en mesure de tirer des conclusions sur l'état de santé de la personne et sur tout traitement dont elle pourrait avoir besoin, ce qui peut impliquer des soins médicaux ou des soins infirmiers.

RÉSULTAT 3 ÊTRE CAPABLE DE SE PRÉPARER À PRENDRE DES MESURES PHYSIOLOGIQUES.

Expliquez l'aide dont les individus peuvent avoir besoin avant de prendre leurs mesures physiologiques.

Ils peuvent avoir besoin d'aide pour être dans une certaine position, d'explications, d'être rassurés et peuvent avoir besoin d'avoir accès à du matériel.

Expliquez pourquoi il peut être nécessaire d'ajuster les vêtements d'un individu avant d'entreprendre une mesure physiologique.

Il peut être nécessaire d'ajuster les vêtements d'un individu pour obtenir une meilleure lecture de la pression artérielle, vérifiez également s'il y a une aide auditive, le cas échéant, retirez-le et attendez quelques minutes pour se refroidir et vérifiez s'il a bu avant de prendre la température.

RÉSULTAT 5 ÊTRE CAPABLE D'ENREGISTRER ET DE SIGNALER LES RÉSULTATS DES MESURES PHYSIOLOGIQUES.

Expliquer la nécessité d'enregistrer les mesures physiologiques.

Il est nécessaire d'enregistrer les mesures physiologiques pour vérifier et voir s'ils sont dans les paramètres normaux ou s'ils ont besoin d'être traités.
Expliquez quelques conditions courantes qui nécessitent l'enregistrement de mesures physiologiques.

Si une personne souffre d'hypertension, cela peut entraîner un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque. Nous devons donc surveiller et enregistrer toutes les observations sur la pression artérielle. Si vous prenez des antibiotiques pour une infection, nous surveillons et enregistrons également tout changement de la pression artérielle, de la température et de la saturation. La déshydratation peut entraîner une hypotension, alors encouragez-les à boire.


Militaire

Avant d'engager une mesure de séparation pour un ensemble d'infractions mineures à la discipline militaire ou pour des comportements répréhensibles, vous devez conseiller les soldats et prendre des mesures de réadaptation. L'autorité de séparation peut renoncer aux mesures de réadaptation (mais pas aux conseils) dans des circonstances appropriées. (Voir AR 635-200, paragraphe 1-18d.) Ces mesures préliminaires n'ont pas besoin d'être prises lorsque la base de la séparation est soit une condamnation par un tribunal civil, soit la commission d'une infraction grave.

Conseils. Lorsque la conduite d'un soldat se détériore à un niveau qui pourrait justifier sa séparation, vous devez rechercher les causes et prendre des mesures pour corriger les attitudes ou les actions du soldat. Un membre de la chaîne de commandement du soldat doit le conseiller au sujet de ses lacunes, l'informer que son inconduite continue pourrait entraîner sa séparation et l'informer des types de renvoi qui pourraient en résulter et des conséquences de chacun. Vous devez informer le sous-officier responsable (NCOIC) des problèmes et l'orienter vers le conseil et l'assistance du soldat au besoin. Vous et le NCOIC devez conserver des enregistrements écrits de toutes les séances de conseil, en utilisant le formulaire DA 4856 lorsque cela est possible.

Transfert de réadaptation. Lorsqu'un soldat ne répond pas aux conseils ou a montré qu'il ne peut pas s'entendre avec les autres membres de l'unité, vous devez le transférer dans une autre unité. Souvent, un changement de superviseurs, d'associés ou de zones de vie et de travail résoudra le problème. Si possible, le transfert doit se faire entre des unités de la taille d'un bataillon avec des fonctions à la fois dans les unités gagnantes et perdantes pendant au moins deux mois. Cela n'exclut pas la réaffectation entre la brigade ou des unités plus grandes lorsque les commandants locaux le jugent nécessaire. Ce n'est qu'en dernier recours que vous recommanderez un changement permanent de station.

Dérogations Si vous pensez qu'un transfert de réadaptation n'aidera pas un soldat, vous pouvez demander une dérogation aux mesures de réadaptation. L'autorité de séparation peut approuver une renonciation à tout moment au plus tard à la date à laquelle l'autorité de séparation approuve ou désapprouve la séparation. Lorsque vous demandez une dérogation, vous devez indiquer en détail pourquoi le soldat ne peut pas être réhabilité. (Voir AR 635-200, paragraphe 1-18d.)

OUVERTURE D'UNE PROCÉDURE DE SÉPARATION

Votre recommandation de séparation doit être basée sur votre connaissance de la personne. Le soldat ne peut pas demander une décharge pour inconduite. Vous ne devriez pas utiliser l'autorité de séparation au lieu d'une cour martiale uniquement pour empêcher les soldats de recevoir des peines plus sévères. Une mesure de séparation doit être engagée contre les soldats qui ont les problèmes de drogue suivants, à moins que d'autres mesures ne soient prises :

  • Soldats ayant le grade de sergent à sergent-major/sergent-major de commandement qui ont abusé de drogues.
  • Soldats ayant le grade de soldat par le biais d'un spécialiste/caporal qui ont abusé de drogues illégales à deux reprises.
  • Tous les soldats diagnostiqués médicalement comme toxicomanes. (Voir AR 635-200, paragraphe 14-12c.)

Examen médical. Lorsque vous initiez la séparation d'un soldat pour inconduite, autre que par condamnation par un tribunal civil, vous devez programmer le soldat pour un examen médical et une évaluation de l'état mental. (voir AR 635-200, paragraphe 1-34.) Si le Le médecin examinateur décide que le soldat ne répond pas aux normes de rétention médicale, il orientera le soldat vers une commission médicale. La GCMCA ordonnera que le soldat soit traité par les canaux d'invalidité s'il détermine que--

  • Une invalidité est la cause ou un contributeur substantiel à la cause de l'inconduite.
  • Les circonstances justifient le traitement de l'invalidité. Vous devez signaler les dossiers du soldat selon AR 600-8-2.

Rapport du commandant À la fin de l'évaluation médicale, vous devez préparer un rapport du commandant, en l'adressant par la chaîne de commandement à l'autorité de séparation. (Voir AR 635-200, paragraphes 7-21, 13-7, 14-9b, 14-15 et 15-6b.)

Counseling du juge-avocat. Après avoir préparé le rapport et rassemblé tous les documents concernant l'affaire, informer le militaire par écrit du fondement de l'action proposée et l'informer de ses droits. (Voir AR-635-200, paragraphes 2-2 et 2-4.) Vous devez alors prendre rendez-vous avec le bureau du TDS pour conseiller le soldat sur ses droits. Donnez au soldat une copie de l'intégralité de son dossier de séparation à emporter avec lui au bureau du TDS.

Les témoins. Si le soldat demande à un comité d'officiers d'entendre l'affaire, le commandant approprié veillera à ce que les témoins militaires ne soient pas transférés ou séparés avant l'audience du comité, sauf lorsqu'un engagement ou une période de service fixé par la loi expire. (Voir AR 635-200, paragraphe 2-9.)

OPTIONS DISPONIBLES POUR LES SOLDATS

Une fois recommandé pour la séparation, un soldat peut exercer des droits et des options spécifiques, comme indiqué dans les paragraphes suivants.

Planche de séparation. Sauf en cas de détention civile, un soldat a le droit d'être entendu devant une commission de séparation si le commandant initie la séparation en vertu de la--

  • Procédures du conseil d'administration. (Voir AR 635-200, paragraphe 2-4.)
  • Procédures de notification, et le soldat a au moins six années de service militaire actif et de réserve au moment de la séparation. (Voir AR 635-200, paragraphe 2-2.)

Les soldats ont le droit de comparaître devant la commission de séparation, sauf s'ils sont empêchés en raison d'un confinement civil ou d'une absence sans autorisation. Dans de tels cas, les soldats peuvent choisir d'être représentés par un avocat devant la commission. Les soldats peuvent soumettre toutes les déclarations qu'ils souhaitent voir jointes à la recommandation de séparation. Donnez aux soldats au moins trois jours de service pour consulter un avocat, un officier juge-avocat conseillera les soldats sur leurs droits.

Les soldats peuvent renoncer à tous ces droits. L'absence de réponse dans les sept jours de service constituera une renonciation. L'officier du JAG utilisera le format indiqué dans le RA 635-200, figure 2-5, pour consigner les conseils et la sélection ou la renonciation aux droits.

Conseil. Tout soldat recommandé pour la décharge pour faute, qui a demandé à comparaître devant un conseil d'officiers, a le droit d'être représenté par un--

  • Avocat civil sans frais pour le gouvernement.
  • Officier nommé du JAG ou autre avocat militaire qualifié en vertu de l'article 27(b)(l) de l'UCMJ.

Retrait des dérogations. Un soldat qui renonce à son droit de comparaître devant un conseil d'officiers, de soumettre des déclarations ou d'avoir un avocat peut retirer cette renonciation et demander ces droits à tout moment avant que l'autorité de séparation n'ordonne, n'ordonne ou n'approuve sa libération.

PROCESSUS DE SÉPARATION

Une fois que vous avez rempli un rapport et qu'un officier du JAG a conseillé le soldat, vous devez transmettre le cas par les canaux au quartier général supérieur. Si le soldat refuse de consulter un avocat, préparez une déclaration à cet effet et transmettez le dossier comme si le soldat avait consulté un avocat.

Revue de la chaîne de commandement. Acheminez la recommandation à travers la chaîne de commandement jusqu'à l'autorité de séparation. Dans les actions impliquant des cas d'inconduite, à l'exception des cas de toxicomanie, tous les commandants intermédiaires (bataillon, brigade) examineront le dossier et pourront :

  • Désapprouver l'action et la réaffectation directe.
  • Recommander la séparation pour les performances insatisfaisantes.
  • Désapprouvez la mesure d'inconduite et prenez d'autres mesures contre le soldat pour performance insatisfaisante. Seuls les commandants ayant une juridiction spéciale en cour martiale ont cette option.
  • Recommandez l'approbation et transmettez-la au commandant supérieur suivant.

Les mesures de séparation qui doivent être initiées en raison de l'abus de drogues illégales doivent être transmises par la chaîne de commandement à l'autorité de séparation pour une action appropriée.

Autorité de séparation. Pour les cas d'inconduite où une décharge dans des conditions autres qu'honorables est justifiée, l'autorité de séparation est soit la GCMCA, soit un officier général commandant avec un juge-avocat ou un conseiller juridique disponible. Un officier général ne peut cependant pas approuver une libération sur la base d'une condamnation étrangère. Le commandant qui est un SPCMCA agit en tant qu'autorité de séparation lorsqu'une décharge dans des conditions autres qu'honorables n'est pas justifiée et que la procédure de notification est utilisée. Une décharge honorable ne peut être ordonnée que lorsque le GCMCA a autorisé l'exercice de l'autorité de séparation dans l'affaire.

L'autorité de séparation compétente nomme un conseil d'administration. Lorsque le conseil a recommandé la séparation pour faute, l'autorité de séparation peut effectuer l'une des actions suivantes :

  • Rétention directe.
  • Séparation directe pour faute.
  • Séparation directe pour performance insatisfaisante ou pour quelque raison que ce soit, le soldat a reçu une notification.
  • Approuver la séparation, mais suspendre son exécution jusqu'à six mois.

Options disponibles pour les soldats. Si un soldat qui a droit à un conseil en demande un, l'autorité de séparation nommera au moins trois sous-officiers, sous-officiers ou sous-officiers expérimentés (sergent de première classe ou supérieur et de rang supérieur à l'intimé) pour tenir une audience et tirer des conclusions et des recommandations sur l'action de séparation. Les soldats ont droit à un avocat lors de cette audience et peuvent appeler des témoins et présenter des preuves en leur nom. Ils peuvent interroger les témoins appelés à témoigner. Souvent, le conseil vous appellera, vous et les membres de la chaîne de commandement du soldat, comme témoins. La décision du conseil n'est pas définitive, mais l'autorité de séparation qui nomme le conseil ne peut, après examen, prendre des mesures plus sévères que celles recommandées par le conseil.

Si le soldat est une femme ou un membre d'un groupe minoritaire, il peut demander par écrit qu'au moins un membre du conseil soit également une femme ou un membre d'une minorité. L'autorité de séparation nommera un membre du même groupe minoritaire que le défendeur ou, si l'un n'est pas disponible, nommera un membre d'un autre groupe minoritaire. Toutes les déterminations de disponibilité doivent être documentées dans le dossier de la procédure. (Voir AR 635-200, paragraphes 2-7b(3) et (5)).

Statut des soldats pendant le traitement. Il n'y a pas de limites spéciales sur les tâches que les soldats peuvent effectuer en attendant le traitement de la séparation. Étant donné que leurs enregistrements seront marqués, ils sont dans un statut non promouvable. Vous devez vous tenir au courant de l'état des procédures pour informer les soldats et répondre aux questions.

Condamnation par un tribunal civil

Les procédures et politiques régissant une cessation d'emploi pour inconduite, fondées sur une condamnation par un tribunal civil, diffèrent de celles relatives aux autres cessations d'emploi pour inconduite. Condamnation, à ces fins, signifie toute action qui décide de la question de la culpabilité et porte le pouvoir d'un État ou d'un tribunal fédéral d'imposer une peine, même si le tribunal ou les lois ne l'appellent pas une condamnation.

Lorsqu'un soldat a été condamné par un tribunal civil ou lorsqu'une action en justice a été engagée qui équivaut à un verdict de culpabilité (y compris les jugements dans les procédures pour mineurs), l'autorité de séparation peut licencier le soldat si l'infraction répond à l'un des deux critères suivants :

  • Une libération punitive serait autorisée pour la même infraction ou une infraction étroitement liée en vertu du MCM, ou
  • La peine prononcée par les autorités civiles comprend l'emprisonnement pendant six mois ou plus, sans égard à la suspension ou à la probation.

L'autorité de séparation prend la décision finale de décharge. L'autorité de séparation donne généralement une décharge dans des conditions autres qu'honorables, mais peut donner un certificat de décharge honorable ou générale ou une séparation de niveau d'entrée lorsque le dossier global du soldat le mérite. (Voir AR 635-200, chapitre 3, section III.)

ACTIONS PRÉLIMINAIRES

Les soldats susceptibles d'être démobilisés en vertu de l'AR 635-200 seront pris en considération et, le cas échéant, traités pour être démobilisés, même si un appel est en instance ou déposé ultérieurement. Toutefois, l'exécution d'une décharge doit être suspendue jusqu'à ce que l'un des événements suivants se produise :

  • Un appel est complet.
  • Le militaire déclare par écrit qu'il n'a pas l'intention de faire appel.
  • Le délai pour faire appel expire ou la durée de service du soldat expire, selon la première éventualité.

Vous décidez d'initier des actions de séparation, cette initiation n'est pas obligatoire. Les soldats n'ont pas le droit de demander leur libération. L'autorité de séparation peut décider de ne pas séparer un soldat si les circonstances le justifient et si les autorités civiles n'ont imposé au soldat aucune restriction susceptible d'entraver l'exercice de ses fonctions.

Lorsqu'il envisage des cessations d'emploi, prendre les mesures prévues dans la procédure du conseil d'administration (AR 635-200, paragraphe 2-4) la procédure de notification (AR 635-200, paragraphe 2-2) est autorisée si la qualification de service dans des conditions autres qu'honorables n'est pas justifié. L'AR-635-200, chapitre 2, section IV, prescrit des mesures supplémentaires à prendre lorsque les soldats sont confinés ou échappent au contrôle militaire en raison de leur absence non autorisée.

Vos devoirs sont les mêmes en cas de condamnation par un tribunal civil qu'en cas d'inconduite. Les militaires confinés par les autorités civiles peuvent consulter un JAG par correspondance. Vous informerez le soldat d'une action de séparation et des droits du soldat. Vous remettrez personnellement cet avis au militaire ou l'enverrez par courrier certifié avec accusé de réception demandé. Vous avisez ensuite le soldat qu'il doit vous aviser d'une élection de droits avant une date déterminée (au moins 30 jours à compter de la date de réception de l'avis). Si le soldat ne répond pas, traitez l'action de séparation comme si le soldat avait renoncé à ses droits.

OPTIONS DISPONIBLES AUX SOLDATS.

Une fois que vous décidez de recommander la libération, les soldats peuvent exiger les droits et options spécifiques abordés dans les paragraphes suivants.

Planche de séparation. Lorsque les soldats sont sous contrôle militaire, les procédures de la commission de séparation sont les mêmes que pour les cas d'inconduite. Lorsque les militaires ayant droit à une commission administrative sont confinés par les autorités civiles, ils seront avisés que l'audition par une commission d'officiers se déroulera en leur absence, ils perdent leur droit de comparaître devant la commission.

Conseil. Le droit de représentation devant une commission de séparation est le même que pour un licenciement pour faute. Si les soldats sont confinés par les autorités civiles et incapables d'assister aux procédures, ils seront toujours représentés par un avocat.

Processus de séparation. Les procédures de traitement d'une recommandation de séparation sont les mêmes pour une condamnation civile que pour une inconduite. Les cas seront traités par la chaîne de commandement jusqu'à l'autorité de séparation.

Performance insatisfaisante

Les soldats peuvent être séparés en vertu des dispositions de l'AR 635-200, chapitre 13, lorsqu'ils ne sont pas qualifiés pour un service militaire ultérieur en raison de performances insatisfaisantes. Les soldats séparés pour des performances insatisfaisantes recevront des certificats de décharge honorable ou générale, comme le justifient leurs dossiers militaires. L'autorité de séparation spécifiée au RA 635-200, paragraphe 1-21, décide des rejets.

ACTIONS PRÉLIMINAIRES

Conseils. Avant d'entreprendre des actions de séparation pour performance insatisfaisante, vous devez conseiller les soldats et prendre des mesures de réadaptation. Ces procédures sont les mêmes que celles applicables aux cessations de service pour un ensemble d'infractions mineures à la discipline militaire et pour d'autres actes ou types d'inconduite.

Ouverture d'une procédure de séparation. Basez vos recommandations de séparation sur la connaissance de chaque soldat et ses performances. Les soldats ne peuvent pas demander une séparation de performance insatisfaisante. Après avoir recommandé la libération des soldats pour performance insatisfaisante, suivez les mêmes procédures que pour les séparations pour inconduite.

OPTIONS DISPONIBLES AUX SOLDATS

Les soldats dont la libération est recommandée pour des performances insatisfaisantes et qui ont au moins six ans de service actif et de réserve au moment où l'action de séparation est déclenchée ont droit, sur demande, à une audience devant une commission administrative de séparation. Leur droit à l'assistance d'un avocat est le même que pour les cessations d'emploi pour inconduite.

PROCESSUS DE SÉPARATION

La SPCMCA fait office d'autorité de séparation et convoquera une commission administrative de séparation si nécessaire. Si une audience n'est pas requise ou si un soldat renonce à son droit à une audience, l'autorité de séparation peut être l'une des suivantes :

  • Un commandant ayant le grade de lieutenant-colonel ou supérieur.
  • Un commandant ayant le grade de major sur une liste approuvée de promotion recommandée commandant une unité a autorisé un lieutenant-colonel ou supérieur.

Difficulté et dépendance

Quelle que soit la rigueur du processus de sélection, l'armée accepte les personnes qui, en raison de difficultés ou de dépendance à la maison, devraient être renvoyées avant leur ETS. Ces soldats n'essayent pas de se dérober à leurs obligations, mais ont un conflit d'exigences que la décharge résoudra le mieux. Ils aborderont généralement vous ou leur premier sergent avec ce problème, et vous prendrez la première mesure dans le traitement de la demande.

Toute dépendance ou difficulté suffisante pour justifier une libération doit être survenue après que le soldat est entré en service actif ou avoir été aggravée à l'excès depuis l'entrée en service actif. La situation doit être permanente, c'est-à-dire plus qu'une maladie mineure ou une mise à pied temporaire.

Un accident de voiture peut avoir tué le père d'un soldat et laissé la mère handicapée. Les deux plus jeunes enfants à la maison n'ont aucun parent disposé à être leurs tuteurs. Dans ce cas, le soldat pouvait raisonnablement prétendre à la dépendance. Les personnes qu'un soldat peut réclamer comme personnes à charge pour une décharge de dépendance comprennent généralement les parents, le conjoint et les frères et sœurs plus jeunes. (Voir AR 635-200, paragraphe 6-5a.)

Un changement de revenu ou un inconvénient causé par le service militaire n'indique pas nécessairement des difficultés. L'existence de ces circonstances, cependant, n'empêche pas la séparation pour cause de dépendance ou de difficultés, à condition que la demande réponde aux critères susmentionnés. Par exemple, un soldat peut être le seul enfant d'un agriculteur dans une région où l'aide agricole n'est pas disponible ou dans les moyens de la famille. L'agriculteur est définitivement handicapé à la suite d'un accident après l'enrôlement du soldat et ne peut plus travailler suffisamment la ferme pour entretenir la famille sans le soldat. Aucun autre membre de la famille n'est en mesure d'aider. Dans ce cas, le militaire pourrait raisonnablement prétendre à une épreuve survenue depuis son entrée en service et qui justifie la séparation.

ACTIONS PRÉLIMINAIRES

Lorsque les soldats ont une situation familiale qui crée un conflit entre leur obligation militaire et leur devoir envers la famille, ils doivent vous en informer. Vous devez agir immédiatement pour aider. Par conséquent, les soldats n'agiront pas de manière stupide ou immature, comme aller AWOL, créant ainsi un plus grand problème à la fois pour eux-mêmes et pour l'armée.

En tant que commandant d'unité, vous devez d'abord en apprendre le plus possible sur la situation. Ensuite, vous devriez rechercher des alternatives à la décharge qui pourraient alléger les difficultés ou la dépendance jusqu'à ce que le soldat STE normal. La décharge doit être considérée comme un dernier recours.

Aide financière. Dans de nombreux cas, un allégement financier temporaire atténuera les difficultés à court terme, permettant au soldat de terminer son service. Les banques locales ou les coopératives de crédit offrent des prêts, mais les conditions d'intérêt et de remboursement sont souvent prohibitives. Le fonds Army Emergency Relief (AER) offre un moyen moins onéreux d'aide financière aux soldats qualifiés. Les prêts AER n'ont pas de frais d'intérêt et peuvent être remboursés en petites attributions mensuelles. Si le soldat ne peut pas rembourser un prêt sans créer de difficultés supplémentaires, l'ARE peut autoriser une subvention. Dans certaines situations, l'ARE proposera un ensemble de prêts et de subventions. (Voir AR 930-4, paragraphe 2-4.) Le AR 930-4, paragraphe 2-10, détaille les conditions d'approbation d'un prêt ou d'une subvention, le paragraphe 2-11 détaille les conditions de refus.

Quitter. Dans d'autres cas, la brève présence d'un soldat à la maison permettra à la famille de s'arranger pour remédier à la situation jusqu'à l'ETS du soldat. Si le soldat a suffisamment de congés accumulés, il devrait être autorisé à les utiliser à cette fin. S'il n'a pas suffisamment de congés accumulés, vous pouvez autoriser une avance pouvant aller jusqu'à 45 jours, selon le temps qu'il reste à l'enrôlement du soldat.

Un congé anticipé est autorisé pour permettre aux soldats de résoudre des problèmes personnels, d'urgence ou de moral. (Voir AR 630-5, paragraphe 5-l.) Si le soldat a besoin de plus de temps que ne le permet l'avancement du congé, un commandant de toute unité autorisé un commandant ayant le grade de lieutenant-colonel ou plus (bataillon, brigade) peut accorder un congé sans Payer. Le congé maximum autorisé est normalement de 60 jours pour une absence, y compris les congés accumulés et avancés. (Voir AR 630-5, paragraphe 5-2.) Enfin, vous pouvez autoriser jusqu'à 30 jours de congé d'urgence en cas de décès ou de blessure grave d'un membre de la famille. (Voir AR 630-5, paragraphes 6-1 et 6-4.)

PROCESSUS DE SÉPARATION

Si un soldat pense que la seule solution à un problème familial est sa libération de l'armée, il peut demander par écrit sa libération, en joignant une preuve de difficultés ou de dépendance. La preuve sera généralement un affidavit et doit répondre aux exigences du RA 635-200, paragraphe 6-7. Dans certains cas, vous pouvez autoriser le soldat à rentrer chez lui pour obtenir les déclarations et rapports nécessaires à l'appui de sa demande. Une fois la demande complétée, le militaire doit vous la soumettre. Vous l'examinez pour voir s'il répond aux exigences réglementaires, puis ajoutez une approbation recommandant l'approbation ou la désapprobation. Cet avenant comprendra également toutes les informations requises par la RA 635-200, paragraphe 6-6b. Transmettez la demande à l'autorité de séparation pour examen et action finale.

Enrôlements ou intronisations annulés et annulables

De temps en temps, l'armée enrôle ou intronise des jeunes hommes et femmes en dessous de l'âge légal pour le service militaire. Selon la situation, l'enrôlement peut être nul ou annulable au choix de l'armée. Si l'enrôlement est nul, l'armée n'a aucune autorité sur l'individu. Si l'enrôlement est annulable, l'armée peut renvoyer ou retenir le soldat. Les mêmes règles s'appliquent aux inductions nulles et annulables lorsqu'un statut d'induction est en vigueur. Si vous découvrez qu'un mineur est enrôlé ou intronisé, votre premier devoir est de déterminer les faits de l'affaire. AR 635-200, paragraphe 7-5, énumère les documents nécessaires. Après avoir déterminé si un enrôlement ou une induction est nul ou annulable, signalez la situation à l'autorité de séparation.

ENREGISTREMENTS

Un enrôlement dans l'armée est un accord contractuel qui confère à une personne le statut militaire et la soumet à l'UCMJ. Les lois fédérales régissent cet accord.

Le Code des États-Unis stipule qu'aucune personne de moins de 17 ans ne peut être enrôlée pour le service militaire. Par conséquent, tout enrôlement d'une personne de moins de 17 ans qui n'a pas atteint cet âge entre-temps est nul et la personne sera libérée de l'armée. Étant donné que l'individu n'a jamais été à proprement parler un membre de l'armée, vous ne pouvez pas recommander une décharge. Au lieu de cela, vous ordonnez que la personne soit libérée de la garde et du contrôle de l'armée. (Voir AR 635-200, paragraphe 72D9.)

La loi fédérale exige en outre le consentement des parents pour l'enrôlement de toute personne âgée de 17 ans. Si une personne s'est enrôlée alors qu'elle avait moins de 17 ans mais a entre-temps atteint cet âge, ou si une personne s'est enrôlée à l'âge de 17 ans sans le consentement de ses parents, l'enrôlement est annulable. À moins que le soldat ne soit accusé d'une infraction grave commise après avoir atteint l'âge de 17 ans, l'autorité de séparation libérera le soldat pour minorité à la demande des parents ou des tuteurs. Les parents ou tuteurs doivent présenter une demande dans les 90 jours suivant l'enrôlement, et la preuve doit montrer que le soldat a moins de 18 ans et qu'il s'est enrôlé sans le consentement écrit des parents ou tuteurs.

INTRODUCTION

L'intronisation d'une personne dans l'armée n'est pas un accord contractuel mais l'accomplissement d'une obligation de citoyenneté. La loi sur le service sélectif définit les conditions d'admission. Aucun statut d'intronisation n'est actuellement en vigueur.

Abus d'alcool ou de drogues

Vous pouvez initier la séparation d'un soldat enrôlé si vous déterminez qu'il s'agit d'un échec de réadaptation pour abus d'alcool ou de drogue. La séparation est basée sur l'utilisation illégale, illicite ou inappropriée par le soldat de toute substance contrôlée, alcool ou autre drogue pendant son inscription à l'ADAPCP. Un militaire ayant moins de six ans de service militaire actif et de réserve n'a pas droit à une commission de séparation administrative. Il a droit aux protections de la politique d'utilisation limitée, conformément à l'AR 600-85, chapitre 6. L'AR 635-200, chapitre 9, énonce des règles et des procédures précises pour la séparation d'un agresseur d'alcool ou de drogues.

Objection de conscience

Depuis 1864, le Congrès a autorisé des exemptions de projet pour les personnes consciencieusement opposées à la participation à la guerre. Depuis 1962, les officiers et les soldats enrôlés sont autorisés à demander leur libération sur la base de l'objection de conscience à la guerre formée après leur entrée dans l'armée.

Les soldats peuvent demander leur libération si, en raison de leur formation ou de leurs convictions religieuses, ils ont des objections fermes, fixes et sincères à participer à la guerre sous quelque forme que ce soit ou à porter des armes. Une opposition fondée uniquement sur des considérations politiques, le pragmatisme ou l'opportunité n'est pas suffisante, pas plus qu'une objection à une seule guerre ou à un seul type de guerre.

Les soldats ne peuvent pas demander leur libération en raison de convictions d'objection de conscience avant d'entrer dans l'armée mais qu'ils n'ont pas fait connaître avant l'intronisation ou l'enrôlement. Ils ne peuvent pas demander la libération si le Service Sélectif a précédemment refusé leur demande d'exemption. De telles croyances doivent avoir surgi pendant que les soldats étaient en service actif, bien que ces croyances puissent être basées sur des expériences, une formation et une éducation qui ont eu lieu avant l'entrée dans le service.

PROCESSUS DE SÉPARATION

Le processus de séparation comprend--

  • Votre examen de la demande du soldat.
  • Entretiens du militaire par un aumônier et un psychiatre.
  • Examen par la chaîne de commandement.

Examen par le commandant d'unité. Effectuez la première action sur la demande de décharge. Après avoir reçu une demande d'un soldat, examinez-la pour vous assurer qu'elle contient toutes les informations requises par l'AR 600-43. Si des informations sont manquantes, retournez la demande au soldat pour correction. Si vous pensez que le militaire n'a pas exposé un cas valable, vous ne pouvez cependant pas refuser de traiter la demande.

Entretiens. Vous devez prendre des dispositions pour qu'un aumônier et un psychiatre interrogent le soldat. Ils joindront leurs rapports à la demande. Vous transmettrez ensuite le dossier au commandant exerçant le pouvoir spécial de convocation de la cour martiale. À son tour, il nommera un agent pour enquêter sur la réclamation. L'officier nommé sera capitaine ou supérieur et connaîtra les politiques et procédures d'objection de conscience.

Examen de la chaîne de commandement. Après les entrevues et les auditions, vous devez à nouveau examiner le dossier et agir comme l'exige le RA 600-43, paragraphe 2-6. Vous transmettez ensuite le dossier par la chaîne de commandement au commandant exerçant le pouvoir de convocation de la cour martiale générale. Ce commandant approuvera l'action ou la transmettra au ministère de l'Armée s'il recommande la désapprobation.

Statut des soldats pendant le traitement. Pendant le traitement de la demande, le soldat sera retenu dans l'unité et affecté à des tâches qui entrent le moins possible en conflit avec ses convictions déclarées.

OPTIONS DISPONIBLES AUX SOLDATS.

Une fois que les soldats ont demandé leur libération, ils ont plusieurs droits que le commandant doit protéger. Ils ont le droit d'être entendus par un officier ayant au moins le grade de capitaine qui connaît les règlements et les politiques. Les soldats n'ont pas droit à un avocat militaire lors de cette audience, mais ils peuvent être représentés par un avocat civil à leurs frais.

Bon du service

Les soldats peuvent demander la libération pour le bien du service si--

  • Des accusations en cour martiale ont été signées et assermentées contre eux pour une infraction avec une peine maximale qui comprend soit une décharge pour mauvaise conduite ou une décharge déshonorante en vertu de l'UCMJ et du MCM, ou
  • Renvoi des accusations de cour martiale à une cour martiale autorisée à prononcer une libération punitive, lorsqu'aucune des accusations n'inclut individuellement une libération punitive dans le cadre de la peine, et les dispositions d'escalade du RCM 1003(d), MCM, sont utilisées pour renforcer la punition.

Dans la plupart des cas, les soldats décident de soumettre une telle demande après s'être vu attribuer un avocat, l'avocat s'occupant de la plupart des formalités administratives.

Vous avez également certaines responsabilités dans le traitement des demandes de décharge. Vous devez coopérer à la collecte des documents qui doivent être joints aux demandes de libération. Le militaire et son avocat vous soumettront la demande complétée. Vous recommanderez l'approbation ou la désapprobation, en fonction de la gravité de l'infraction et du dossier du soldat, et la transmettrez par l'intermédiaire de la chaîne de commandement au commandant ayant l'autorité générale de la cour martiale. (AR 635-200, paragraphe 10-7, fournit des critères pour déléguer l'autorité d'approbation pour les demandes du chapitre 10 dans certains cas AWOL). L'autorité de convocation de la cour martiale générale statuera en dernier ressort sur la demande de libération. (Voir AR 635-200, chapitre 10.)

Commodité du gouvernement

Seul le secrétaire de l'armée peut approuver et ordonner une séparation pour la commodité du gouvernement, mais souvent cette autorité est déléguée aux commandants. Cette séparation est caractérisée comme honorable ou générale ou comme une séparation de niveau d'entrée. Un soldat peut recevoir une séparation pour la commodité du gouvernement pour--

  • Incapacité à remplir les obligations militaires en raison d'obligations parentales.
  • Statut d'étranger illégal.
  • Dissimulation d'un dossier d'arrestation.
  • Incapacité à respecter les normes d'aptitude médicale d'approvisionnement.
  • Trouble de la personnalité.
  • Statut de fils ou de fille survivant.
  • Non-respect des normes de contrôle de la composition corporelle/du poids de l'armée.
  • Poursuite de l'éducation.
  • Défaut de se qualifier médicalement pour la formation au pilotage.

Entrée frauduleuse

Les soldats peuvent être séparés pour enrôlement ou réenrôlement en utilisant la dissimulation frauduleuse, l'omission ou la fausse déclaration d'un fait important. Ce fait aurait pu entraîner le rejet du soldat si l'armée l'avait su et l'avait considéré au moment de son enrôlement ou de son réenrôlement. L'autorité de séparation peut annuler l'entrée frauduleuse et émettre des ordres de libération du soldat de l'armée, elle peut traiter le soldat selon la procédure de notification (AR 635-200, paragraphe 2-2) et accorder une décharge honorable ou générale ou elle peut traiter le soldat dans le cadre de la procédure du conseil d'administration (AR 35-200, paragraphe 2-4) et ordonner une décharge dans des conditions autres qu'honorables. S'ils sont cachés pour s'enrôler, les faits importants qui peuvent justifier la libération sont-

  • Service préalable.
  • Statut de citoyenneté.
  • Condamnation par un tribunal civil.
  • Dossier juvénile.
  • Défauts médicaux.
  • Enregistrement d'AWOL ou de désertion.
  • L'homosexualité avant service.
  • Fausse déclaration d'intention en ce qui concerne la garde légale des enfants.
  • Fausse identité.

Le RA 635-200, chapitre 7, section V, traite des règles et procédures spécifiques.

Homosexualité

L'homosexualité est incompatible avec le service militaire Les soldats homosexuels seront séparés. Les motifs comprennent les actes homosexuels antérieurs, antérieurs ou actuels, les aveux d'homosexualité ou de bisexualité, ou les mariages homosexuels. Si vous avez des preuves crédibles de l'existence d'une base de séparation, vous enquêterez. Si vous déterminez qu'il existe une cause probable de séparation, vous devez engager une action de séparation. Le militaire a droit aux protections des procédures du conseil d'administration conformément à l'AR 635-200, paragraphe 2-4. Le RA 635-200, chapitre 15, traite des règles et procédures spécifiques.

TYPES DE SÉPARATIONS

Les dossiers militaires des soldats déterminent la caractérisation du service ou la description de la séparation qu'ils reçoivent, y compris le comportement et les performances au cours de leur enrôlement actuel et toute prolongation prescrite par la loi ou la réglementation ou effectuée avec leur consentement. Les séparations administratives peuvent être caractérisées ou décrites comme--

  • Honorable.
  • Général, dans des conditions honorables.
  • Dans des conditions autres qu'honorables.
  • Séparations d'entrée de gamme.

L'AR 635-200, chapitre 3, donne des critères pour caractériser ou décrire une séparation.

Décharge honorable

Une décharge honorable est une séparation avec honneur. La qualification honorable est appropriée lorsque la qualité du service du soldat a généralement satisfait aux normes de conduite et d'exécution du devoir acceptables, ou est par ailleurs si méritoire que toute autre qualification sera clairement inappropriée. L'autorité de séparation doit tenir compte de l'âge, de la durée de service, du grade, des décorations personnelles et des aptitudes générales du soldat. Des incidents isolés d'inconduite mineure peuvent être ignorés si le modèle général de service d'un soldat est bon. Aucun nombre spécifique de mesures disciplinaires n'empêche un soldat de recevoir une décharge honorable.

Décharge générale dans des conditions honorables

Une décharge générale est une séparation dans des conditions honorables. Recommander une décharge générale est approprié si le dossier militaire d'un soldat est satisfaisant mais ne mérite pas une décharge honorable. Encore une fois, un nombre spécifique de mesures disciplinaires n'est pas un critère automatique pour une décharge générale, vous devez faire preuve de discrétion. Un soldat qui reçoit une décharge générale pourrait trouver plus difficile d'obtenir un bon emploi civil. Une décharge générale ne peut être délivrée à un militaire que si le motif de la séparation du soldat permet spécifiquement une telle décharge.

Décharge dans des conditions autres qu'honorables

Une décharge à des conditions autres qu'honorables est la moins favorable des décharges administratives. Cela peut priver un soldat de la plupart des avantages accordés aux anciens combattants et peut causer de grandes difficultés à trouver un emploi civil. Seuls peuvent autoriser une telle décharge :

  • Un commandant exerçant une cour martiale générale.
  • Un officier général commandant avec un juge-avocat ou un conseiller juridique disponible.
  • Dans des situations limitées, un commandant exerçant l'autorité spéciale d'une cour martiale. (Voir 635-200, paragraphe 1-21.)

Le soldat doit avoir la possibilité de présenter son cas à un conseil d'officiers avant que la décharge puisse être autorisée. Elle peut être autorisée sans intervention du conseil si le soldat demande une révocation pour le bien du service ou échappe au contrôle militaire en raison d'une absence prolongée et non autorisée.

Séparation d'entrée de gamme

La séparation au niveau d'entrée est accordée à un soldat dans les 180 premiers jours de service actif continu honorable si une décharge dans des conditions autres qu'honorables n'est pas justifiée et que le secrétaire de l'armée n'autorise pas une décharge honorable.


Commutation d'étiquettes multiprotocoles (MPLS)

Deep Medhi , Karthik Ramasamy , dans Routage réseau (deuxième édition) , 2018

22.4.4 Protocoles de routage dans GMPLS

Le rôle et l'utilisation d'un protocole de routage dans GMPLS sont principalement de permettre l'ingénierie du trafic des réseaux orientés connexion basés sur GMPLS. Deux points importants à noter sont les suivants :

Les réseaux basés sur GMPLS nécessitent un cadre basé sur l'état des liens pour communiquer l'état des liens.

L'algorithme de calcul de chemin réel n'a pas besoin d'être dans la portée de ces protocoles de routage.

Vous vous souviendrez peut - être que nous avons fait les points ci - dessus sur les protocoles de routage d' état de liens plus tôt dans le chapitre 3 . Étant donné que GMPLS peut être utilisé pour différentes technologies, les protocoles de routage doivent être quelque peu génériques pour pouvoir être utilisés dans n'importe laquelle de ces technologies. Dans le même temps, il existe des cadres de protocoles de routage qui peuvent être applicables, par exemple, OSPF et IS-IS. Pour satisfaire les exigences d'ingénierie du trafic, des extensions à OSPF/IS-IS ont été développées. Cependant, tout d'abord, nous devons noter qu'un « lien » dans un réseau GMPLS peut ne pas être nécessairement un lien physique. Selon la technologie, il peut chevaucher une autre technologie physique, ce qui sera discuté plus tard dans le contexte de la mise en réseau multicouche. Deuxièmement, un LSP qui a été configuré peut servir de lien point à point pour d'autres nœuds. Troisièmement, une notion de protection sur un lien peut être utile pour communiquer ce qui peut être utilisé par le module de calcul du chemin de routage. Ainsi, en général, il est plus sûr de se référer à un lien dans le contexte du routage GMPLS comme un lien TE. Étant donné que dans GMPLS, les plans de contrôle et de données sont complètement séparés, des identifiants appropriés doivent être utilisés pour que la fin d'un lien puisse être identifiée, ce qui est discuté plus loin dans la section 22.4.5 .

L'extension GMPLS de l'ingénierie du trafic d'un protocole de routage repose sur les extensions d'ingénierie du trafic MPLS. Par exemple, les sous-TLV discutés précédemment pour MPLS, tels que la bande passante de liaison maximale, sont toujours applicables. En outre, les nouveaux types de sous-TLV suivants ont été définis comme suit :

Identifiants locaux/distants de lien pour fournir la prise en charge des liens non numérotés

Prise en charge de la protection de liaison pour annoncer la capacité de protection disponible pour une liaison, cela peut être utile pour le calcul du chemin. Les valeurs typiques sont non protégées, partagées, dédiées 1 + 1 et dédiées 1:1

Descripteur de capacité de commutation d'interface pour identifier les capacités de commutation modulaire généralisées (voir Tableau 22.3)

Identification du groupe de liaisons à risques partagés (SRLG) : ce problème provient de la mise en réseau multicouche, car plusieurs liaisons TE à une couche particulière peuvent utiliser la même « liaison » à une couche inférieure, comme au niveau de la fibre. Alternativement, une liaison TE peut appartenir à plusieurs SRLG. Ces informations peuvent également être utilisées pour le calcul du chemin. Nous décrirons les SRLG en détail plus tard dans le contexte de la mise en réseau multicouche.

Nous allons maintenant brièvement mettre en évidence certaines des extensions d'OSPF et d'IS–IS.

Extension OSPF et IS–IS

Pour permettre l'échange d'informations de liaison TE, OSPF utilise à nouveau le opaque LSA—c'est la même chose que pour MPLS. C'est-à-dire que pour l'utilisation de TE, une valeur de type Opaque de 10 est spécifiquement attribuée, ce LSA est connu sous le nom de TE LSA. Du point de vue du codage des informations, un TE LSA utilise un TLV de niveau supérieur ainsi que des sous-TLV imbriqués, si nécessaire, pour un identifiant de lien non numéroté, un type de protection de lien, un SRLG, etc. Les sous-TLV incluent alors les informations d'extension décrites ci-dessus. Notez qu'il s'agit d'une norme en constante évolution pour une liste à jour des sous-TLV pour TE, reportez-vous à [396] .

Dans IS-IS, tout le codage des informations de routage est toujours effectué à l'aide de TLV. Ainsi, pour GMPLS, de nouveaux TLV TE ont été définis pour capturer des informations telles que les informations de protection, les SRLG, etc., que nous avons répertoriées plus haut dans cette section (voir également le tableau 6.2 au chapitre 6 ). Une liste à jour des TLV définis peut être trouvée à [395] .


Liste de contrôle Web

L'IBM Web Accessibility Checklist version 5.2 intègre les exigences de la section 508 et de la recommandation Web Content Accessibility Guidelines 2.0 (WCAG 2.0) datée du 12 décembre 2008.

1.1a : Textes alternatifs
Tout le contenu non textuel qui est présenté à l'utilisateur a une alternative textuelle qui sert le but équivalent.

1194.22 (a) Un équivalent textuel pour chaque élément non textuel doit être fourni (par exemple, via "alt", "longdesc", ou dans le contenu de l'élément).

1.1.1 Contenu non textuel : tout contenu non textuel présenté à l'utilisateur a une alternative textuelle qui sert le même objectif, à l'exception des situations énumérées ci-dessous. (Niveau A)

Contrôles, saisie : tout le contenu non textuel présenté à l'utilisateur a une alternative textuelle qui sert le même objectif, à l'exception des situations répertoriées ci-dessous. (Niveau A)

Média temporel : si le contenu non textuel est un média temporel, alors les alternatives textuelles fournissent au moins une identification descriptive du contenu non textuel. (Reportez-vous à la directive 1.2 pour les exigences supplémentaires relatives aux supports.)

Test : si le contenu non textuel est un test ou un exercice qui serait invalide s'il était présenté sous forme de texte, alors les alternatives textuelles fournissent au moins une identification descriptive du contenu non textuel.

Sensoriel : Si le contenu non textuel est principalement destiné à créer une expérience sensorielle spécifique, alors les alternatives textuelles fournissent au moins une identification descriptive du contenu non textuel.

CAPTCHA : si le but du contenu non textuel est de confirmer que le contenu est accessible par une personne plutôt que par un ordinateur, des alternatives textuelles qui identifient et décrivent le but du contenu non textuel sont fournies, et des formes alternatives de CAPTCHA utilisant des modes de sortie pour différents types de perception sensorielle sont fournis pour s'adapter à différents handicaps.

Décoration, formatage, invisible : si le contenu non textuel est purement décoratif, n'est utilisé que pour le formatage visuel ou n'est pas présenté aux utilisateurs, il est alors mis en œuvre de manière à pouvoir être ignoré par la technologie d'assistance.

1.1b : Contenu non textuel
Une étiquette descriptive est fournie pour les médias temporels, y compris le contenu audio en direct et vidéo en direct uniquement. Le contenu non textuel utilisé pour confirmer que le contenu est accessible par une personne plutôt que par un ordinateur est disponible sous différentes formes pour s'adapter à plusieurs handicaps.

1.1.1 Contenu non textuel : tout contenu non textuel présenté à l'utilisateur a une alternative textuelle qui sert le même objectif, à l'exception des situations énumérées ci-dessous. (Niveau A)

Voir 1.1.1 ci-dessus pour le texte complet de la directive.

1.1c : images cliquables
Des images cliquables côté client sont utilisées et un texte alternatif est fourni pour les points chauds d'images cliquables. Des liens textuels équivalents sont fournis si une image cliquable côté serveur est utilisée.

1194.22 (e) Des liens de texte redondants doivent être fournis pour chaque région active d'une image cliquable côté serveur.

1194.22 (f) Les images cliquables côté client doivent être fournies à la place des images cliquables côté serveur, sauf lorsque les régions ne peuvent pas être définies avec une forme géométrique disponible.

1.2a : Légendes
Des sous-titres sont fournis pour le multimédia préenregistré.

1194.22 (b) Des alternatives équivalentes pour toute présentation multimédia doivent être synchronisées avec la présentation.

1.2.2 Sous-titres (préenregistrés) : des sous-titres sont fournis pour tout le contenu audio préenregistré sur un support synchronisé, sauf lorsque le support est une alternative multimédia au texte et est clairement étiqueté comme tel. (Niveau A)

1.2b : Audio et vidéo (préenregistrés)
Une alternative pour un média basé sur le temps ou une description audio du contenu vidéo préenregistré est fournie pour le média synchronisé, sauf lorsque le média est une alternative média pour le texte et est clairement étiqueté comme tel.

1194.22 (b) Des alternatives équivalentes pour toute présentation multimédia doivent être synchronisées avec la présentation.

1.2.1 Audio uniquement et vidéo uniquement (préenregistré) : pour les médias préenregistrés uniquement audio et vidéo uniquement préenregistrés, les éléments suivants sont vrais, sauf lorsque l'audio ou la vidéo est une alternative multimédia au texte et est clairement étiqueté comme tel : (Niveau A)

Audio préenregistré uniquement : une alternative aux médias temporels est fournie et présente des informations équivalentes pour le contenu audio uniquement préenregistré.

Vidéo préenregistrée uniquement : soit une alternative aux médias temporels, soit une piste audio est fournie qui présente des informations équivalentes pour le contenu vidéo préenregistré uniquement.

1.2.3 Description audio ou média alternatif (préenregistré) : une alternative au média temporel ou à la description audio du contenu vidéo préenregistré est fournie pour les médias synchronisés, sauf lorsque le média est une alternative média au texte et est clairement étiqueté comme tel. (Niveau A)

1194.22 (b) Des alternatives équivalentes pour toute présentation multimédia doivent être synchronisées avec la présentation.

1.2.4 Sous-titres (en direct) : des sous-titres sont fournis pour tout le contenu audio en direct sur des supports synchronisés. (Niveau AA)

Noter: Ceci est une exigence AA dans WCAG 2.0

AA1.2.4 Sous-titres (en direct) Les sous-titres sont fournis pour tout le contenu audio en direct sur des supports synchronisés.
Remarque : la conformité au point de contrôle Web 1.2c : Live Multimedia, répond à cette exigence WCAG 2.0 niveau AA.

1194.22 (b) Des alternatives équivalentes pour toute présentation multimédia doivent être synchronisées avec la présentation.

1.2.4 Sous-titres (en direct) : des sous-titres sont fournis pour tout le contenu audio en direct sur des supports synchronisés. (Niveau AA)

AA1.2.5 Description audio
Une description audio est fournie pour tout le contenu vidéo préenregistré sur un support synchronisé.

1.2.5 Description audio (préenregistrée) : une description audio est fournie pour tout le contenu vidéo préenregistré sur un support synchronisé. (Niveau AA)

1.3a : Informations et relations
Les informations, la structure et les relations véhiculées par la présentation peuvent être déterminées par programme ou sont disponibles dans le texte.

1.3.1 Informations et relations : les informations, la structure et les relations véhiculées par la présentation peuvent être déterminées par programme ou sont disponibles dans le texte. (Niveau A)

1.3c : Séquence significative
Lorsque la séquence dans laquelle le contenu est présenté affecte sa signification, une séquence de lecture correcte peut être programmée

1.3.2 Séquence significative : Lorsque la séquence dans laquelle le contenu est présenté affecte sa signification, une séquence de lecture correcte peut être déterminée par programmation. (Niveau A)

1.3d : Formulaires
Les étiquettes des éléments de formulaire peuvent être déterminées par programmation.

1194.22 (n) Lorsque les formulaires électroniques sont conçus pour être remplis en ligne, le formulaire doit permettre aux personnes utilisant une technologie d'assistance d'accéder aux informations, aux éléments de champ et aux fonctionnalités nécessaires pour remplir et soumettre le formulaire, y compris toutes les instructions et les indices.

1.3.1 Informations et relations : les informations, la structure et les relations véhiculées par la présentation peuvent être déterminées par programme ou sont disponibles dans le texte. (Niveau A)

1.3e : Tableaux
Les cellules du tableau et les relations entre les cellules peuvent être déterminées par programmation.

1194.22 (g) Les en-têtes de ligne et de colonne doivent être identifiés pour les tableaux de données.

1194.22 (h) Le balisage doit être utilisé pour associer des cellules de données et des cellules d'en-tête pour les tableaux de données qui ont deux niveaux logiques ou plus d'en-têtes de ligne ou de colonne.

1.3.1 Informations et relations : les informations, la structure et les relations véhiculées par la présentation peuvent être déterminées par programme ou sont disponibles dans le texte. (Niveau A)

1.3f : Feuilles de style en cascade
Les pages Web sont lisibles sans nécessiter de feuilles de style.

1194.22 (d) Les documents doivent être organisés de manière à être lisibles sans nécessiter une feuille de style associée.

1.3.1 Informations et relations : les informations, la structure et les relations véhiculées par la présentation peuvent être déterminées par programme ou sont disponibles dans le texte. (Niveau A)

1.3g : Caractéristiques sensorielles
Les instructions fournies pour comprendre et exploiter le contenu ne reposent pas uniquement sur les caractéristiques sensorielles des composants telles que la forme, la taille, l'emplacement visuel, l'orientation ou le son.

1.3.3 Caractéristiques sensorielles : Les instructions fournies pour comprendre et exploiter le contenu ne reposent pas uniquement sur les caractéristiques sensorielles des composants tels que la forme, la taille, l'emplacement visuel, l'orientation ou le son. (Niveau A)

1.4a : Utilisation de la couleur
La couleur n'est pas utilisée comme le seul moyen visuel de transmettre des informations, d'indiquer une action, de susciter une réponse ou de distinguer un élément visuel.

1194.22 (c) Les pages Web doivent être conçues de manière à ce que toutes les informations véhiculées en couleur soient également disponibles sans couleur, par exemple à partir du contexte ou du balisage.

1.4.1 Utilisation de la couleur : La couleur n'est pas utilisée comme le seul moyen visuel de transmettre des informations, d'indiquer une action, de provoquer une réponse ou de distinguer un élément visuel. (Niveau A)

Remarque : Ce critère de succès concerne spécifiquement la perception des couleurs. D'autres formes de perception sont couvertes par la directive 1.3, y compris l'accès programmatique à la couleur et à d'autres codages de présentation visuelle.

1.4b : Contrôle audio
Si un son sur une page Web est lu automatiquement pendant plus de 3 secondes, soit un mécanisme est disponible pour mettre en pause ou arrêter le son, soit un mécanisme est disponible pour contrôler le volume audio indépendamment du niveau de volume global du système.

1.4.2 Contrôle audio : Si un audio sur une page Web est lu automatiquement pendant plus de 3 secondes, soit un mécanisme est disponible pour mettre en pause ou arrêter l'audio, soit un mécanisme est disponible pour contrôler le volume audio indépendamment du niveau de volume global du système. (Niveau A)

Remarque : Étant donné que tout contenu ne répondant pas à ce critère de réussite peut interférer avec la capacité d'un utilisateur à utiliser la page entière, tout le contenu de la page Web (qu'il soit ou non utilisé pour répondre à d'autres critères de réussite) doit répondre à ce critère de réussite. .

AA1.4.3 Contraste (minimum)
La présentation visuelle du texte et des images de texte a un rapport de contraste d'au moins 4,5:1, à l'exception des gros caractères et des images en gros caractères, qui doivent avoir un rapport de contraste de 3:1. Les images décoratives et les logotypes sont exemptés de cette exigence.

1.4.3 Contraste (minimum) : La présentation visuelle du texte et des images de texte a un rapport de contraste d'au moins 4,5 : 1, à l'exception des éléments suivants : (Niveau AA)

  • Texte à grande échelle : le texte à grande échelle et les images de texte à grande échelle ont un rapport de contraste d'au moins 3:1
  • Accessoire : Le texte ou les images de texte qui font partie d'un composant d'interface utilisateur inactif, qui sont purement décoratifs, qui ne sont visibles par personne, ou qui font partie d'une image qui contient un autre contenu visuel significatif, n'ont aucune exigence de contraste.
  • Logotypes : Le texte qui fait partie d'un logo ou d'un nom de marque n'a pas d'exigence de contraste minimum.

AA1.4.4 Redimensionner le texte
Le texte (mais pas les images de texte) peut être redimensionné sans technologie d'assistance jusqu'à 200 % sans perte de contenu ou de fonctionnalité.

1.4.4 Redimensionner le texte : à l'exception des légendes et des images de texte, le texte peut être redimensionné sans technologie d'assistance jusqu'à 200 % sans perte de contenu ou de fonctionnalité. (Niveau AA)

AA1.4.5 Images de texte Utilisez du texte pour transmettre des informations plutôt que des images. Une image de texte peut être utilisée lorsqu'elle est essentielle à l'information véhiculée et que l'image peut être visuellement personnalisée en fonction des besoins de l'utilisateur.

1.4.5 Images de texte : si les technologies utilisées permettent d'obtenir la présentation visuelle, le texte est utilisé pour transmettre des informations plutôt que des images de texte, à l'exception des éléments suivants : (Niveau AA)

  • Personnalisable : L'image du texte peut être visuellement personnalisée selon les besoins de l'utilisateur
  • Essentiel : Une présentation particulière du texte est essentielle à l'information véhiculée.

Remarque : Les logotypes (texte faisant partie d'un logo ou d'un nom de marque) sont considérés comme essentiels.

2.1a : Clavier.
Toutes les fonctionnalités du contenu sont exploitables via une interface clavier sans nécessiter de minutage spécifique pour les frappes individuelles, sauf lorsque la fonction sous-jacente nécessite une entrée qui dépend du chemin du mouvement de l'utilisateur et pas seulement des points de terminaison.

2.1.1 Clavier : toutes les fonctionnalités du contenu sont exploitables via une interface clavier sans nécessiter de minutage spécifique pour les frappes individuelles, sauf lorsque la fonction sous-jacente nécessite une entrée qui dépend du chemin du mouvement de l'utilisateur et pas seulement des points de terminaison. (Niveau A)

Remarque 1 : cette exception concerne la fonction sous-jacente, pas la technique de saisie. Par exemple, si vous utilisez l'écriture manuscrite pour saisir du texte, la technique de saisie (écriture manuscrite) nécessite une saisie dépendante du chemin, mais pas la fonction sous-jacente (saisie de texte).

Remarque 2 : Cela n'interdit pas et ne devrait pas décourager de fournir une saisie à la souris ou d'autres méthodes de saisie en plus de l'utilisation du clavier.

2.1b : Scripts.
Les scripts sont accessibles au clavier. Si le contenu affecté par le script n'est pas accessible, une alternative est fournie.

1194.22 (l) Lorsque les pages utilisent des langages de script pour afficher du contenu ou pour créer des éléments d'interface, les informations fournies par le script doivent être identifiées avec un texte fonctionnel qui peut être prêt par une technologie d'assistance.

2.1.1 Clavier : toutes les fonctionnalités du contenu sont exploitables via une interface clavier sans nécessiter de minutage spécifique pour les frappes individuelles, sauf lorsque la fonction sous-jacente nécessite une entrée qui dépend du chemin du mouvement de l'utilisateur et pas seulement des points de terminaison. (Niveau A)

Note 1: Cette exception concerne la fonction sous-jacente, pas la technique d'entrée. Par exemple, si vous utilisez l'écriture manuscrite pour saisir du texte, la technique de saisie (écriture manuscrite) nécessite une saisie dépendante du chemin, mais pas la fonction sous-jacente (saisie de texte).

Note 2: Cela n'interdit pas et ne devrait pas décourager de fournir une saisie à la souris ou d'autres méthodes de saisie en plus du fonctionnement du clavier.

2.1c : applets, plug-ins et contenu non HTML.
Un lien est fourni vers une applet, un plug-in ou une autre application directement accessible. Un contenu alternatif est fourni pour les applets, plug-ins ou autres applications qui ne sont pas directement accessibles.

1194.22 (m) Lorsqu'une page Web nécessite la présence d'une applet, d'un plug-in ou d'une autre application sur le système client pour interpréter le contenu de la page, la page doit fournir un lien vers un plug-in ou une applet conforme à 1194.21 (a) par (l).

2.1.1 Clavier : toutes les fonctionnalités du contenu sont exploitables via une interface clavier sans nécessiter de minutage spécifique pour les frappes individuelles, sauf lorsque la fonction sous-jacente nécessite une entrée qui dépend du chemin du mouvement de l'utilisateur et pas seulement des points de terminaison. (Niveau A)

Note 1: Cette exception concerne la fonction sous-jacente, pas la technique d'entrée. Par exemple, si vous utilisez l'écriture manuscrite pour saisir du texte, la technique de saisie (écriture manuscrite) nécessite une saisie dépendante du chemin, mais pas la fonction sous-jacente (saisie de texte).

Note 2: Cela n'interdit pas et ne devrait pas décourager de fournir une saisie à la souris ou d'autres méthodes de saisie en plus de l'utilisation du clavier.

2.1d : Pas de piège à clavier.
Si le focus clavier peut être déplacé vers un composant de la page à l'aide d'une interface clavier, alors le focus peut être déplacé hors de ce composant en utilisant uniquement une interface clavier et, s'il nécessite plus que des touches fléchées ou de tabulation non modifiées, l'utilisateur est informé de la méthode pour déplacer la mise au point.

2.1.2 Pas de piège au clavier : si le focus du clavier peut être déplacé vers un composant de la page à l'aide d'une interface clavier, alors le focus peut être éloigné de ce composant en utilisant uniquement une interface clavier et, s'il nécessite plus qu'une flèche ou un onglet non modifié. touches ou d'autres méthodes de sortie standard, l'utilisateur est informé de la méthode pour éloigner le focus. (Niveau A)

Remarque : Étant donné que tout contenu qui ne répond pas à ce critère de réussite peut interférer avec la capacité d'un utilisateur à utiliser la page entière, tout le contenu de la page Web (qu'il soit utilisé pour répondre à d'autres critères de réussite ou non) doit répondre à ce critère de réussite .

2.2a : Ajustez le temps de réponse.
L'utilisateur est autorisé à désactiver, ajuster ou prolonger toutes les limites de temps qui ne sont pas une exception en temps réel, essentielle ou de 20 heures.

1194.22 (p) Lorsqu'une réponse programmée est requise, l'utilisateur doit être alerté et disposer d'un délai suffisant pour indiquer qu'un délai supplémentaire est requis.

2.2.1 Durée ajustable : pour chaque limite de temps définie par le contenu, au moins l'une des conditions suivantes est vraie : (Niveau A)

Désactiver : l'utilisateur est autorisé à désactiver la limite de temps avant de la rencontrer ou

Ajuster : l'utilisateur est autorisé à ajuster la limite de temps avant de la rencontrer sur une large plage qui est au moins dix fois la longueur du paramètre par défaut ou

Prolonger : l'utilisateur est averti avant l'expiration du délai et dispose d'au moins 20 secondes pour prolonger le délai d'une simple action (par exemple : "appuyez sur la barre d'espace"), et l'utilisateur est autorisé à prolonger le délai d'au moins dix fois ou

Exception en temps réel : la limite de temps est une partie obligatoire d'un événement en temps réel (par exemple, une vente aux enchères), et aucune alternative à la limite de temps n'est possible ou

Exception essentielle : Le délai est essentiel et sa prolongation invaliderait l'activité ou

Exception de 20 heures : La limite de temps est supérieure à 20 heures.

Noter: Ce critère de réussite permet de garantir que les utilisateurs peuvent effectuer des tâches sans changements inattendus de contenu ou de contexte résultant d'une limite de temps. Ce critère de succès doit être considéré conjointement avec le critère de succès 3.2.1, qui impose des limites aux changements de contenu ou de contexte à la suite d'une action de l'utilisateur.

2.2b : Mettre en pause, arrêter, masquer.
L'utilisateur est autorisé à mettre en pause, arrêter ou masquer les informations de déplacement, de clignotement, de défilement ou de mise à jour automatique, à moins qu'il ne s'agisse d'une partie essentielle d'une activité.

2.2.2 Pause, Stop, Hide : pour le déplacement, le clignotement, le défilement ou la mise à jour automatique des informations, toutes les conditions suivantes sont vraies : (Niveau A)

Déplacement, clignotement, défilement : pour toute information mobile, clignotante ou défilante qui (1) démarre automatiquement, (2) dure plus de cinq secondes et (3) est présentée en parallèle avec d'autres contenus, il existe un mécanisme permettant à l'utilisateur de le mettre en pause, l'arrêter ou le masquer à moins que le mouvement, le clignotement ou le défilement ne fasse partie d'une activité où il est essentiel et

Mise à jour automatique : pour toute information de mise à jour automatique qui (1) démarre automatiquement et (2) est présentée en parallèle avec d'autres contenus, il existe un mécanisme permettant à l'utilisateur de la mettre en pause, de l'arrêter ou de la masquer ou de contrôler la fréquence de la mise à jour sauf si la mise à jour automatique fait partie d'une activité où elle est indispensable.

Note 1: Pour les exigences relatives au contenu scintillant ou clignotant, reportez-vous à la directive 2.3.

Note 2: Étant donné que tout contenu qui ne répond pas à ce critère de succès peut interférer avec la capacité d'un utilisateur à utiliser la page entière, tout le contenu de la page Web (qu'il soit utilisé pour répondre à d'autres critères de succès ou non) doit répondre à ce critère de succès. Voir Exigence de conformité 5 : Non-interférence.

Note 3: Le contenu mis à jour périodiquement par un logiciel ou diffusé en continu vers l'agent utilisateur n'est pas tenu de conserver ou de présenter les informations générées ou reçues entre le début de la pause et la reprise de la présentation, car cela peut ne pas être techniquement possible, et dans de nombreuses situations pourrait être trompeur de le faire.

Remarque 4: Une animation qui se produit dans le cadre d'une phase de préchargement ou d'une situation similaire peut être considérée comme essentielle si l'interaction ne peut pas se produire pendant cette phase pour tous les utilisateurs et si elle n'indique pas de progrès, elle peut dérouter les utilisateurs ou leur faire penser que le contenu a été gelé ou cassé.

2.3a : Contenu clignotant ou en dessous du seuil.
Les pages Web ne contiennent rien qui clignote plus de trois fois en une seconde, ou le flash est inférieur aux seuils de flash général et de flash rouge.

1194.22 (j) Les pages doivent être conçues pour éviter que l'écran ne scintille à une fréquence supérieure à 2 Hz et inférieure à 55 Hz.

2.3.1 Trois clignotements ou en dessous du seuil : les pages Web ne contiennent rien qui clignote plus de trois fois au cours d'une même période d'une seconde, ou le flash est inférieur aux seuils de flash général et de flash rouge. (Niveau A)

Noter: Étant donné que tout contenu qui ne répond pas à ce critère de succès peut interférer avec la capacité d'un utilisateur à utiliser la page entière, tout le contenu de la page Web (qu'il soit utilisé pour répondre à d'autres critères de succès ou non) doit répondre à ce critère de succès.

2.4a : Fonctionnalités de navigation.
Un mécanisme est disponible pour contourner les blocs de contenu qui se répètent sur plusieurs pages Web.

2.4.1 Contourner les blocs : Un mécanisme est disponible pour contourner les blocs de contenu qui se répètent sur plusieurs pages Web. (Niveau A)

2.4b : accédez au contenu principal.
Des méthodes sont fournies pour sauter les liens de navigation pour accéder au contenu principal de la page.

1194.22 (o) Une méthode doit être fournie pour permettre aux utilisateurs d'ignorer les liens de navigation répétitifs.

2.4c : cadres.
Un titre et une source de trame accessible sont fournis pour chaque trame.

1194.22 (i) Les cadres doivent être intitulés avec du texte qui facilite l'identification et la navigation des cadres.

2.4.1 Contourner les blocs : Un mécanisme est disponible pour contourner les blocs de contenu qui se répètent sur plusieurs pages Web. (Niveau A)

2.4d : Titres de page et objectif des liens.
Les pages Web ont des titres qui décrivent un sujet ou un objectif.

2.4.2 Page intitulée : les pages Web ont des titres qui décrivent un sujet ou un objectif. (Niveau A)

2.4e : Ordre de mise au point.
Si une page Web peut être parcourue de manière séquentielle et que les séquences de navigation affectent le sens ou le fonctionnement, les composants pouvant être focalisés reçoivent le focus dans un ordre qui préserve le sens et l'opérabilité.

2.4.3 Ordre de focus : si une page Web peut être parcourue de manière séquentielle et que les séquences de navigation affectent la signification ou le fonctionnement, les composants pouvant être focalisés reçoivent le focus dans un ordre qui préserve le sens et l'opérabilité. (Niveau A)

2.4f : Objet du lien.
L'objectif de chaque lien peut être déterminé à partir du texte du lien seul ou à partir du texte du lien avec son contexte de lien déterminé par programmation, sauf lorsque l'objectif du lien serait ambigu pour les utilisateurs en général.

2.4.4 Objectif du lien (en contexte) : l'objectif de chaque lien peut être déterminé à partir du texte du lien seul, ou à partir du texte du lien avec son contexte de lien déterminé par programme, sauf lorsque l'objectif du lien serait ambigu pour les utilisateurs dans général.

AA2.4.5 Plusieurs façons
Il existe plusieurs manières de localiser une page Web dans un ensemble de pages Web, sauf lorsque la page Web est le résultat ou une étape d'un processus.

2.4.5 Plusieurs manières : plusieurs manières sont disponibles pour localiser une page Web dans un ensemble de pages Web, sauf lorsque la page Web est le résultat ou une étape d'un processus. (Niveau AA)

2.4.6 En-têtes et étiquettes : Les en-têtes et les étiquettes décrivent le sujet ou le but. (Niveau AA)

AA2.4.7 Mise au point visible
Toute interface utilisateur utilisable au clavier possède un mode de fonctionnement dans lequel l'indicateur de focus clavier est visible.

2.4.7 Focus Visible : Toute interface utilisateur utilisable au clavier a un mode de fonctionnement où l'indicateur de focus du clavier est visible. (Niveau AA)

3.1a : Langue de la page.
Le langage humain par défaut de chaque page Web peut être déterminé par programmation.

3.1.1 Langue de la page : La langue humaine par défaut de chaque page Web peut être déterminée par programmation. (Niveau A)

AA3.1.2 Langue des pièces
Le langage humain de chaque passage ou phrase du contenu peut être déterminé par programmation, à l'exception des noms propres, des termes techniques, des mots de langue indéterminée et des mots ou phrases qui sont devenus une partie de la langue vernaculaire du texte immédiatement environnant.

3.1.2 Langue des parties : la langue humaine de chaque passage ou phrase du contenu peut être déterminée par programmation, à l'exception des noms propres, des termes techniques, des mots de langue indéterminée et des mots ou phrases qui sont devenus une partie de la langue vernaculaire de l'environnement immédiat. texte. (Niveau AA)

3.2a : Mise au point.
Lorsqu'un composant reçoit le focus, il n'initie pas de changement de contexte.

3.2.1 Sur focus : Lorsqu'un composant reçoit le focus, il n'initie pas de changement de contexte. (Niveau A)

3.2b : En entrée.
La modification du paramètre d'un composant d'interface utilisateur n'entraîne pas automatiquement un changement de contexte à moins que l'utilisateur n'ait été informé du comportement avant d'utiliser le composant.

3.2.2 À l'entrée : la modification du paramètre d'un composant de l'interface utilisateur n'entraîne pas automatiquement un changement de contexte à moins que l'utilisateur n'ait été informé du comportement avant d'utiliser le composant. (Niveau A)

AA3.2.3 Navigation cohérente
Les mécanismes de navigation qui se répètent sur plusieurs pages Web au sein d'un ensemble de pages Web se produisent dans le même ordre relatif à chaque fois qu'ils sont répétés, à moins qu'un changement ne soit initié par l'utilisateur.

3.2.3 Navigation cohérente : les mécanismes de navigation qui se répètent sur plusieurs pages Web au sein d'un ensemble de pages Web se produisent dans le même ordre relatif à chaque fois qu'ils sont répétés, à moins qu'un changement ne soit initié par l'utilisateur. (Niveau AA)

AA3.2.4 Identification cohérente
Les composants qui ont la même fonctionnalité dans un ensemble de pages Web sont identifiés de manière cohérente.

3.2.4 Identification cohérente : Les composants qui ont la même fonctionnalité dans un ensemble de pages Web sont identifiés de manière cohérente. (Niveau AA)

3.3a : Identification des erreurs.
Si une erreur de saisie est détectée automatiquement, l'élément erroné est identifié et l'erreur est décrite à l'utilisateur sous forme de texte.

3.3.1 Identification de l'erreur : Si une erreur de saisie est détectée automatiquement, l'élément erroné est identifié et l'erreur est décrite à l'utilisateur sous forme de texte. (Niveau A)

3.3b : Étiquettes ou instructions.
Des étiquettes ou des instructions sont fournies lorsque le contenu nécessite une intervention de l'utilisateur. Pour tous les composants de l'interface utilisateur, le nom et le rôle peuvent être déterminés par programmation, les valeurs pouvant être définies par l'utilisateur peuvent être définies par programmation et la notification des modifications apportées à ces éléments est disponible pour les agents utilisateurs, y compris les technologies d'assistance.

3.3.2 Étiquettes ou instructions : des étiquettes ou des instructions sont fournies lorsque le contenu nécessite une intervention de l'utilisateur. (Niveau A)

AA3.3.3 Suggestion d'erreur
Si une erreur de saisie est détectée automatiquement et que des suggestions de correction sont connues, les suggestions sont alors fournies à l'utilisateur, à moins que cela ne compromette la sécurité ou la finalité du contenu.

3.3.3 Suggestion d'erreur : si une erreur de saisie est détectée automatiquement et que des suggestions de correction sont connues, les suggestions sont alors fournies à l'utilisateur, à moins que cela ne compromette la sécurité ou l'objectif du contenu. (Niveau AA)

AA3.3.4 Prévention des erreurs (juridiques, financières, données)
Les pages Web utilisées pour des engagements juridiques ou des transactions financières, qui modifient ou suppriment des données contrôlables par l'utilisateur dans un système de stockage de données, ou soumettent des réponses de test utilisateur doivent 1) permettre à l'utilisateur d'annuler la soumission, OU 2) être vérifiées pour les erreurs de saisie et fournir l'utilisateur avec la possibilité de corriger l'entrée avant la soumission OU 3) permettre à l'utilisateur d'examiner, de confirmer et de corriger les informations avant de finaliser la soumission.

3.3.4 Prévention des erreurs (juridiques, financières, données) : pour les pages Web qui entraînent des engagements juridiques ou des transactions financières pour l'utilisateur, qui modifient ou suppriment des données contrôlables par l'utilisateur dans les systèmes de stockage de données, ou qui soumettent des réponses de test utilisateur, à au moins une des conditions suivantes est vraie : (Niveau AA)

  1. Réversible : Les soumissions sont réversibles.
  2. Vérifié : les données saisies par l'utilisateur sont vérifiées pour détecter les erreurs de saisie et l'utilisateur a la possibilité de les corriger.
  3. Confirmé : Un mécanisme est disponible pour examiner, confirmer et corriger les informations avant de finaliser la soumission.

4.1a : Analyse.
Dans le contenu implémenté à l'aide de langages de balisage, les éléments ont des balises de début et de fin complètes, les éléments sont imbriqués en fonction de leurs spécifications, les éléments ne contiennent pas d'attributs en double et tous les identifiants sont uniques, sauf lorsque les spécifications autorisent ces fonctionnalités.

4.1.1 Analyse : dans le contenu implémenté à l'aide de langages de balisage, les éléments ont des balises de début et de fin complètes, les éléments sont imbriqués en fonction de leurs spécifications, les éléments ne contiennent pas d'attributs en double et tous les identifiants sont uniques, sauf lorsque les spécifications autorisent ces fonctionnalités. (Niveau A)

Noter: Les balises de début et de fin auxquelles il manque un caractère critique dans leur formation, tel qu'un crochet fermant ou un guillemet de valeur d'attribut non concordant, ne sont pas complètes.

4.1b : Nom, rôle, valeur.
Pour tous les composants de l'interface utilisateur (y compris, mais sans s'y limiter : les éléments de formulaire, les liens et les composants générés par des scripts), le nom et le rôle peuvent être déterminés par programme. Les états, les propriétés et les valeurs qui peuvent être définis par l'utilisateur peuvent être définis par programme et la notification des modifications apportées à ces éléments est disponible pour les agents utilisateurs, y compris les technologies d'assistance.

4.1.2 Nom, rôle, valeur : pour tous les composants de l'interface utilisateur (y compris, mais sans s'y limiter : les éléments de formulaire, les liens et les composants générés par des scripts), le nom et le rôle peuvent être des états, des propriétés et des valeurs déterminés par programme qui peuvent être définis par l'utilisateur peut être défini par programmation et la notification des modifications apportées à ces éléments est disponible pour les agents utilisateurs, y compris les technologies d'assistance. (Niveau A)

Noter: Ce critère de succès s'adresse principalement aux auteurs Web qui développent ou scénarisent leurs propres composants d'interface utilisateur. Par exemple, les contrôles HTML standard répondent déjà à ce critère de réussite lorsqu'ils sont utilisés conformément aux spécifications.

4.2a : page de texte uniquement.
Si l'accessibilité ne peut pas être réalisée d'une autre manière, une page contenant uniquement du texte avec des informations ou des fonctionnalités équivalentes est fournie.

1194.22 (k) Une page contenant uniquement du texte, avec des informations ou des fonctionnalités équivalentes, doit être fournie pour rendre un site Web conforme aux dispositions de la présente partie, lorsque la conformité ne peut pas être accomplie d'une autre manière. Le contenu de la page contenant uniquement du texte doit être mis à jour chaque fois que la page principale change.

4.2b : Technologies compatibles avec l'accessibilité uniquement.
Utilisez des technologies compatibles avec l'accessibilité. Toute information ou fonctionnalité implémentée dans des technologies qui ne sont pas prises en charge par l'accessibilité doit également être disponible via des technologies prises en charge par l'accessibilité.

Tous les critères de réussite WCAG 2.0 sont écrits en tant que critères testables pour déterminer objectivement si le contenu les satisfait. Tester les critères de réussite impliquerait une combinaison de tests automatisés et d'évaluation humaine. Le contenu doit être testé par ceux qui comprennent comment les personnes ayant différents types de handicaps utilisent le Web. Comprendre la conformité.


Voir la vidéo: Calculus SM Yusuf. Exercise (Octobre 2021).